SOCIéTé  |    

Reportage: à Bangui, la sécurité à tous les prix

Par Olivier Tallès, à Bangui - la-croix.com - 03/07/2013

La sécurité n’est pas revenue à la capitale de la Centrafrique, plus de trois mois après le coup d’État

 

Des soldats de la force de maintien de la paix africaine n’hésitent pas à louer leur service à des particuliers. Le cortège de blindés s’enfonce à vive allure dans les rues de Bangui, capitale de la Centrafrique. Les soldats congolais s’accrochent d’une main à la banquette, de l’autre à leur mitrailleuse. Crissements de freins. Les applaudissements des habitants saluent l’arrivée du convoi. Considérés comme les derniers défenseurs de la sécurité publique, les militaires étrangers de la Force multinationale d’Afrique centrale (Fomac) sont populaires comme des rock stars. Une femme en pleurs se précipite vers le commandant de la section. C’est elle qui a composé le numéro vert d’urgence de la Fomac. À l’intérieur de son jardin, des hommes de la Séléka, la rébellion qui a pris le pouvoir le 24 mars dernier, encerclent le 4×4 familial. L’officier de la troupe prétend agir pour le compte du procureur. Les téléphones sonnent. Sa version est vérifiée. Au bout d’un quart d’heure, le directeur de la sécurité, le général Hassan, surgit en hurlant des insultes contre son subordonné.

 


© defense.gouv.fr
La Fomac doit prendre le nom de Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca)
La main sur son pistolet, l’officier réprimandé se braque. Il jauge le rapport de force. Cernés par les gardes du corps du général et les soldats étrangers, lui et ses hommes ne font pas le poids. Pourquoi mourir pour un 4×4 ? La tension retombe. Le général Hassan prend à part son subordonné, lui offre le thé, puis le laisse partir discrètement. «Ce soir ou demain, ce gars tentera encore de voler une voiture, regrette l’officier congolais. Il n’existe pas de chaîne de commandement dans l’armée de la Séléka.»

Des milliers d’euros à la Séléka contre les pillages
Face aux voleurs à la kalachnikov, les particuliers, les sociétés et les ambassades se tournent vers d’autres hommes en armes: les militaires. À coups de milliers d’euros par mois, les commerçants libanais ont évité les pillages de leurs grands magasins en s’offrant les services de soldats de la Séléka. Les paroisses et les entreprises y ont renoncé rapidement à cause des tarifs exigés par les anciens rebelles. «Et puis les troupes de la Séléka ne sont pas sûres, précise un évêque. Avec eux, le remède peut être pire que le mal.» Devant la faillite des pouvoirs publics, des Églises, des entreprises et l’ambassade de l’Union européenne se sont tournées vers les soldats et les gendarmes étrangers de la Fomac. Contre espèces sonnantes et trébuchantes, des commandants tchadiens, gabonais ou congolais n’hésitent pas à placer des unités chargées de la sécurité publique à la disposition d’intérêts privés. On les croise l’arme au pied à l’entrée des banques, des usines, des villas luxueuses, des paroisses, des bureaux d’agences des Nations unies. Selon la demande, les hommes de troupe jouent aussi les gardes du corps attitrés pour les VIP de la capitale. Les Tchadiens, par exemple, sont particulièrement prisés des hommes d’affaires européens. Assis à la droite du conducteur, ils sécurisent les 4×4 et leurs passagers.

«L’état-major de la Fomac n’est pas assez étoffé»
«Si nous sommes forcés à quitter la Centrafrique, des centaines d’employés locaux resteront sur le carreau», argumente un Français. Mais ce sont autant de soldats qui ne se déploient pas dans les quartiers isolés et livrés à eux-mêmes. L’Union européenne et la France, qui financent 85% de la force internationale en Centrafrique, ne sont pas dupes. «L’état-major de la Fomac n’est pas assez étoffé pour empêcher certains officiers de vendre leurs services, observe un diplomate. Les patrouilles et la création de trois numéros verts pour les appels d’urgence ont cependant amélioré la sécurité à Bangui.» Au cours des prochains mois, la Fomac a l’ambition de passer de 1 200 à 2 000 hommes. «On devrait pouvoir assurer la surveillance de la capitale, reconnaît un officier gabonais, mais sûrement pas celle du reste du pays.»

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Arretons de pleurer, organisons la resistance

Par So Zo La

05/07/2013 06:20


J’ai honte de voir l’état dans lequel le pays se trouve!!
Si les Centrafricains ne se lèvent pas pour dire merde par une grande désobéissance civile, exigeant le retrait des wahbistes et Jangjaweed Soudano-Tchadiens, nous allons rester dans cette merde pour des générations en générations ! un véritable « Animal farm » et a mon avis c’est plus pire que « Animal farm ». La encore ne me dites pas que je suis partisan d’un individu !! Non je suis un étudiant qui n’admet pas ce que je vis dans mon pays !! et nous devons tous nous organiser contre cet animal du nom de seleka ! cet escadron de la mort a été mis en place par Deby et ces ouailles pour anéantir la RCA qui a sont projet d’exploitation pétrolière !! Deby convoite les eaux centrafricaine, et il fallait trouver un genre d’africain marchand des autres comme a l’époque ou certains traitres Africains en complicité avec les arabes vendaient nos parents aux esclavagistes pour être exporte de force vers les caraïbes et les Amériques, l’histoire se répète parce que certains Africains n’ont rien appris et sont sans conscience, sans valeur humaine ! comment peut-on accepte que des forces étrangères viennent violer, tuer, détruire tout un état en fonctionnement afin qu’un groupe d’individus accède au pour contre le peuple ?
Malgré ma souffrance, le chômage, je n’accepterai jamais un offre quelconque sur le sang de mes compatriotes pour me rapprocher et travailler avec ces diables, je ne reconnais pas seleka diabolique qui aurait saccagé ce pays,
L’Egypte vient de démettre un islamiste par une désobéissance civile après très peu de jours alors que faisons-nous Centrafricains ?
Voulez vous continuer a jouer au mouton et les selekas jouent au lion ?
Voulez vous marcher sur une longue distance pour aller au bureau la ou tout a été pillee a votre risque et péril devant les seleka soudano tchadiens qui ont la main facile sur les gâchette ?
Vous vous continuer a accepter ces humiliations, viols, exactions, exécutions sommaires, enlèvement suivi de tuerie, vols des véhicules, vol des télévisions voir des vieilles nattes a destination du Tchad ?
-Ces bandits ont brise notre « unité, dignité et travail » pendant qu’ils sont en train de transformer leur pays en chantiers pour un développement durable !
-Les Deby et autres nous ont fait échouer aux « Objectifs du millénaire pour le développement » nous avons manque a un grand projet universel,
Disons Non aujourd’hui pour que nos enfants vivent demain libre sur la terre de leurs ancêtres.
Les Soudan-Tchadiens ne sont pas venus pour alterner votre vie mais plutôt vous détruire et convertir ceux qui veulent sympathiser avec eux par peur !
Si le Qatar qui est un grand sponsor des troubles dans le monde est la ou les leaders des crimes en RCA vont quémander de l’argent sale pour vous payer les salaires, imaginez qu’elle est l’intérêt de ces pays arabo musulmans comme le Qatar et soudan ?? L’intérêt est la transformation du pays en pays islamique pour une domination Sunnite !!

Cessons de pleurer et de nous lamenter, réveillons nous, et résistons comme ce petit état d’Israel qui mis en défaite plusieurs pays arabes dans la guerre de 1973 !
Si nous ne voulons pas nous nous lever contre l’occupation de ces demons alors cessons de faire des enfants parce que ces enfants seront des esclaves demain, il y aura pas un future pour eux et nous n’avons pas pu donner un sens a L’HUMANITE si cela existe encore en Centrafrique.
Le monde extérieur ne pourra se sacrifier pour venir régler nos problèmes, nous avons une terre, il faut la défendre !
Les bureaux des droits de l'homme dans le monde a travers les ambassades ont tout documenté, les criminels super star d'aujourd'hui regretterons demain! comme Charles Taylor, Lumbanga, Milosovic, Deby sera poursuivi comme Hissein Habre!!!
Qui vivra verra!!! le TPI a ses documents avec dates, photos et des noms!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • La Fomac doit prendre le nom de Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca)

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués