SOCIéTé  |    

Bangui: un préfet échappe à une tentative de braquage

Par Source: RNL - 12/06/2013

Le présumé coupable se faisant passer pour un capitaine de la Séléka a été appréhendé

 

Selon les fait rapporté par Serge Féïndiro, voisin du Préfet, cité par Radio Ndéké Luka, «le véhicule est garé dans ma concession parce que le préfet en question est mon voisin. Aux environs de 23 heures du 9 juin, ce jeune homme était venu avec son ami juste pour braquer le préfet et récupérer ce véhicule. Mon fils l’a reconnu quand il a pointé la victime et il m’en a fait part. Il m’a expliqué que le braqueur habite le même quartier que nous .On m’a donné son nom et j’ai mené des investigations qui nous ont amené à mettre la main ce matin sur lui». Le présumé braqueur Marien Evrard Boulala a, dans un premier temps, nié les faits, ajoutant qu’il appartient au Camp du Général Mohamed Dhaffane. «J’ai toujours lutté contre les braquages. Devant mon Dieu, je n’ai rien fait et je ne me suis jamais associé à quelqu’un pour braquer qui que ce soit»

 


© radiondekeluka.org
Image d'illustration
Après un tour de vérification devant le Ministre Dhaffane, Marien Evrard Boulala, le jeune homme âgé d’environ 30 ans, est revenu sur ses propos pour reconnaître qu’il a menti. Le présumé voleur qui se dit capitaine de la coalition Séléka a pu être ainsi appréhendé ce matin du 12 juin 2013 à la Cité Jean 23 dans le 4ème arrondissement de Bangui. Il serait à l’origine de cette tentative de braquage du véhicule nouvellement affecté par le Chef de l’Etat au préfet de Bamingui Bangoran en séjour à Bangui. En outre, selon les témoignages recueillis auprès de ses voisins, «ce soit disant capitaine braqueur est impliqué dans plusieurs actes de faux et usage de faux ainsi que de nombreux cas de tentative de braquage».

D’après le général Abdel Kader Kalil qui a mené cette opération, «ce présumé voleur sera mis à la disposition de la justice». Il demande par ailleurs à la population centrafricaine d’être vigilante et de leur faire appel au cas où un tel acte se produit dans leur quartier. Le véhicule qui fait l’objet de tentative de braquage a été remis au Préfet de Bamingui Bangoran le 4 juin dernier par le Président centrafricain de transition Michel Djotodia. Il fait partie des 16 préfets à qui le Chef de l’Etat a fait ce geste.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

ça commence

Par ADS

12/06/2013 20:31

Et ça, vous ne dites rien, vous les éternels mécontent?
C'est toujours les SELEKA ça?

ETERNEL MECONTENT...

Par Kongo wara (2)

13/06/2013 12:33

Cela ne pourrait etre qu'une simple 'operation de charme' pour justement en arriver aux memes reactions du compatriote ADS.

Lisez encore le blog de mediapart et dites nous s'il y a de quoi a etre content.. Faites vous violer et venez nous dire combien vous etes content..

http://blogs.mediapart.fr/blog/joseph-akouissonne/100613/centrfrique-main-basse-etrangere-sur-le-territoire


Je cite:
"

La République Centrafricaine est en train de perdre sa cohésion nationale. Son tissu social se lézarde. Des forces contradictoires s’affrontent dans ses entrailles pour la mener à une situation insurrectionnelle. Sa cohésion jadis forte, son unité nationale, représentée par des gouvernements pluriethniques et une langue nationale, le Sango, vecteur de l’égrégore national, s’affaiblissent de jour en jour. Le rapport de forces actuel fragilise dangereusement l’équilibre géographique et ethnique qui existait, tant bien que mal, dans la composition des gouvernements successifs - il suffit de se souvenir de la consonance des noms pour remarquer que toutes les régions du pays étaient alors représentées. Même si ces gouvernements étaient autocratiques et, parfois, sanguinaires.

Aujourd’hui, avec les nouveaux maîtres provisoires de la Centrafrique, une terrible menace plane sur le pays, telle un feu de brousse menaçant la savane.

Le gouvernement provisoire de Michel Djotodia constitue un modèle d’accaparement de tous les pouvoirs par un groupe, dont les noms, d’origine tchado-islamo-arabe, font penser aux Centrafricains qu’ils ne sont plus tout fait dans leur pays. On dirait une sorte de camorra qui se serait emparée des rênes de la R.C.A.

La liste des membres du gouvernement autoproclamé de Michel Djotodia est édifiante : Justin Assane, son frère cadet, nommé Général de Brigade à la tête de la Sécurité Présidentielle ; Djoubaye Abazén, son cousin, Ministre des Transports et de l’Aviation civile ; Bertrand Mamour, son oncle retraité, Ministre délégué à la Défense nationale ; Herbert Gotron Djono Habba, son neveu, Ministre d’Etat aux Mines. Et la liste est incomplète. C’est une synarchie. L’état-major des Forces centrafricaines est truffé de citoyens tchadiens : Abdelkarim Moussa, Ibrahim Saladine, Yaya Bourna…On se croirait dans une contrée arabo-musulmane.

Il ne faut pas oublier les vassaux des ploutocraties successives. Les prébendiers, uniquement préoccupés par le sauvetage de leurs deniers mal acquis. L’appât du gain ayant ôté en eux toute dignité, tout sens de la chose publique, ils se sont formés grâce aux efforts financiers de tous les Centrafricains (bourses d’études…) et se sont enrichis, alors que la majorité de la population centrafricaine vit avec moins de un dollar par jour.

Et, pourtant, cette cabale, dont les Centrafricains sont victimes, s’opère dans l’indifférence totale des nations du monde entier. Le silence de la France et celui de l’Union Africaine, sont, en particulier, assourdissants. Accablés, déboussolés, ils en sont à se demander si le pays qui leur est cher, la République Centrafricaine, leur appartient encore. Blessés et humiliés, ils subissent en continu la cohorte des malheurs inhérente à toute occupation. Les propos de Michel Djotodia, recueillis par Patrick Fort pour Bêafrika Sango, laissent dubitatif : le souhait de régulation du marché du diamant, depuis des lustres accaparé par des ruffians étrangers ni foi ni loi avec la complicité des dirigeants corrompus du pays ? On attend de voir. Autrement, rien de concret, rien qui permette aux Centrafricains d’espérer sortir des bas-fonds de la mauvaise gouvernance. Rien qui laisse présager la mise en place d’une politique nationale dans l’intérêt du peuple.



L’urgence commanderait, pourtant, de prendre immédiatement toute une série de mesures :

•suspension dans les plus brefs délais, de ce gouvernement autoproclamé ;
• organisation d’élections générales sous l’égide d’une nouvelle Commission Nationale de Transition (C.N.T.) désignée par l’ensemble de la population ;
•établissement d’un programme clair de développement dans l’intérêt de la nation, avec la société civile et tous les partis politiques sans exclusive ;
•approbation de ce programme par le peuple. Sinon, rien ne sera possible. Il est temps, en effet, de le responsabiliser et de lui donner enfin la parole.


Ceux qui sont en train d’amener la République Centrafricaine à danser sur un fil suspendu au-dessus d’un précipice seront, demain, responsables des calamités qui se profilent à l’horizon. Messieurs du Gouvernement Provisoire, Membres de l’Union Africaine et de l’O.N.U., Etat français, à cause de votre implication particulière : prenez vos responsabilités ! Agissez ! Sinon, le peuple centrafricain, à bout, choisira inéluctablement la résistance sous toutes ses formes. Déjà nous parviennent, de l’ensemble du pays, des signes inquiétants…







A. De kitiki



(9 juin 2013)


POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués