INTERVIEW  |    

Mgr Dieudonné Nzapalainga: «Du Jamais Vu en Centrafrique»

Par Luidor Nono - 26/06/2013

L’Archevêque de Bangui rencontre le 29 juin le pape François à Rome pour traduire la souffrance et le drame que vivent les populations centrafricaines

 

Au cours de votre dernière messe à Paris vous avez porté le message de la CECA, la situation en Centrafrique est …
Je suis en partance pour Rome où je dois recevoir le Pallium, l’insigne des archevêques. J’ai célébré en effet dimanche 23 juin l’eucharistie avec la communauté chrétienne et la communauté centrafricaine d’Europe, qui a une longue tradition depuis plus de 10 de célébrer et prier pour la paix en Centrafrique. Or depuis un certain temps, plus que jamais, la notion de paix est d’actualité. Chacun ne parle plus au niveau théorique, mais chacun a été touché par la dernière crise militaro-politique où, nous avons assisté à de viols, des actes de tortures, à des vols, des pillages, saccages, dévastations, vandalismes. Tout cela a ébranlé la cohésion sociale et nous Evêques de Centrafrique, cela faisait plus d’une semaine que nous nous étions retrouvés au siège de la CECA à Bimbo, pour réfléchir, sur la situation socio politique et économique, culturelle de ce pays, en posant un regard lucide, pas en donneur de leçon, mais un regard qui traduit la situation que l’on traverse dans le pays. L’évêque de Bangassou a parlé, celui de Berberati a parlé, de Bossangoua, Bouar, Mbaiki, Kanga Bandoro, Bambari, … tous les diocèses ont eu droit à la parole pour présenter la situation actuelle en RCA. Tous nous avons retenu comme expression, Du Jamais Vu!

 


© journaldebangui.com
Mgr Dieudonné Nzapalainga
Pourquoi une telle expression?
Ce qui s’est passé, c’est: Du jamais vu en République Centrafricaine au niveau militaire où on a vu beaucoup d’étrangers, mercenaires arriver massivement pour envahir et aussi continuer à spolier le peuple. Du jamais vu au niveau administratif, tous les bureaux, hôpitaux, écoles et d’autres institutions qui ont été détruites littéralement. Nous ne pouvons que nous poser des questions: qu’est-ce qui pousse tous ces gens à détruire la mémoire, pour ne pas dire annihiler la mémoire à travers les documents administratifs et autres archives brulées, Du jamais vu au niveau religieux. Qu’un groupe s’acharne systématiquement contre l’église catholique et les protestants pour pouvoir piller profaner, prendre tous les moyens roulants, plus d’une centaine de véhicules, des motos des Pères et Sœurs ont été emportés. En ce moment à Bangassou, il ne reste presque plus de véhicules, l’évêque marche à pieds, les prêtes aussi, et les gens sont bloqués pour exercer leur tâches pastorales. Paralysie totale. Du jamais vu au niveau sécuritaire. Parce qu’aujourd’hui avec tous ces mercenaires qui sont arrivés de partout, les gens ont peur. Ils ne peuvent pas sortir, ils sont bloqués.

 

Quelle appréciations faites-vous de la mobilisation autour de cette messe pour la paix en RCA?
Moi personnellement, je suis heureux de voir que ce qui nous arrive au pays, nos frères et sœurs ne sont pas indifférents. Ils se sentent proches, ils sont devenus solidaires en se regroupant, en mobilisant leurs moyens, en envoyant les moyens financiers, les médicaments, que toutes ces personnes en soient bénies et remerciées au centuple. Ils sont arrivés dans ce temple pour prier, une manière d’être en communion avec ceux qui sont au pays. Je voudrais demander au seigneur de les bénir à leur tour. La mobilisation qui a commencé doit être une longue chaîne qui ne s’arrête pas aujourd’hui. Il manque encore des choses au pays, les médicaments, l’administration fonctionne au ralenti, la question de la sécurité n’est pas résolue. Il faudrait que nous gardions la veille. Nous devons êtres vigilants, nous devons regarder et apporter notre soutien. Nous lançons un appel à ce que les Centrafricains qui sont dans la diaspora puissent se mobiliser. Le tout n’est pas seulement de donner l’argent, mais aussi faire pression. Nous avons vu d’autres pays et des ressortissants d’autres pays comme le Mali faire ce que l’on appelle le lobbying et le plaidoyer auprès des institutions et des acteurs politiques pour que l’on change le cours de l’histoire dans nos états. Je crois que l’heure est venue pour que le Centrafricain prenne son destin en main. Dans la devise il y a le mot unité, puissions-nous nous unir ensemble pour l’intérêt général, l’intérêt national pour plaider parce que un changement radical arrive, que nous puissions dire, plus jamais cela. Le peuple a assez souffert.

Fondamentalement, il n’y avait pas de problème entre les musulmans et les chrétiens. C’est ce conflit qui nous a conduits dans cette trajectoire.
Mgr Dieudonné Nzapalainga

 

Votre espoir et celui que vous pouvez transmettre à tous ceux qui vous liront?
Mon espoir c’est de voir la République centrafricaine unie du nord au sud et de l’est à l’ouest. Tous ses enfants, toutes les régions, toutes les tribus, toutes les ethnies, que chacun puisse se sentir Centrafricain parce que l’unité est la force. Quand on est uni, on peut réaliser des œuvres. Ce n’est pas en ce morcelant, en excluant l’autre que l’on pourra relever le défi du développement qui attend la République Centrafricaine. Mon autre espoir est que tous les centrafricains puissent s’entendre. Il est possible de travailler pour des objectifs bien fixés en commun, et qu’aujourd’hui plus que jamais, c’est le moment de braver nos intérêts égoïstes et rechercher ce qui va élever un grand groupe. Nous avons aussi besoin de respecter l’autre. Tout homme est une personne. C’est important. Nous avons l’impression que la vie des Centrafricains est devenue tellement dérisoire si bien que l’on peut tuer quelqu’un et, le respect à la vie que l’on chante dans notre hymne, on ne le voit pas. Nous devons retrouver nos fondamentaux, nos racines. Je fais confiance à tous les Centrafricains. Ils ont en eux le génie propre qui va les pousser à se rapprocher des autres, à rechercher les voies et moyens pour s’en sortir. Personne d’autre ne le fera. Nous sommes les vrais acteurs, au lieu de rester passifs, devenons actifs, engageons nous, mobilisons-nous et nous verrons que on pourra parler de notre pays positivement.

Un mot aux assaillants?
Nous pensons qu’il est temps que ceux qui ont pris le pouvoir, puissent écouter la voix du peuple, car nous pensons aussi être leur porte-parole, pour qu’un changement puisse advenir. Nous avons dressé un genre de feuille de route demandant, qu’il y ait la sécurisation, que les éléments étrangers puissent regagner leur pays, et que tous ceux qui sont des FACA, puissent être réintégrés, afin que les fonctionnaires aussi regagnent leur bureaux. En nous pensons à terme retrouver le chemin de la cohésion. Musulmans et Chrétiens, nous pourrons travailler. Fondamentalement, il n’y avait pas de problème entre les musulmans et les chrétiens. C’est ce conflit qui nous a conduits dans cette trajectoire. Nous somme vigilants et nous disons NON à ce comportement qui pourrait ébranler la cohésion sociale. Maintenant, nous demandons aux uns et aux autres d’être des promoteurs de la paix sociale au niveau du pays.

 

 

 
MOTS CLES :  Champigny   Messe   Ceca   Mgr Dieudonné Nzapalainga   Pape   Pallium 

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Pourquoi mon Pays???

Par Porcentro

28/06/2013 07:09

Merci Monseigneur,

Votre message est clair et net.
Centrafricaine par mes racines, je suis touché et me sens concerner. c'est pourquoi la mobilisation et l'union dans la franchise et la sincerité doivent faire partit des objectives prioritaires pour tous les centrafricains.
Je vois comment mon pays s'éteind à petit feu et j'en ai le cœur en larmes.
Et je me dis POURQUOI????

Les germes du mal centrafricain

Par Richard

29/06/2013 02:30


CES HOMMES ET CES FEMMES QUI NOUS GOUVERNENT

Martin ZIGUELE
Sorti de CECARE depuis LOME (Togo) où il exerçait dans l'Institution d'Assurance, Martin ZIGUELE, farouche militant du MLPC a fait son apparition sur la scène politique centrafricaine en 2000, nommé pour la première fois par le Président Ange Félix Patassé, Directeur National de la BEAC pour la RCA.

Après un stage d'un mois passé dans un des Etats membres, ce militant extrémiste était en pleine passation de service avec l'intérimaire Tchadien quand il a été propulsé Premier ministre, Chef du Gouvernement le 1er Avril 2001. C'est d'ailleurs dans les locaux de la BEAC qu'il a mené les différentes consultations qui l'ont conduit à mettre en place le GAC (Gouvernement d'Action et de Combat)!!!

Quel nom évocateur!
– Action, oui!, peut-être pour une république où on a l'impression que rien ne bouge, où l'on fait du sur place depuis plusieurs décennies!!
– Combat, oui! Mais qu'avait -il réellement envie de combattre? Le laxisme? Le népotisme? La corruption? Les arriérés de salaires? L'homme ne l'avait précisé. En tout cas, cette imprécision lui a amené « la poisse » car il a passé tout son mandat à combattre!

Prémonition? Sans nul doute, mais le caractère bouillant de l'homme n'est pas étranger à tout cela!
En effet, un mois et demi à peine après sa nomination, a eu lieu la tentative de coup d'état du 28 Mai 2001 dont les conséquences ont pris l'allure de génocide, avec comme corollaires, les crimes orientés contre certaines ethnies, les exactions, l'invasion des Banyamulengué qui ont pillé, violé, détruit tout sur leur passage tels des criquets ravageurs!!!

Ce tribaliste hors pair n'a roulé que pour les siens et les trois faits dont la modeste mémoire de l'auteur s'en souvient en disent long sur la nature profonde du personnage.

– Le Premier Ministre qu'il était a écrit personnellement au Directeur de l'ISTA pour imposer Mr BEBETEM (Feu) pour le poste de Chef de Service Financier, poste libéré par me Jonas MBAÏASSEM, un de ses proches également. Avait-il vraiment besoin d'écrire alors que la décence voudrait qu'il passe par le biais du Ministre du Plan?
– Mr Jonas MBAÏASSEM installé Coordonnateur du CSLP a vite fait de lorgner le poste plus juteux de Coordonnateur du CTP/PAS occupé alors par Mr Marcel NGANASSEM. Le PM qu'il était a naturellement accédé au désidérata de son parent en éjectant Mr Marcel NGANASSEM. Le Ministre du Plan a dû résoudre l'équation de Mr NGANASSEM en le nommant à la Coordination du CSLP, à la place du dauphin MBAÏASSEM!!!
– Lors d'un test pour le poste de Coordonnateur de la Cellule d'Appui à l'Ordonnateur du FED, structure qui sert d'interface entre le Ministère du Plan et le Fonds Européen pour le Développement qui finance des projets dans plusieurs secteurs, il est intervenu pour imposer Mr BEASSEM, ancien DG à l'origine de la faillite de la Société Centrapalm au grand étonnement du représentant de l'Institution qui a participé a déroulement du processus qui a conduit au succès de Mr Georges NGONDJO (Feu), candidat favori pour sa bonne gestion antérieure des fonds FED. Ce dernier n’a eu son salut que grâce à la protestation énergique du Représentant de la Commission de l'UE à Bangui à l'époque. Le Ministre du Plan a dû se plier aux exigences du Bailleur de Fonds qui a rétabli le vrai gagnant!

Le PM Martin ZIGUELE n'a pas arrêté de multiplier ses intrigues en développant l'appétit de jeunes loups du système MLPC. Lazare DOKOULA, aujourd'hui Conseiller du Premier Ministre, Nicolas TIANGAYE en est le plus bel exemple.
Sans revenir sur des multiples exemples des dérives de cadre atypique qu'est Lazare DOKOULA, le Premier Ministre TIANGAYE peut au moins poser la question à son Conseiller, quelle a été sa gestion des fonds des redevances informatiques logés au Ministère des Finances, ou encore les devises qu'il gardait de manière ostentatoire dans son placard de Ministre Délégué, ou encore les dernières recettes douanières des semaines précédant le 15 mars 2003?

Le Premier Ministre TIANGAYE s'est-il interrogé sur la moralité de ce Conseiller dont ZIGUELE l'a affublé? Les bras longs de ZIGUELE l'ont conduit à imposer un autre DOKOULA prénommé Yvon au CNT? N’y a –t-il que des DOKOULA autour de lui dans le MLPC ? Coïncidence ou manipulation à grande échelle au sommet de l’Etat?

En tout cas, qu'il se réveille de bonne heure pour obtenir un quelconque conseil de la part de celui, qui après avoir dilapidé tous les deniers publics détournés, revient sur ses pas, et pour cause? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, TIANGAYE doit user de beaucoup de prudence avec Lazare DOKOULA. Dans ce contexte difficile où tout est à repenser pour sortir la RCA du gouffre des Séléka, le Cabinet du Premier Ministre n'a pas besoin d'un Conseiller « pot de fleur », mais aux dents longues et bien acérées!!!

Pour en revenir à notre personnage principal, nous le décrivons comme violent par son langage, et ayant le tribalisme à fleur de peau. Il suffit de l'entendre parler pour se rendre compte du feu qui se dégage de sa voix. Aujourd'hui, loin du pouvoir, il prône la modération! Qui est dupe?

On se souvient encore de ses grandes déclarations quasi quotidiennes sur la Radio du monde. A présent, on se pose la question de savoir si ce sont les journalistes de RFI qui lui tendaient le micro ou alors c’est lui qui courrait derrière le micro de RFI ?

Il faut aussi reconnaître et heureusement d’ailleurs, que les élections de 2011 sont passées par là pour le ramener à la triste réalité de sa pseudo popularité. Que ZIGUELE cesse d'amuser la galerie!

Qu’il parle maintenant, puisque chaque seconde qui passe en Centrafrique est plein de sujets à palabre ; Qu’il dénonce les exactions commises chaque instant sur ce peuple dont il se soucie tant au point de vouloir le libérer en 2014 !!!

Avant les échéances d'après transition, le peuple centrafricain est en droit de lui poser un certain nombre de questions:
– Comment justifie-t-il la présence dans sa résidence Ex UCATEX de ce conteneur de 20 pieds contenant des vivres destinés aux déplacés des événements de 2002. Un des membres du système ZIGUELE, Mme NDOMA revient aux affaires comme Directeur de Cabinet du Ministre LOUDEGUE. Elle aussi, peut -elle justifier en tant que Ministre des Affaires Sociales en charge des déplacés, les conteneurs pleins de vivres parqués chez elle? ZIGUELE n'est -il pas en train de profiter de l'innocence de Nicolas TIANGAYE pour remettre en place son système véreux?
– Entre 2001 et 2002, période où les fonctionnaires centrafricains croupissaient avec leur famille sous le poids des arriérés de salaires (plus de 12 mois à l'époque), le premier Ministre qu'il était avait instauré un système d'avance de soldes au profit de l'ensemble du Gouvernement. Certains Ministres s'étaient retrouvés avec plus de trois ans de salaires payés par avance. Mme Marguerite KOFIO ne pourra pas démentir cela!!!

Dommage que les multiples actes de vandalismes perpétrés au niveau du Trésor Public ne permettent plus de reconstituer ce forfait qui caractérise une fois de plus de la nature profonde de notre personnage qui en fin de compte, n'a aucun sens de l'intérêt général. Dans le cas d'espèce, peu importe la galère des fonctionnaires centrafricains, pourvu qu'avec ses ministres, on ne se prive pas.

Après son départ précipité de mars 2013, les bénéficiaires légitimes sont entrés en possession de leur droit en se servant pendant toute une journée de riz, soja, huile de soja, et j'en passe!

Martin ZIGUELE est le reflet du système Patassé qui a un moment donné de son règne, pense qu'il n'y plus personne à Bangui pour jouer le rôle de Premier Ministre! Il a sorti du néant celui qui aujourd'hui pense qu'en dehors de lui, personne d'autre ne peut diriger la RCA. Illusion!

Le Président Patassé a dû se retourner plusieurs fois dans sa tombe face aux trahisons de celui qu'il a sorti du néant pour en faire un Premier Ministre de la République. Comme l'appétit vient en mangeant, l'étape suivante est le poste de Président de la République.

Bonne chance pour 2014, Monsieur le Président!!!!

Les germes du mal centrafricain

Par Richard

29/06/2013 02:50

Léa KOYASSOUM DOUMTA, alias « Mme Casser les oeufs »

Connaissant peu de choses sur celle qui aujourd'hui, occupe la deuxième place au CNT, nous nous résumons à quelques informations glanées ici et là et recoupées.

Institutrice de son état, nous apprécions la détermination ce celle qui, après quelques années d'exercice, va s'inscrire à l'ENS pour faire anglais. Elle sortira quelques années avec un diplôme de Professeur d'Anglais, discipline qu'elle dispense avec beaucoup de brio jusqu'à sa nomination comme Censeur du Lycée Pie XII. Avec les grèves de 1990 et les débuts des années blanches, on a assisté à la privatisation des écoles catholiques. Confirmée Censeur dans l'Institution devenue privée, elle n'a cessé d'exacerber les parents d'élèves dudit établissement par ses positions radicales en faveur des grèves prolongées de soutien à l'enseignement public, ce qui lui a valu d'être remise à la disposition de l'Administration Scolaire sur pression de l'APE du Lycée Pie XII.

Son parcours au sein du PUN a été plutôt émaillé de rapports difficiles avec les militants (sauf peut-être un seul (Suivez mon regard!........ qu'elle vient de promouvoir au poste de Secrétaire Général du CNT ). Certains militants dudit part s'en sont pris au Président Jean Paul NGOUPANDE pour l'avoir privilégiée à plusieurs reprises en la désignant différents gouvernements sous le règne de BOZIZE.

Cette militante convaincue des droits des femmes est à féliciter, mais là où le bas blesse, c'est qu'elle ne milite que pour elle-même, prête à tout pour disqualifier celles qu'elle croit lui faire ombrage. Beaucoup de femmes cadres l'ont appris à leur dépens.

Entre décembre 2012 et Janvier 2013, elle fait partie de celles qui pleuraient pour dénoncer les exactions des Séléka à travers des marches de protestations qui se terminent par des remises de mémorandum, cérémonies pleines d'émotions où les larmes coulaient à flot!!! Nos jeunes photographes amateurs doivent encore disposer quelques souvenirs de ces moments pathétiques!!!

On se pose quand même une question: Est-ce un dernier calcul pour une remise sur orbite sous le règne BOZIZE, quand on sait qu'elle a dû encore être rattrapée de justesse comme Conseiller sous le Premier Ministre Elie DOTE, avant de s'éclipser un an à Brazzaville. Apparemment, la carrière à l'international n'est pas faite pour elle!

De retour à Bangui, nantie certainement d'une pactole, elle se lance dans la promotion de produits naturels, avec à la clé, des milliards en quelques mois. Beaucoup de jeunes femmes entrainée dans cette aventure après avoir été convaincues par les mots mielleux de la Damme DOUMTA attendent désespérément la livraison des produits à vendre pour devenir milliardaires!

Après ce bref aperçu sur la personne de Mme Léa DOUMTA, on comprend aisément tout le côté changeant de cette femme!

Sa prise de position dans sa déclaration prononcée (selon elle, au nom des femmes centrafricaines) le mardi, 26 Mars 2013 dépasse l'entendement. J'en reste encore sous le choc. Comment quelqu'un se sensé peut -il déclarer, je cite: «On ne peut pas faire d'omelettes sans casser les oeufs; mais cette omelette doit être préparée en quantité suffisante pour que tous les centrafricains puissent avoir droit à une part.....! » (SIC).

(La déclaration faite en sango a été traduite par le rédacteur de ce texte).
A toutes les centrafricaines qui liront ce document, je poserai la question de savoir si elle se reconnaissent dans de tels propos. Si non, je pense pour ma part qu'elles doivent demander à Mme DOUMTA de s'expliquer sur cette déclaration. En effet, que met elle dans ces oeufs que la Séléka et ses chefs ont cassé? Les crimes? Les viols, les vols, les destructions? La guerre sainte que mènent les islamistes au peuple centrafricain? Combien d'œufs a-t-elle mis elle même dans le lot?

Quel scandale, Mme « Casser les œufs »! Si dans ce pays, quelques hommes ont bafoué la dignité du Centrafrique tout au long de son histoire de ce pays, ils en ont gardé les traces indélébiles avec les noms désormais lourds à porter qui les suivront pendant toute leur carrière politique:
« Mr Démenti », « Mr J'ordonne », « Mr Kougbé ti mango ». Le gros lot vient d'être remporté par une femme; quel triste record? Mme Casser les œufs assumera l'entière responsabilité de l'apologie du crime qu'elle prône et continue de faire à travers ses prises de position radicales et extrémistes qui mettent en danger l'avenir du peuple centrafricain.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement de la Coopérative Continentale d’Epargne, de Crédit et de Développement des femmes performantes en RDC
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdbangui/www/article.php on line 364

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués