SOCIéTé  |    

Réfugies centrafricains: entre peur et terreur dans les pays d’accueil!

Par journaldebangui.com - 13/06/2013

Ils sont soupçonnés d’assassinats et d’agressions au Cameroun, pendant qu’en RDC, l’Ocha continue de chercher de meilleurs emplacements pour les caser

 

Depuis le début de la semaine, le chef-lieu de la région de l’Est au Cameroun et à l’Ouest de la Centrafrique est en «état d’urgence». Et pour cause, selon le journal Le Messager, les taximen-motos de la ville ont organisé un mouvement d’humeur pour dénoncer le décès d’un des leurs des suites d’une agression. Ils ont parcouru le périmètre urbain à coups de klaxons avant de se rendre au commissariat central de la ville, pour en découdre avec le présumé assassin de leur collègue qui était déjà entre les mains de la Police.Selon le commissaire central-adjoint Frederick Foumena, «le crime a eu lieu au quartier Bertoua 2 dans la nuit de mardi aux environs de minuit. La victime, conducteur de mototaxis a succombé à ses blessures, après avoir reçu des coups de poignards au niveau de l’abdomen. Son présumé agresseur, Hamadou Dabou, de nationalité centrafricaine et âgé de 20 ans qui tentait de dérober sa moto, a aussitôt été rattrapé par la Police, sur renseignement de la population».

 


© cameroonvoice.com
Une vue de la ville de Bertoua, à l'Est du Cameroun et à l'Ouest de la Centrafrique
Depuis quelques temps, dans cette ville de l’Est camerounais, des informations concordantes recueillies auprès des victimes d’agressions et autres braquages dévoilent que «ces bandits qui roulent à bord des motos, ont à leur possession deux pistolets automatiques et une arme de guerre de type Kalachnikov». Des sources sécuritaires révèlent que ce climat d’insécurité qui s’est installé dans la ville découle également, de la mauvaise gestion du flux des réfugiés centrafricains qui se sont éparpillés. «Au départ, ces militaires centrafricains étaient logés au 81éme Bataillon d’infanterie motorisé et avaient droit à deux repas par jour. Mais depuis quelques temps, cette ration est passée à un repas. Plus grave encore, ces militaires qui sont entrés au Cameroun avec des armes se baladent en toute liberté dans nos villes. A Bertoua, certains louent déjà des maisons dans les quartiers en toute quiétude. Conséquences, au plus fort de la galère, ils sont obligés de braquer».

RDC: des réfugiés centrafricains relocalisés dans la province de l'Equateur
Ainsi, il est de plus en plus compliqué pour les organisations humanitaires et même les Etats voisins de venir en aide aux réfugiés centrafricains où qu’ils soient. En République Démocratique du Congo (RDC) depuis le changement du régime dans leur pays, la Centrafrique, un total de 605 ressortissants, réfugiés ont été relocalisés dans la province de l'Equateur, nord-ouest de la RDC. C’est l’information délivrée par le Bureau des Nations unies pour la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), à Kinshasa. Selon l'OCHA et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), parmi ces réfugiés centrafricains, 405 sont relocalisés sur le site d'Inke dans le district du Nord-Ubangi et 200 à Mole, dans le district du Sud-Ubangi. Une opération qui vise 30.500 ressortissants centrafricains, dont 24.000 ont trouvé refuge dans la province de l'Equateur et 6.500 autres en province Orientale.

Source: Le Messager

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués