DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La Jeunesse Africaine salue la révolution égyptienne

Par Maurice Nguepe - 08/07/2013

Suite aux manifestations qui ont abouti au renversement du président Mohamed Morsi, le 03 juillet 2013

 

L’Organisation Jeunesse Africaine salue la maturité du peuple égyptien et le sens de responsabilité de son armée. Regrettant qu’un gouvernement issu des urnes n’ait pas pu survivre à sa propre dérive autoritaire, l’Organisation Jeunesse Africaine rappelle que quelques mois après sa prise de pouvoir, le 24 juin 2012, Mohamed Morsi s’était octroyé les pleins pouvoirs, détournant la révolution et inscrivant l’Égypte sur le chemin d’un islamisme d’extrême droite qui a eu pour effet la mise à l’écart de la diversité ethnoculturelle égyptienne et la fin des principes fondamentaux de la démocratie.

 


© © makea-world.com
Maurice NGUEPE, Secrétaire Général de l'OJA
L’Organisation Jeunesse Africaine considère que lorsqu’un homme d’État démocratiquement élu transforme son règne en une vénération, dirige sans partage et exclut les autres composantes de la nation de son système de gouvernance devenu autocratique, le peuple, qui lui a remis le pouvoir par les urnes, n’a pas d’autre choix que de le reprendre. Ainsi, même si elles font partie du jeu démocratique, les élections ne représentent pas la démocratie dans les faits; elles ne sont qu’un outil de transmission du pouvoir à des représentants aux fins de son exercice véritable.

La légitimité d’un pouvoir ne s’obtient donc pas nécessairement par les urnes, mais par la gestion que l’on fait du pouvoir qui en sort. Les procédures de l’impeachment, qui existent dans les démocraties avancées, le démontrent fort bien. C’est la bonne gouvernance fondée sur la justice sociale, le respect des libertés, la sécurité, la bonne distribution des richesses, l’égalité de tous devant la loi et l’inclusion de toutes les composantes sociales dans la gestion des affaires de la nation qui donne force de droit au pouvoir et confirme la légitimité démocratique des représentants du peuple.

Dans cette perspective, l’Organisation Jeunesse Africaine conçoit qu’en faisant corps avec le peuple et en remettant le pouvoir à un autre civil, en l’occurrence au président au conseil constitutionnel, l’Armée a joué le rôle de protecteur des intérêts du peuple. La destitution de Mohamed Morsi ne saurait donc être vue comme un coup d’État; elle traduit plutôt la mise en application de la procédure de l’impeachment, enclenchée par le peuple lui-même à la suite des faits présentés plus haut.

L’Organisation Jeunesse Africaine saisit l’occasion qu’offre cette révolution pacifique pour lancer un appel à l’instauration d’un État laïc en Égypte et inviter les armées africaines à s’inspirer de l’exemple égyptien pour devenir, elles aussi, le bras droit protecteur de leurs peuples respectifs.

Pour L’Organisation Jeunesse Africaine
Maurice NGUEPE, Secrétaire Général

Le 07 juillet 2013

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués