ECONOMIE ET BUSINESS  |    

CEMAC: enfin la libre circulation?

Par Djimasra Parfait - Elairages - 17/06/2013

Une simple carte d’identité nationale d’un pays membre peut vous permettre de voyager de N’Djaména à Malabo en passant par Yaoundé, Libreville, Bangui et Brazzaville

 

Réunis en sommet ordinaire à Libreville, les chefs de l’Etat des six pays membres de la Cemac ont enfin décidé de mettre en œuvre le principe de la libre circulation des biens et des personnes. Simple déclaration d’intention ou réelle volonté d’intégration de la sous-région ? Le coup de blues de l’économie équato-guinéenne révélée par l’hebdomadaire Jeune Afrique de cette mi-juin et la fin annoncée de la période faste au Gabon sont-ils pour quelque chose dans le pas historique franchit par les chefs d’Etats ce week-end? Est-ce le défi sécuritaire qui a eu raison des égoïsmes qui ont freiné de quatre fers toute tentative d’avancée vers une intégration sous régionale? Désormais tous les habitants de la Cemac peuvent circuler librement entre les six pays. Plus besoin de visas pour aller d’un pays à un autre. Une simple carte d’identité nationale d’un pays membre peut vous permettre de voyager de N’Djaména à Malabo en passant par Yaoundé, Libreville, Bangui et Brazzaville.

 


© fr.africatime.com
En effet, les chefs d'Etat des six pays membres (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RCA et Tchad) ont validé la suppression des visas en zone CEMAC pour tout citoyen de la Communauté d'ici la fin de l'année. Mais problème, pour cette question épineuse relative au processus d'intégration sous-région ale d'Afrique centrale, la position du Gabon et de la Guinée équatoriale est actuellement cruciale, car ces deux pays semblent toujours préoccupés par d'éventuels afflux de personnes sur leurs territoires. Le Cameroun, la RCA, le Congo et le Tchad qui acceptent de fait cette proposition, ne sont en réalité pas préparés pour une véritable intégration. La question sécuritaire serait au centre de leur préoccupation. Surtout que le Gouvernement se trouve dans l’incapacité d’assurer normalement la délivrance des cartes d’identité nationale aux citoyens. Le pays de Popol, quant à lui, n’accepterait pas d’ouvrir ses frontières aux étrangers surtout aux Tchadiens (considérés déjà comme trafiquants d’armes légères) et aux centrafricains (devenus des marchands de morts avec le phénomène Séléka). Quoi qu’il en soit, la décision du dernier sommet de la Cemac est historique et sa mise en œuvre est impérative pour sortir l’Afrique centrale du trop long sommeil dans lequel il a été plongé!

Un communiqué commun
Les 6 chefs d’état de la CEMAC (Cameroun, Gabon, Guinée Equatoriale, République centrafricaine, République du Congo et Tchad) se sont entendus sur deux initiatives politiques majeures.
A compter du 1er janvier 2014 sera mise en place la fin des obligations de visa pour tous les citoyens de la CEMAC pour circuler à travers les pays appartenant à la Communauté
La création d’un cadre politique commun pour la protection du commerce au sein de la région de la CEMAC permettra notamment l’harmonisation des politiques de mise en conformité des médicaments pour lutter contre la contrefaçon et facilitera l’accès aux compagnies pharmaceutique au marché régional.
Ce communiqué a été remis aux dirigeants du G8 réunis en pré-sommet à Londres par le ministre gabonais des Affaires étrangères, de la coopération internationale et de la Francophonie, Emmanuel Issoze-Ngondet. Un communiqué final des chefs d’état de la CEMAC à l’attention des dirigeants du G8 a aussi été diffusé en conclusion du New York Forum Africa le 16 juin. Annonçant ces engagements politiques, Le Président du Gabon Ali Bongo Ondimba, qui préside actuellement la CEMAC a déclaré: «nos six nations travaillent ensemble au-delà des frontières à trouver des solutions régionales à nos enjeux commun, à renforcer notre coopération économique pour encourager le développement.» En amont et en accord avec l’agenda du G8, la CEMAC a concentré ses échanges sur la fiscalité, les échanges commerciaux et la transparence. «Comme tous les regards dans le monde sont rivés ce weekend sur le Sommet du G8 en Grande-Bretagne, Les dirigeants de la CEMAC ont voulu monter leur propre engagement pour stimuler les échanges commerciaux et de l’investissement en Afrique», a indiqué le Président Bongo.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

libre ciirculation

Par Koraa

18/06/2013 12:50

S'il y a un pays qui doit se mefier de cette libre circulation c'est le Centrafrique nous risquons tot ou tard dans les faits d'etre une nouvelle colonie du Tchad et le Soudan. Ceux qui ont sous-estime ce risque dans le passé ont maintenant sous leurs yeux a travers le desordre bien calcule qu'entretient Deby sur notre territoire les premisses de ce a quoi on doit s'attendre.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués