ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Bangui: comment protéger les installations de l’Enerca

Par Yaka Maïde - bêafrika Sango - 19/06/2013

«En deux ans seulement, l’Enerca a perdu vingt transformateurs dans les 6e, 7e et 8e arrondissements»

 

Chaque jour qui passe, on constate des actes de vandalisme sur les installations de l’Enerca. La directrice générale de l’Enerca Madame Élisabeth Kofio a convié, hier mardi 18 juin, les maires et chefs de groupe des 6e et 8e arrondissements de la ville de Bangui à une réunion de réflexion sur la protection des installations de l’Enerca dans leurs juridictions administratives. En effet, ces deux arrondissements sont les plus touchés par les actes de vol, de fraude, de vandalisme et de sabotage sur les réseaux de distribution de l’unique société qui fournit de l’énergie en Centrafrique. «En deux ans seulement, l’Enerca a perdu vingt transformateurs dans les 6e, 7e et 8e arrondissements», a indiqué Madame Elisabeth Kofio qui estime ces « pertes énormes à trois cents millions francs CFA ». Cependant, les plus basses recettes sont également constatées dans ces arrondissements. D’après un rapport de l’Enerca, le 6e arrondissement compte mille cinq cents clients pour une recette 14,5 millions F CFA. Quant au 8e arrondissement, il compte 2348 clients et fait une recette de 16,800 millions F CFA.

 


© leconfident.net
La directrice générale de l'Enerca, Madame Élisabeth Kofio
En avril 2013, l’Enerca a fait une recette totale de 110 millions F CFA. Le salaire de son personnel s’élève à 123 millions F CFA sans compter les autres frais de fonctionnement et d’entretien de l’entreprise qui s’y ajoutent. «En faisant la balance, l’Enerca tourne à perte», déplore la directrice générale, qui vient malgré tout de remplacer trois transformateurs à Galabadja et un à Petevo. L’annonce du rétablissement de l’électricité à Petevo a mis du baume au cœur de la maire du 6 e arrondissement, Madame Francette Makake, qui, toutefois, essaie de défendre ses administrés. «La plupart des fraudeurs sont des connaisseurs. Ils utilisent du matériel professionnel pour commettre leurs forfaits. Pour nous, lorsque nous voyons un individu, habillé en blouson bleu et utiliser une grimpette, nous pensons que c’est un agent de l’Enerca», a-t-elle argué tout en préconisant qu’une forte campagne de sensibilisation soit organisée dans les quartiers Kpetene 1, 2 et 3 pour informer et éduquer cette population à la protection des biens de l’Enerca qui est un patrimoine national. La directrice générale a reconnu la part de responsabilité de certains agents de l’Enerca qui sont complices des fraudes et des branchements illicites. Mais, elle a également signifié que les grimpettes et les blousons sont aussi fabriqués dans les quartiers.

 


© lacoquette.mondoblog.org
Le maire du 8e arrondissement, Maurice Namganda, qui a remercié l’Enerca pour le rétablissement de l’électricité à Galabadja a indiqué qu’il a lancé une initiative auprès des chefs des quartiers pour collecter de l’argent afin de construire une clôture pour protéger le nouveau transformateur installé à même le sol. Mais Madame Kofio qui a estimé que cela n’incombe pas de la responsabilité de la population a reconnu que l’installation du transformateur à l’air libre est un grand risque d’électrocution pour la population. «C’est parce que nous manquons cruellement de l’argent. Il nous faut au moins six millions F CFA pour construire un abri de protection du poste de transformateur» s’est-elle défendue avant de rassurer le maire du 8e arrondissement que «l’Enerca se battra dans les tous prochains jours pour construire provisoirement un abri de fortune».

«L’Enerca, seule, ne peut pas tout faire. Elle a besoin de l’aide et de l’assistance de toute la population. Nous devrions protéger l’unique patrimoine de production, de transport et de fourniture d’électricité que nous possédons», a conclu madame Elisabeth Kofio. Les 18 mégawatts d’électricité produits par l’Enerca n’arrivent pas à satisfaire les besoins en consommation de la population estimée à 38 mégawatts. Le nouveau projet chinois de Boali 3 qui produira dix mégawats d’ici la fin d’année et augmentera la capacité de production à 28 mégawatts devra réduire le temps de délestage.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués