DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

"N'aurions-nous d’autre choix que de nous battre contre la Séléka?"

Par Adrien Poussou - 28/05/2013

C’est ici le lieu d’exiger de monsieur Djotodia de condamner publiquement, ouvertement et officiellement, l’inadmissible…

 

La désormais affaire de la perquisition illégale du domicile de l’un des sommités du barreau centrafricain nous rappelle cette triste réalité: jamais et au grand jamais, la malédiction qui semble s’acharner depuis près de deux décennies sur la République Centrafricaine n’aura paru aussi désespérante qu’aujourd’hui. En effet, au moment où le peuple centrafricain est accablé, effondré, épouvanté, enragé et désespéré par les exactions des mercenaires étrangers rassemblés avec leurs supplétifs locaux au sein de la Séléka et la non moins scandaleuse déchéance morale de la majorité de ses pseudo-intellectuels toujours attirés par l’odeur alléchante du bifteck républicain, c’est un véritable supplice que de devoir apprendre, une fois encore, la nouvelle de l’expédition punitive qui visait le domicile banguissois du bâtonnier Zarambaud Assingambi.

 


© journaldebangui.com
Adrien Poussou
Il y a là, à l’évidence, une volonté d’imposer un black-out total sur la situation du pays et de réduire au silence ceux, bien rares, reconnaissons-le, qui osent encore rappeler à Michel Djotodia et sa bande, qu’être centrafricain consiste à défendre une certaine idée de la vie, de la liberté, et de la solidarité entre les humains. Comment le dire autrement sinon en reconnaissant que malgré les indignations et les dénonciations, ces mystiques sanguinaires et grands criminels contre l’humanité continuent, plus de deux mois après leur effrayante prise du pouvoir, de sévir à Bangui et sur l’ensemble du territoire national comme en territoire conquis!

C’est parce qu’ils ont un plan. Ils nous conduisent là où nous avons toujours refusé d’aller: vers une islamisation du pays avec les conséquences que l’on sait. Ils le font sans mandat, sans avoir exposé leur véritable intention, au contraire, mais utilisent plutôt des détours et des contours. Nul n’est dupe. Ils le font contre la volonté des Centrafricains, qui, pour la majorité d’entre eux, éprouvent de plus en plus un sentiment de haine et observent un repli identitaire parce qu’ils ont fini par comprendre la réalité du projet qui est méthodiquement suivi. Leur chef, l’autoproclamé de Bangui, n’a-t-il pas déclaré, provocation maximale et mépris à la puissance cent, que contrairement aux églises dans lesquelles «on trouve tout », il y avait « rien dans les mosquées à part de vieux corans et de vieux tapis»? Façon de minimiser les attaques que ses complices mènent contre les églises chrétiennes.

Ai-je besoin de préciser que l’entreprise politico-religieuse qui se mettait en place début décembre 2012 à l’occasion des attaques de l’improbable coalition rebelle Séléka m’a très tôt inspiré de la méfiance? J’en voyais les excès, la forte détermination des commanditaires extérieurs, les moyens extraordinaires qu’elle mobilisait. D’ailleurs, je découvris qu’aux yeux des commanditaires enturbannés de cette rébellion, nous n’étions que de «chrétiens», c’est-à-dire tout sauf des hommes comme les autres. Car la guerre qu’ils menaient contre le pouvoir de François Bozizé avait, il faut le dire, pris l’allure d’un authentique génocide ou encore d’une entreprise d’extermination. Cette guerre, pensais-je, et cela a été vérifié sur pièce, était la plus épouvantable que nous avons jamais connu. Elle est à l’origine de l’instauration, sur la terre de nos pères, d’une atmosphère sanglante et impitoyable. Elle a entraîné, sur une échelle étendue, la généralisation de pratiques inhumaines, en conséquence de quoi nous avons l’impression d’assister à une véritable apocalypse.

..., les Centrafricains n’auront pas d’autres solutions que de débarrasser leur pays de cette gangrène par tous les moyens, y compris la violence.
Adrien Possou

 

C’est pourquoi, dès le lendemain des Accords de paix de Libreville qui avaient vocation à préserver l’unité nationale et le fragile équilibre social, j’avais pris le parti du peuple centrafricain en dénonçant ces barbares et en exigeant du régime Bozizé leur stricte application. Je disais que Séléka avec un «s» comme sottise et comme secte, en plus d’avoir le don de se faire détester à cause de ses pillages et autres destructions d’édifices religieux est, en dépit de ses prétentions, une force d’occupation que de libération. J'assénais qu’avec sa conception assez étrange de la légalité républicaine, Séléka n’était ni capable ni digne d’exercer le pouvoir de l’État dans un pays aussi meurtri que le nôtre. Cela s’est vérifié par la suite. Avec l’expédition punitive effectuée au domicile de maître Zarambaud, le moment est enfin venu d’aborder les vraies préoccupations que mérite le destin du peuple centrafricain. C’est ici le lieu d’exiger de monsieur Djotodia de condamner publiquement, ouvertement et officiellement, l’inadmissible perquisition opérée par ses hommes, ces fameux «éléments incontrôlés» au domicile de Zarambaud. Car, l’on ne peut durablement admettre ces agissements d’une autre époque. Ne pas le condamner, signifierait qu’il est le commanditaire.

Mais au-delà du cas particulier de maître Zarambaud Assingambi, se pose clairement la question de la présence de ces vrais faux mercenaires tchadiens (qui appartiennent en réalité à l’armée tchadienne) en Centrafrique. Il paraît en effet contre-nature voire même totalement absurde que le Tchad qui joue les conciliateurs dans la crise centrafricaine persistent avec son attitude de pompier-pyromane, laissant complaisamment les supplétifs de son armée entretenir ce chaos. À défaut, les Centrafricains n’auront pas d’autres solutions que de débarrasser leur pays de cette gangrène par tous les moyens, y compris la violence. Car, face à la saloperie extrême, quand c’est l’idée même de l’humain qui est en jeu et qu’il n’existe plus d’autre choix pour la sauver, il y ait des violences dont il convient, la mort dans l’âme si l’on veut, en traînant les pieds si l’on y tient, mais dont il convient quand même, de faire qu’elles s’imposent et l’emportent.
 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bravo

Par Apollos

29/05/2013 11:35

En voila un Vrai Centrafricain qui à des couilles! Bravo, je partage totalement ces points de vu qui sont la vérité à propos de ce que nous subissons. pour ma part, nous sommes complices de ce qui se passe. Comment pouvons subir toute ces humiliations, tortures, assassinats, occupations, destructions, qui ne finissent pas, comment pouvons nous subir sans réagir. L'idée qui a annimé le père fondateur, c'est de ne jamais accepter la tyrannie sans rien faire. Il a lutté et payé le prix fort de sa vie quand il disait : Ô Centrafrique, Ô berçeau de Bantous reprend ton droit au respet à la vie longtemps soumis, longtemp brimé par tous; Mais de ce jour BRISONS la tyranie.

Comment comprendre que les centrafricains ne se laivent pas comme un seul homme pour briser la tyranie? mais continuent plutôt comme des lachent à ce faire soumettre et brimer.

En ce qui me concerne, je prepare une conférence de presse en ce moment même pour dénoncer publiquement, ces barbares. J'espère qu'ils en y aura plusieurs qui vont s'adhérer à cet idée qui est la vérité de notre actualité.

Encore une fois de plus bravo à vous! auteur de cet article.

la lutte pour la liberte

Par famoundjou

30/05/2013 00:17

chapeau monsieur ADRIEN POUSSOU,avant la prise de BANGUI tu es l,une des personnes avec monsieur SARAGBA dont je partageait votre opinion.j,affichais le pessimisme sur les consequences qui allaient en decouler.je suivais les evenements en anglais sur la chaine QUATARITE AL JAZZIRA qui donnait des interviews a des militaires mercenaires arabes a NDELE ils ne parlaient pas le sangho j,avais le pressentiment qu, un drame guettait notre beau pays.les centrafricains commenttaient sur centrafrique_presse,disant que les SUD_AFRICAINS etaient des mercenaires et les forces TCHADO_SOUDANAIS etaient des anges qui venaient liberer le pays,certes apres cette experience doulereuse chacun peut tirer sa propre conclusion.je ne suis pas partisans de la violence mais si ton pays est occuper par une force etrangere avec un agenda islamiste comment reagir?j,avais dans mes reations precedentes soulignes que deux fronts devraient s,ouvrir.une lutte armee,et un coalition des forces politiques de la jeunesse aussi longtemps que cela durera il faut absolument chasser ces arabes qui veulent L,ISLAMISATION FORCEE de notre pays ce n,est pas la lettre du chef rebelle autoproclame au conseil islamique qui me dementira.ces mercenaires arabes ont combattues dans le moyen_orient,partout,leur intention n,est pas de quitter notre pays,ils ne veulent etre desarmer pouquoi?aucune election credible ne peut se derouler sous occupation.quel est le role des forces FRANCAISES a l,aeroport BANGUI M,POKO? les FOMAC?car les centrafricains meurrent tous les jours,leur biens confisques,ils sont humilier dans leur pays tous les jours.cela doit prendre fin.les ennemis de notre nation nous ont donner l,occation arracher notre INDEPENDANCE TOTALE.au cas echeant notre pays disparaitra de la carte,nous avions pas encore peser les consequences qui decoulera de cette aventure arabe sur la terre de nos ancetres.l,afrique tout entiere est avec nous.bref,nous ne devons compter sur la classe politique actuelle.car la trahison est tres grave.

RCA

Par Koraa

30/05/2013 01:37

Je crois que nous sommes tous d'accords sur le contenu de l'article d'Adrien! Ce regime dit de transition n'aboutira a rien sauf a consolider pour toujours notre position de vassal du Tchad et d'arriere-cour pour les autres pays voisins. Car depuis qu'ils sont la tous leurs actes demontrent de facon eclatatnte leurs vrais objectifs. Famoundjou tu as bien compris l'enjeu!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués