DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

République centrafricaine: les urgences de la transition

Par - 12/06/2013

L’International Crisis Group dresse un premier bilan et des recommandations en direction des différents intervenants dans la crise

 

Dans son dernier rapport, République centrafricaine: les urgences de la transition, l’International Crisis Group dresse un état des lieux de la situation en RCA après le coup d’Etat mené par la coalition rebelle de la Seleka en mars 2013, qui a mis un terme à dix ans d’exercice du pouvoir par François Bozizé et plongé le pays dans une nouvelle crise. L’absence d’Etat, la fragilité de la Seleka et les tensions entre chrétiens et musulmans rendent cette transition incertaine.

 


© crisis-group
Les conclusions et recommandations principales du rapport sont:
1- Rétablir la sécurité est primordial afin de stabiliser le pays et de relancer l’économie. Les anciens rebelles doivent être cantonnés à l’extérieur de Bangui et un programme de désarmement, démobilisation et réintégration des combattants de la Seleka doit être mis en œuvre avec le soutien des partenaires traditionnels de la RCA.
2- Il est nécessaire de mettre en œuvre une réforme du secteur de sécurité et de procéder à une intégration sélective et limitée des combattants dans les forces de sécurité, en fonction de normes de recrutement bien définies et de quotas préalablement fixés.
3- Le Comité de suivi de l’accord de Libreville, établi après la signature de l’accord en janvier 2013 et présidé par le président congolais Denis Sassou Nguesso, doit être la boussole politique de la transition. Il doit s’assurer du respect des engagements pris lors des sommets de Libreville et de Ndjamena concernant la sécurité, l’organisation des élections, la restauration de l’administration ainsi que les réformes judiciaires et économiques.
4- L’organisation des élections dans un délai d’un an et demi est un objectif irréaliste. Une mission électorale exploratoire des Nations unies devrait se rendre rapidement en RCA pour évaluer la situation, proposer un plan d’action, un budget et un chronogramme réalistes pour l’organisation des élections.

«Cette nouvelle crise sanctionne plusieurs décennies de mauvaise gouvernance et de déclin économique en Centrafrique», affirme Thibaud Lesueur, analyste pour l’Afrique centrale de Crisis Group. «Depuis trop longtemps, la sécurité de la RCA est externalisée et les services sociaux sont en grande partie assurés par des acteurs non étatiques, notamment étrangers».
«Cette crise constitue un test pour l’architecture de paix et de sécurité de la région», ajoute Comfort Ero, la directrice du programme Afrique de Crisis Group. «L’Union africaine, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale, les Nations unies et l’Union européenne devraient organiser un retour d’expérience pour identifier les problèmes rencontrés et améliorer la prévention et la gestion de crise à l’avenir».

 

 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

RCA

Par Koraa

12/06/2013 20:00

Les conclusions de ce rapport sont limpides! Nom de Dieu! Que les fils de ce pays se mettent au travail au lieu de tout attendre de l'exterieur. Un proverbe chinois dit: "Quand un homme montre le ciel du doigt; le sage regarde le ciel, l'imbecile regarde le doigt".Sommes-nous arrives a un stage ou les centrafricains n'ont pas les connaissnces elementaires pour savoir ce qu'ils font? Meme l'amour de notre patrie qui doit nous pousser a lutter pour notre pays et le drame d'une situation infrahumaine dans lequel est plonge notre people.

Je n'aurais pas dit mieux

Par Edith

12/06/2013 22:05

Sauf que pour faire comprendre ca aux Centrafricains ! Ils croient être au centre de tous les complots du monde, alors que le monde entier se fout de ce pays.

Crisis Group = Médécin après la mort

Par Nomzamo

13/06/2013 10:48

Toutes ces ONG (HWR, CG, Amnesty Ial etc) financées par les grandes puissances qui déstabilisent les pays riches en matières premières ont la foutaise de pondre des rapports après la mort du malade.
Pourquoi ces ONG machins ne nous expliquent pas les dessous de cartes de la crise centrafricaine?
C'est un peu facile de montrer du doigt les marionnettes (centrafricaines) sans nous parler des marionnettistes (france) qui tirent les ficelles dans l'ombre.
Il faut être simple d'esprit pour s'arrêter à des analyses aussi superficielles de la crise centrafricaine qui dure depuis 1996;, jour où la france de chienrac a commencé à déstabiliser ce pays suivis de tous les petits roitelets français (sarkozy puis hollande).
Au fait quel le rôle de l'ONU?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués