SOCIéTé  |    

RCA: HRW demande des sanctions contre les dirigeants de la Séléka

Par journaldebangui.com - hrw.org - 28/06/2013

Des membres de la coalition rebelle auraient tué au moins 40 civils et détruit 34 villages ou villes depuis février 2013

 

Après avoir mené une enquête sur place au début du mois de juin, l’Ong internationale Human Rights Watch a publié un rapport sous forme de communiqué dans lequel elle expose les faits et demande des comptes. Selon le texte, des membres de la coalition ont tué au moins 40 civils et ont détruit 34 villages ou villes représentant plus de mille maisons, depuis février 2013. Les chercheurs de Human Rights Watch ont recueilli des éléments de preuve détaillés concernant de nombreuses exactions dans des zones essentiellement rurales hors de la capitale, Bangui. Ainsi, entre le 11 février et le 2 juin, les forces de la Séléka ont pris pour cible certaines communautés pour étouffer leur résistance et les piller. Au cours de ces attaques, les soldats de la Seleka ont tiré sur des civils au hasard, selon les conclusions de Human Rights Watch.

 


© hrw.org
Maisons détruites à Sirkadi sur la route menant de Batangafo à Bouca, le 8 juin 2013
Noureddine Adam, un général de la Séléka actuellement ministre de la Sécurité publique au sein du gouvernement de transition du pays, a nié que la Séléka était responsable de la moindre attaque documentée par Human Rights Watch. «[i Ces attaques ont été commises par d'autres groupes armés avant notre arrivée», a-t-il expliqué à Human Rights Watch. «La Séléka n'est pas impliquée dans ces destructions de villages ni dans les meurtres.» Toutes les attaques documentées par les chercheurs de Human Rights Watch ont eu lieu dans des zones contrôlées par la Séléka. Les leaders de la Séléka sont en définitive responsables du comportement de leurs combattants et doivent enquêter efficacement sur les violations des droits humains et traduire en justice les responsables, a ajouté Human Rights Watch.

Et pour cela, l’organisation internationale des Droits de l’Homme demande au Conseil de Sécurité de l'ONU de sanctionner les dirigeants de l’ex rébellion Séléka, responsables d’exactions en République Centrafricaine. A cet effet, un rapport du Bureau Intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Centrafrique (BINUCA) est attendu sur la situation en Centrafrique au Conseil de Sécurité avant le 30 juin.

«Les chercheurs de Human Rights Watch, village après village, ont à chaque fois entendu le même appel de la bouche des habitants: ‘Ne nous abandonnez pas.’», a déclaré Daniel Bekele. «L'ONU et les autres acteurs doivent redoubler d'efforts pour venir en aide à ces populations largement oubliées.»

 

Dans les zones visitées par Human Rights Watch, aucune autorité de police ou de justice n'était présente. Le gouvernement de transition doit rétablir l’état de droit dans tout le pays en redéployant les autorités civiles locales. Noureddine Adam a expliqué que quinze Préfets et commandants militaires avaient déjà été nommés et avaient reçu les ressources suffisantes pour exercer leurs fonctions. Il a précisé qu'ils seraient déployés prochainement pour rétablir une administration civile fonctionnelle.

Le communiqué le Human Rights Watch souligne que Conseil de sécurité devrait envisager des solutions pour renforcer le maintien de la paix dans les zones rurales, et adopter des sanctions individuelles à l'encontre des dirigeants de Séléka responsables de graves atteintes aux droits humains. Le Conseil de sécurité doit aussi solliciter des autorités de transition une entière coopération avec la mission d'enquête diligentée par le Conseil des Droits de l'Homme, concernant les abus commis dans le pays depuis décembre 2012, recommande HRW. «Le monde semble l’ignorer mais la situation en République centrafricaine est véritablement catastrophique», a expliqué Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. «Les combattants de la Séléka tuent des civils et réduisent des villages en cendres tandis que des villageois meurent dans la brousse à cause du manque d'assistance.» Les Agences des Nations Unies et les organisations non gouvernementales humanitaires doivent tout mettre en œuvre pour atteindre les populations affectées, évaluer leurs besoins et leur apporter une aide indispensable, a indiqué Human Rights Watch.

La suite de la Réflexion
 
MOTS CLES :

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

FAUX: La Seleka à tué plus que ca.

Par KODORO TI MBI

28/06/2013 22:38

Vous dites:
la coalition ont tué au moins 40 civils et ont détruit 34 villages ou villes représentant plus de mille maisons...
Réponse:
C'est faut, il y a plus de tuerie, rien que dans Bangui, plus que ca.
----
au moins 40: C'est reducteur que d'utiliser ce qualifiquatif "au moins".

HRW

Par Koraa

29/06/2013 00:33

Deby-Bechir Djotodja-Bozize sont a traduire devant la CPI ce sont les auteurs du drame actuel. Qui a fourni les moyens materiels et hommes qui a mis notre pays a neant? Et quel est l'objectif?

Ici les Selekas tuent chaque et ca continue sur l'ensemble du territoire Centrafricain

Par Boub-Nguere

29/06/2013 19:23

Je tiens à signaler tout simplement que ce rapport est minimal au vu de la situation réelle et quotidienne en Centrafrique, les corps qui se décomposent vers landja, PK 10 et dans les arrières pays ne comptent-ils pas? Je suis certain aussi que les officiers des droits de l’homme ne pourraient pas se rendre sur ces lieux pour compter ces morts a cause de leur sécurité parce que nous avons affaires aux criminels sans foi ni loi qui tuent comme ils veulent. Tant de nuits étaient passées, je me suis pose la question « OU EST L’HUMANITE ? » Le silence complice du « muslim brotherhood » de Ndjotodia, Deby, et El Béchir témoignent bien le plan génocidaire pour exterminer les bantous et islamiser la région ! Cette invasion n’est pas l’aspiration du peuple ni l’attente du peuple centrafricain. La population est surprise et prise en otage, chaque jour la seleka en tue une dizaine pour se satisfaire ! Mon étonnement est qu’il y a un détachement Français a Bangui juste pour protéger les intérêts Français ? ? et quel est le rôle des FOMUC ET FOMAC, MICOPAX en Centrafrique ? combien d’histoire de génocide va-t-on apprendre pour empêcher une répétition ? Je ne crois ni a Ndjotodia, ni au CNT ni aux forces multinationales sur place ! ce sont des forces oisives ou quoi ?
A mon avis les Seleka ne sont pas des centrafricains, il faudrait les renvoyer et les cantonner vers Birao et les faire rentrer chez eux au Tchad et Soudan !!!et mettre rapidement en place l’armée nationale.
Dementi :
-Si les seleka étaient des centrafricains, il y aurait déjà eu entre famille des règlements de compte pouvant même entrainer une guerre civile a cause des crimes commis contre d’autres familles amis ce qui n’est pas le cas car ces criminels n’ont pas de parent en RCA, donc confirmer a 100 pour 100 que Seleka n’est pas Centrafricain.
-Si les Selekas étaient venue pour soit disant libérer le peuple centrafricain on ne sait pour quelle raison, les criminels et leur dirigeants auraient condamner les exactions et la destruction des appareil de l’état, donc ils sont venus pour tuer la population pour concrétiser la promesse faite a la conférence islamique a Djeddah .
-La seleka n’est pas le choix du peuple centrafricain, Si elle l’était, pourquoi toutes les marchandises, de dignes fils de ce pays sont volées, arracher comme des charognards sur une charogne a la frontière Garam Boulai ? même les camerounais sont étonnés de cette animalité. J’ai parle de ce pays a l’an 2000 et 2003 que cela risque de tomber entre les mains des arabo-musulmans radicaux….certes les arabo musulmans nés en RCA sont nos frères mais ces soudanais et tchadiens appelé Seleka ne sont pas différents de radicaux « AN SAR DIN » du Mali ? peut-on dire que Deby a-t-il encore rouler les Français dans la farine ? qui vivra verra.
SILENCE ON TUE EN RCA POUR QUE NAISSE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE ! LE MONDE EST MECHANT !!!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués