DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Le «Conseil national de sécurité» ne dit rien aux combattants Séléka

Par Pazza Gbatakoro - centrafricmatin - 02/07/2013

Ils ont reçu à la volée des grades qui font des hommes de rang des généraux supérieurs dans la hiérarchie militaire

 

L’actuel homme fort de Bangui, Michel Djotodia est vraisemblablement dépassé par les horribles exactions de tous genres commises et perpétrées par les combattants de la coalition rebelle Séléka. Lesquels l’avaient fait parvenir au pouvoir dans ce pays qu’est la RCA. Ne sachant vraiment quoi faire pour contenir ces troupes et mettre fin à la destruction du pays par ces mercenaires sans âme ni loi, il vient de prendre, comme il l’a fait, il y a peu de temps et à la grande surprise générale, un décret créant un Conseil National de Sécurité (CNS) présidé par lui-même, et dont les membres sont le chef du gouvernement, Maître Nicolas Tiangaye et quelques chefs de Départements ministériels. Mais quel rôle réel jouera exactement cet organe gouvernemental qui apparaît nettement superflu? Que peut le chef de file de la coalition rebelle Séléka face à des combattants trop indisciplinés qui balayent du revers de main ses ordres et ses instructions?

Le bon sens voudrait que la meilleure solution à l’épineux et actuel problème sécuritaire centrafricain passe absolument et nécessairement par une purge systématique et une éradication des combattants ou mercenaires Séléka.
centrafricmatin

 

En effet, s’il faut établir une comparaison entre ce qui se passe dans ce pays depuis l’avènement de l’homme en treillis François Bozizé qui vient d’être chassé. On peut établir une nette analogie entre les deux personnages qui cachent de toute évidence beaucoup de choses sur le marché que chacun d’eux a conclu avec les mercenaires qui les ont conduits respectivement au pouvoir dans ce pays qu’est la RCA. Tout porte à croire qu’eu égard aux comportements inhumains de leurs nombreux hommes de mains, de surcroît étrangers, les horribles exactions de tous genres commises et perpétrées sur toutes les couches sociales du pays ont été bien programmées d’un commun accord entre les mercenaires et celui-ci. Beaucoup de Centrafricains se souviennent parfaitement de ce que l’homme en treillis François Bozizé avait dit à ces anciens soi-disant libérateurs, constitués à l’époque de quelques piètres bidasses centraux et essentiellement de Zakawas tchadiens: «Moi, c’est le fauteuil présidentiel qui m’intéresse, mais vous, débrouillez-vous comme vous voulez sur la population pour vous approvisionner», et tout le monde sait tout ce qui s’est passé par la suite.

Alors, à l’allure où vont les choses avec les combattants Séléka dans ce damné pays qu’est la RCA, nous craignons fort que la mise en place d’un « Conseil National de Sécurité » (CNS) ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau. Le bon sens voudrait que la meilleure solution à l’épineux et actuel problème sécuritaire centrafricain passe absolument et nécessairement par une purge systématique et une éradication des combattants ou mercenaires Séléka. En fait, la mise en place de ce Conseil National de Sécurité aurait dû intervenir depuis longtemps. Mais mieux vaut tard que jamais, car plusieurs compétences pour traiter de la sécurité valent mieux qu’une poignée de leader Séléka. Avec le CNS, nous espérons que des décisions courageuses et salutaires seront prises pour sauver le pays.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués