FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Consommation du « Bôgôni»: alerte danger!

Par Célia d'ALMEIDA - 29/05/2013

Le kaolin est une argile blanche utilisée comme masque de beauté. En Afrique, le kaolin est plutôt connu comme un aliment

 

La consommation du kaolin, «bôgôni» en bambara, ou «kalaba» en Douala n’alerte pas vraiment l’opinion publique car étant un phénomène traditionnel mais aussi très répandu dans nos sociétés. Dégoutante selon l’avis de la plupart des hommes, honteuse selon celui des femmes, cette pratique dure depuis des siècles en Afrique.

 


© http://koaci.com/
La vente de morceaux de kaolin sur les étals
Révélateur de manque
La consommation du kaolin peut être associée au syndrome de « pica ». Le pica est un trouble du comportement alimentaire caractérisé par l’ingestion durable (plus d’un mois) de substances non nutritives (terre, craie, sable, papier, kaolin, etc.) Le pica a plusieurs causes, sa genèse associant des carences alimentaires et affectives. Son évolution peut parfois se compliquer de troubles intestinaux (occlusion, parasite digestif), de saturnisme en cas d’ingestion de peinture. L’ingestion du kaolin a beau être banalisée dans nos sociétés elle n’en demeure que plus dangereuse. Un effet presque imminent de l’absorption du kaolin est la constipation. Celle-ci est suivie d’une anémie qui s’aggrave au fil du temps. En effet le kaolin, une fois absorbé constitue une barrière à beaucoup d’éléments nutritionnels à l’exemple du fer et du zinc.

Arrêtez, vite!
Pour les femmes enceintes, principales consommatrices de kaolin, les effets peuvent aller de l’avortement spontané à l’incrustation du kaolin sur certaines parties du corps de l’enfant causant ainsi des manifestations cutanées et des troubles intestinaux. A la naissance, le bébé peut souffrir de développement insuffisant de ses organes, d’hypogonadisme (sécrétion anormalement faible d’hormones par les glandes génitales, c’est-à-dire testicules chez l’homme et ovaires chez la femme) et de ralentissement de sa croissance.

Diverses méthodes sont utilisées par certaines femmes soucieuses des dangers du kaolin. Une cure est de diminuer progressivement sa consommation mensuelle de kaolin (une demi-dose, puis un quart… jusqu’à arrêt). Par contre l’envie de croquer du kaolin découle d’un manque de certains éléments tels que le fer dans notre organisme. De ce fait, un moyen beaucoup plus efficace serait la prise régulière de ces éléments (fer ou acide folique sous forme de comprimé), sous ordonnance médicale bien sûr et sur une durée allant d’un à deux mois. Alors, les croqueuses, maintenant que vous êtes averties, il est temps d’abandonner cette pratique qui en plus est loin d’être esthétique!

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués