SOCIéTé  |    

Bangui: Le pont de Miskine va s’effondrer

Par Source: RJDH-RCA - 20/06/2013

Le Directeur général adjoint de l’Office nationale du matériel, Mathias Mano, qui s’est rendu sur les lieux propose des pistes pour la réhabilitation de l’ouvrage

 

Le pont de Miskine dans le 5ème arrondissement, sur l’avenue Koudoukou s’est partiellement affaissé le mercredi 19 juin, après une pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Bangui. Mathias Mano, Directeur général adjoint de l’Office nationale du matériel (ONM), tente une explication des mobiles de l’affaissement du pont. «Nous sommes en présence d’un ouvrage hydraulique, composé d’une batterie de buses, posés depuis plus de 10 ans. Il y a l’effet d’oxydation et la corrosion, cela veut dire que ces buses ont perdu leurs caractéristiques, elles sont rouillées. Pendant l’écoulement des eaux, une partie déborde et mouille les latérites, du coup une partie de cette terre est emportée par la pluie. Il y a eu affaissement», a expliqué Mathias Mano.

 


© RJDH-RCA
Le pont est entrain de s'effondrer!
A l’issue d’une visite de constat qu’a effectué le directeur général adjoint de l’ONM, l’on a d’abord fait sortir un véhicule qui s’est coincé dans le trou sur le pont. «Après nous avons fait un balise pour empêcher d’autre accident de circulation», a-t-il ajouté. D’après les techniciens accompagnant le Directeur, il faudra absolument enlever toutes les buses, refaire le terrassement et remettre de latérite. Pendant ces travaux, «on va voir si les buses sont en mauvaises état afin de les changer puis refaire un remblai», a-t-il ajouté.

Les travaux pourront durer deux semaines. Une partie sera faite manuellement, car les outils appropriés pour ces genres travaux ont été emportés lors des évènements du 24 mars. «Le terrassement se fera manuellement puisqu’on n’a plus de machines. Ces matériels ont été emportés pendant les évènements du 24 mars. ONM va exécuter les travaux sous financement du Fonds d’entretien routier», a fait savoir Mathias Mano. D’après les explications du directeur général adjoint de l’ONM, le pont de ‘’Sayvoir’’ est constitué des buses qui sont de tuyaux posés et entouré de terre, de latérite et le remblayer. Quand il pleut et que ces buses sont remplies, parfois l’eau déborde et envahit les mottes de terre qui sont par la suite drainées. Le vide laissé par ces terres favorise l’affaissement. Le pont de « Sayvoir » avait pourtant été réhabilité il y a environ six mois. Avec cette menace qui pèse sur le pont « Sayé Voir » à Miskine dans le 5ème Arrondissement, la capitale centrafricaine est exposée à un sérieux problème d’ouvrages d’art, s’il faudra aussi prendre en compte le pont Langbassi dans le 6ème Arrondissement et le pont des Castors dans le 2ème Arrondissement, dont l’effondrement force les automobilistes à faire des détours

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués