SOCIéTé  |    

Drame de Ndassima: le bilan revu à la hausse

Par source: AFP - 27/06/2013

De 37 morts dimanche, le décompte des victimes de l'effondrement de la mine d'or est passé à 52 morts

 

Cinquante-deux personnes sont mortes dans l'effondrement d'une mine d'or dû à de fortes pluies, dimanche, à Ndassima, dans le centre de la Centrafrique, selon un nouveau bilan officiel communiqué mercredi par des autorités locales. De 37 morts le jour du drame dimanche, nous comptons aujourd'hui 52 cadavres déterrés, a déclaré Ouangaï, le maire de la capitale provinciale Bambari, ajoutant que sept personnes d'une même famille avaient trouvé la mort. Il y a quelques jours, les informations concordantes faisaient état de ce que 25 corps avaient déjà été retrouvés.

 


© teddyseguin.com
Image d'illustration
Dimanche, un éboulement de terre provoqué par «de fortes pluies diluviennes» sur le chantier de la mine d'or de Ndassima avait «entrainé la mort de près d'une quarantaine» de travailleurs, selon la présidence centrafricaine. Nous utilisons les taxis-motos pour transporter les cadavres et les déposer dans leurs familles respectives à Bambari et dans les autres localités de la région, a expliqué Jules Gatien Wenceslas Zengagba, un jeune mineur qui participe aux opérations de secours. Selon un chef de quartier de Bambari, Mahamat Saléh Ndomakossi, le bilan pourrait encore s'alourdir puisque 64 personnes travaillaient au total dans la mine, à environ «18 mètres de profondeur» sous terre.

Le nouvel homme fort du pays, Michel Djotodia, a décrété mardi 25 juin un deuil national de trois jours sur l'ensemble du territoire centrafricain. Les réserves de la mine de Ndassima sont estimées à environ 3,6 millions d'onces d'or. Le site, initialement exploité par «Aurafrique», filiale de la société canadienne Axmin, avait été fermé en 2009 par le gouvernement centrafricain qui estimait que la gestion se faisait dans une «opacité générale au détriment de l'intérêt national». Les rebelles du Séléka avaient repris le contrôle de l'exploitation lors d'une première offensive menée en janvier, avant de prendre le pouvoir à Bangui et de renverser François Bozizé en mars.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

ces sonts les centrafricains? je pense pas

Par tedongopelagie

27/06/2013 19:02

ça ce voix que cest la famille de idiodja c est pour cella le 5 couleur son monté, 3 jour pour deuil.

Responsabilité

Par denisp

28/06/2013 02:24

C'est ce qui se produit quand l'exploitation d'une mine est laissée à des gens qui n'ont pas les compétences requises pour le faire. Seleka et le président de Centrafrique espéraient sans doute avoir mis la main sur une « mine d'or », littéralement. Leur imcompétence aura coûté la vie de plusieurs, dont nombre d'enfants si je comprends bien. Pourquoi le silence sur leur responsabilité, tout indirecte soit-elle.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués