SOCIéTé  |    

Camp Kassaï: des enfants soldats repoussés par leurs chefs

Par Kangbi-ndara.net - 21/06/2013

Rejetés par leurs frères d’armes, les enfants soldats issus de l’ex coalition rebelle de la Séléka affrontent difficilement le quotidien à Bangui

 


© voa
Des enfants-soldats de Seleka devant le palais présidentiel à Bangui le 25 mars 2013
Une trentaine d’entre eux enregistrés par l’UNICEF Centrafrique se plaignent d’être abandonnés à eux-mêmes. Sur les ondes de Radio Ndeke Luka un enfant soldat enregistré est venu expliquer les circonstances dans lesquelles lui et d’autres enfants soldats vivent à Bangui. «Depuis que l’UNICEF nous a enregistré nous avons quitté notre base qui est le Camp Kassaï dans l’espoir d’être pris en charge par cet organisme onusien. Puisque la prise en charge tarde encore mes jeunes frères d’armes et moi sommes décidés de rentrer au Camp Kassaï puisqu’au dehors nous vivons dans la précarité. Malheureusement, nous ne pouvons pas regagner présentement Camp Kassaï, nous sommes repoussés par nos chefs militaires sous prétexte que nous sommes déjà pris en charge par l’UNICEF. Donc, nous nous sommes regroupés actuellement au Palais de notre chef dans l’attente d’être réellement pris en charge par les nations-unies. Personne ne se soucie de nous à Bangui», explique l’enfant soldat.

L’UNICEF dans son programme pour la protection de l’enfance a le 30 mai procédé à un premier enregistrement de quelques 41 enfants soldats de la Séléka sur les 70 énumérés par le ministre de la communication Christophe Gazambeti. L’ONG a expliqué lors de cet enregistrement qu’elle compte regrouper tous ces enfants combattants sur un site où ils auront à manger, à s’habiller, à dormir Depuis lors, la prise en charge de ses enfants n’est encore effective.

 

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

DDR???

Par wanto

24/06/2013 11:07

Enfin! qu'on réorganise la J.P.N. (jeunesse pion aire nationale ) et ces jeunes retrouveront une sécurité dans la formation ( élevage,agriculture,bâtiment .....)et la production; véritable réinsertion! les moyens humains et matériels existent! un peu de bonne volonté et de courage,et on ne parlera plus d'enfants de rue ou enfants soldats en Centrafrique!!ça ne sert à rien de les stigmatiser ou des les entasser et les nourrir dans des camps comme du bétails!!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués