DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La Centrafrique ne se remet pas de son coup d'Etat

Par jolpress.com - 10/06/2013

Le pays, toujours à feu et à sang, attend désormais la mise en place d'un gouvernement de transition pour parvenir à sortir de cette crise

 

En fuite depuis qu’il a été évincé du pouvoir par la rébellion du Seleka, l’ancien président centrafricain François Bozizé peine à se faire oublier de son peuple. Accablé par deux mandats d’arrêts internationaux, François Bozizé se cache désormais sur le continent africain et personne n'est vraiment sûr de savoir où il a choisi d’élire domicile.

François Bozizé brouille les pistes en Afrique
Quand certains le croient au Kenya, d’autres le disent en Afrique du Sud ou encore au Bénin. D’autres encore l’on bel et bien vu au Cameroun, le dimanche 2 juin, alors qu’il embarquait incognito dans un avion de la compagnie kenyane. Pourtant, la destination finale de ce vol, elle, n’a pas filtré et encore aujourd’hui, le président déchu parvient à garder le mystère entier. Il serait désormais en quête d’un nouveau pays d’accueil pour échapper à la justice de son pays comme à la Cour pénale internationale. En République Centrafricaine, François Bozizé est accusé de 22 assassinats, 53 arrestations et séquestrations arbitraires, 3 823 destructions et incendies de maisons d’habitation, 119 exécutions arbitraires. Les experts estiment désormais que le président pourrait trouver refuge en Afrique du Sud, pays allié qui a tenté de protéger le président et son entourage lors du coup d’Etat du 24 mars dernier, ou encore au Bénin où le président Boni Yayi a été pressé par la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (Ceeac) d’accorder l’asile à son ancien homologue.

 

Vers la formation d’un nouveau gouvernement
Sur le terrain, l’instabilité règne toujours et les autorités comptent désormais sur la formation d’un nouveau gouvernement pour imposer de nouveau l’ordre dans le pays. Alors qu’il était à Brazzaville le 6 juin, le Premier ministre de transition, Nicolas Tiangaye a déclaré que la nouvelle équipe gouvernementale serait connue dès «la semaine prochaine». «Cette équipe va être connue la semaine prochaine et elle sera représentative des entités signataires de l’accord de Libreville du 11 janvier 2013. En aucune manière, la plainte contre l’ancien président François Bozizé ne va empiéter sur cette volonté de constitution d’un gouvernement d’union nationale», a encore déclaré le Premier ministre, à l’issue d’un entretien avec le président congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur de la crise en RCA. Quelques jours auparavant, le président de transition Michel Djotodia avait déjà annoncé la formation de ce gouvernement et le début des consultations en ce sens. «Il va falloir mettre en place un nouveau gouvernement et c’est ce à quoi s’attèle le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, qui a entrepris les consultations. Ce gouvernement tiendra compte de toutes les entités du pays», a-t-il déclaré à la presse le 1er juin dernier.

La Justice devra suivre son cours
Un gouvernement d’union nationale devrait donc voir le jour et selon les règles établies, il devrait réunir dans une même équipe des partisans de l’ancien président en fuite et des membres de la coalition putschiste. Selon les déclarations de Nicolas Tiangaye, les infractions commises par le président comme par son entourage ne seront pour autant oubliées. La justice devra faire son travail de manière indépendante sans jamais entrer dans le jeu politique. «Je crois que les poursuites engagées devant les juridictions nationales et internationales ne peuvent pas compromettre la mise en place d’un gouvernement d’union nationale», a-t-il déclaré. Pendant que l’ancien président poursuit son périple à travers le continent africain et que les nouvelles autorités tentent de se mettre en place, la situation reste toujours très sensible en République Centrafricaine où malgré les appels au retour au calme et les promesses d’une nouvelle stabilité gouvernementale, la population continue de souffrir de nombreuses exactions et pillages. Les viols et les meurtres sont le triste quotidien du pays depuis que la Seleka a pris le pouvoir par la force.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

La formule d'un " gangsterisme" , Et a quand le TPI pour la Seleka des Wahbiste et Jangjaweed Soudan!!! Protestation contre la presence des troupes Tchadienne de la CEEAC sur le sol Centrafricain

Par Bouba-Nguere

11/06/2013 06:06

Je n'attends rien d'une horde qui a mis notre pays a feu et a sang,
Je ne cherche aucun poste ministeriel,
Mais au regard de ce que nous vivons du jour au jour, et au su de tous: opinion national qu'international, je protest vivement et ceci est l'aspiration de tous les centrafricains et centrafricaines, meurtris par la bande des envahisseurs, TOUS NOUS DISONS NON, NON ET NON a une presence des forces Tchadiennes parmi les forces de la CEEAC, FOMAC, FOMUC etc sur le sol Centrafricain, les Centrafricains ne digerent plus la presence de ces criminels impotoyables qui tuent memes des mineurs pour rien, quelqu'un disait que cette horde de Seleka tue meme un garcon qui refuse de leur donner de cigarette!!!
Au sujet de la justice, quelqu'un qui na pas fait le droit qui est sourd et aveugle pourrait proposer qu'on juge d'abord les terroristes wahbistes, et Jangjaweed connus sous le nom de Seleka avant qu'on ne juge le president du regime dechu!
Regardez l'etat du pays jusqu aux frontieres des pays limitrophes la destruction et ce peuple meurtri au fond de leurs ames,et vous me direz si c'est contre Bozize ou contre le peuple que cette horde qui ne parle pas sango s'est installee au pouvoir!!
Venez vous-memes a une seule frontiere Centrafrique-Cameroune, voir cette catastrophe humanitaire des refugies centrafricains, en passant par la frontiere RDC, etc...ne parlons pas de la frontiere Tchad, Soudan Centrafrique... ou le peuple est pris en otage, battu, violer, tuer a bout portant comme veulent les selekistes!!En tout c'est comme si les centrafricains devraient disparaitre de force pour laiser leur pays et leurs biens a une puissance demoniaque!!Le centrafricain doit arracher sa Dignite, nous devons nous imposer dans l' Unite, afin de bouter hors d'etat de nuire cette force diabolique, afin de reprendre nos droits pour travailler pour le developpement de notre pays!! nous voici au resulat de la convoitise, jalousie de la France via leur valet Deby, un demarcheur d'esclaves Africains, l'histoire se repete en Afrique noire et les Deby jouent!!! Honte, honte a ces negres qui ne marquent pas de point dans leur vie.....il faut tuer ses semblables pour etre l'ami du blanc? ou se faire petit dieu? ou un autre type de puissant Africain? Erdimi est juste au debut de la fin de Deby aussi!!qui vivra verra!
Dieu va sauver notre cher et beau pays la RCA les criminels seront punis! nos parents activent deja les armnes de nos ancetres, les selekistes vont mourir d'abord a petit feu: Ngoga, etoile filante, Ngahanga...il faut leur jeter cela sur le dos...qu'ils meurent du crime qu'ils ont commis en RCA.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués