FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

MSF - RCA: une crise après l’autre

Par Source: lesoir.be - 23/05/2013

Le président de MSF-Espagne, José Antonio Bastos, vient de rentrer d’une visite en République Centrafricaine (RCA)

 

Le pays actuellement en proie à d’importants troubles, a été propulsé sous les feux de l’actualité dans les médias à la fin du mois de mars, lorsqu’un coup d’État perpétré par la coalition des opposants Séléka a renversé le gouvernement de François Bozizé. Depuis, la volatilité politique qui s’en est suivie, avec des vols et des pillages généralisés, des combats occasionnels, n’a fait qu’empirer la situation d’urgence dans laquelle le pays s’est enfoncé au cours des dernières années.

Vous étiez à Bangui il y a quelques temps. Comment as-tu trouvé la capitale aujourd’hui?
Je suis allé à Bangui en 2011. Elle m’avait alors semblé une ville pauvre, léthargique. Aujourd’hui, c’est une ville qui a peur, où la crainte et l’insécurité sont de mise, avec des jeunes gens armés jusqu’aux dents qui patrouillent dans les rues en camionnette. Si on demande à quelqu’un comment il a passé la nuit, par exemple, il répond que c’était une bonne nuit parce qu’il n’y a pas eu de coups de feu dans son quartier ou qu’ils ont été sporadiques. La situation est encore très instable et personne ne peut prédire ce qu’il adviendra dans un proche avenir.

 


© dailymotion.com
José Antonio Bastos, MSF-Espagne
Quel était le but de votre visite?
Je suis surtout allé à Bangui pour rencontrer les nouvelles autorités et pour échanger des impressions avec d’autres acteurs humanitaires présents dans le pays. Nous avons participé à des réunions avec le Ministère de la Santé, celui de l’Intérieur et avec le nouveau président du gouvernement de transition, Michael Djotodia, entre autres. Nous leur avons fait part de notre préoccupation quant au pillage généralisé qui a touché toutes les organisations humanitaires et les ONG, y compris MSF, des attaques et des pillages dans les structures de santé, de l’insécurité qui a obligé certaines de nos équipes à laisser derrière elles, pour l’instant, les projets. Mais par-dessus tout, notre préoccupation majeure est liée à la vulnérabilité aggravée de la population, qui se trouvait déjà dans une situation très fragile avant le coup d’État.

Quelles sont les craintes de MSF concernant à la population?
Nous avons été témoins du déplacement des populations, de personnes qui fuient leur maison et leur village pour se cacher dans les champs, dans les forêts, où elles ont été exposées aux piqures de moustiques, ce qui veut dire une plus grande exposition au paludisme. Et la saison des pluies n’est pas encore arrivée… Cette saison où les cas de paludisme atteignent leur pic. La population n’a pas pu s’occuper de ses cultures, les gens avaient trop peur pour se rendre dans les champs. Les graines, les réserves et les outils ont été volés, c’est pourquoi nous craignons la survenue d’un épisode grave d’insécurité alimentaire et la multiplication de cas de malnutrition. Beaucoup de patients ont dû interrompre leur traitement contre le VIH ou la tuberculose, ce qui est très dangereux. Les maladies évitables telles que la rougeole, dans un pays avec des niveaux de vaccination très faibles, sont aussi une source de préoccupation. Nous parlons de crises l’une après l’autre.

 

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/xzz0ku"></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/xzz0ku_interview-du-president-de-msf-espagne-apres-une-visite-en-rca_news" target="_blank">Interview du pr&eacute;sident de MSF Espagne apr&egrave;s...</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/msf" target="_blank">msf</a></i></div>

 

Il ne faut pas oublier que la RCA se trouvait déjà dans une situation d’urgence, quant à la situation sanitaire générale : avec une espérance de vie de 48 ans, un nombre très élevé de cas de paludisme, des niveaux de mortalité très au-dessus des seuils d’urgence, un système de santé très pauvre… Un réel scénario d’urgence. Et la crise actuelle est venue empirer la situation : nous avons une combinaison de besoins aigus (davantage de malnutrition, davantage de cas de paludisme, des centres de santé et des hôpitaux détruits, vandalisés ou pillés) s’ajoutant aux besoins généraux qui constituaient déjà une urgence avant le coup d’État.

Comment vont les équipes de MSF?
Elles m’ont impressionné. À Bangui certaines de nos équipes ont dû évacuer les projets de Kabo et de Batangafo dans le nord en raison de sérieux incidents concernant la sécurité. Elles étaient encore sous le choc mais néanmoins elles ne pensaient qu’à y retourner au plus vite (elles l’ont déjà fait) ; les deux projets couvrent une zone dans laquelle se trouvent plus de 130.000 personnes qui s’étaient retrouvées sans prise en charge médicale spécialisée.
Nous avons souffert de sérieuses pertes : des véhicules volés, des magasins et des bureaux pillés, mais nous sommes fermement déterminés à reprendre nos activités régulières et à développer davantage les activités d’urgence. Mais on a besoin de plus et ce maintenant afin de pouvoir faire face à la situation actuelle.

Quelle a été la réponse des agences internationales et des autres acteurs humanitaires?
Hormis quelques exceptions, celle-ci a été décevante. Les pillages et l’insécurité ont forcé certaines agences des Nations Unies et certaines ONG à réduire leurs activités et il ne semble pas qu’elles envisagent d’en reprendre le même niveau d’avant à court terme, alors qu’il s’agit d’une période où les besoins sont les plus importants. C’est pourquoi MSF appelle à une plus grande implication des ONG et des agences des Nations Unies dans le pays, afin qu’elles réagissent de manière urgente à la crise actuelle et aux besoins aigus de la population, mais en même temps de respecter et de mettre en œuvre les engagements pris auparavant par les donateurs et par la communauté internationale.

Source: l’article de base
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués