SOCIéTé  |    

RCA: Quatre morts dans une fusillade à Bimbo

Par journaldebangui.com - AFP - 22/05/2013

Une fusillade a opposé la police militaire à des membres de l'ex-rebellion Séléka, dimanche dans la localité à 10 km au sud de Bangui

 

Le premier bilan était de quatre morts dont une civile. Les premiers coups de feu ont été ouverts à la suite d’une querelle verbale qui a dérapé. La police militaire était venue récupérer des véhicules qui avaient été «dérobés et cachés dans une concession à Bimbo (10 km au sud de Bangui)» par les éléments de la Séléka selon une source militaire. Mais le refus de céder ajouté à l’appel à des renforts a déclenché les hostilités.

 


© la-croix.com
Des rebelles du Seleka posent à Bangui le 4 avril 2013 sur un véhicule abandonné par les militaires sud-africains qui protégeaient la capitale
Côté Séléka, on s’est fait plus «menaçant» et un homme a été abattu par la police militaire. «Le chef des éléments auteurs des vols des véhicules a, en représailles, ouvert le feu sur un élément de la police militaire, tuant ce dernier sur le champ», a expliqué la source. La fusillade s’est poursuivie alors que des civils ont été contraints à fuir les lieux. «On a dénombré deux morts (un membre du Séléka et une commerçante) et plusieurs blessés, dont une fillette atteinte par balle à l'épaule et conduite à l'hôpital», a précisé la source. Dans la soirée de dimanche, il a fallu l’intervention des soldats de la force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC) pour que la situation retrouve son calme.

Depuis la prise de Bangui par la coalition Séléka en mars, le pouvoir peine à sécuriser le pays et à procéder au cantonnement des hommes de l'ex-rébellion qui continuent de s'adonner au racket et au pillage. Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a annoncé début mai avoir demandé à la France d'appuyer la Fomac, dont l'effectif devrait être porté à 2000 hommes dans les semaines à venir, dans les opérations de sécurisation de la capitale. Bangui est en proie aux pillages et la situation n’a pas été sécurisée depuis.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Complicité avec les sommets,Ils sont autorisés et protéges par les dirigeants politiques et militaires

Par La Nausée

22/05/2013 16:30

Que dire,si vous ne l'enlevez pas.
Ce chaos est entretenu par les gens au pouvoir. C'est pourquoi ils se comportent comme supérieurs à tout. Il y a un chef de transition qui est aussi le chef des armées et s'est octroyée ce ministère,il y a un ministre de l'intérieur qui avait organisé le pillage de Boyrab et par la suite on veut camoufler en accusant des forces imaginaires. En ce moment où j'écris, Seleka sévit vers Baiki où elle a organisé une opération de fouille qui comme la dernière fois à boyrab a fini par tourner par des pillages,ce que les soldats seleka viennent de faire en pillant des maisons vers M'Baiki,bien qui soient passés avec leurs butins au vu de tous sur bangui,ils ne sont inquiétés ni que ces objets ne soient interceptés. Encore là ,diriez -vous que ce sont des éléments de Bozizé? Des éléments de Bozizé qui opèrent avec décontraction sans pression de voir les Séléka venir en découdre avec eux et qui vehiculent tranquillement sans encombre les choses volées entrant dans Bangui?
Ndjotodia et toous ces chefs se foutent de votre gueule,ils s'entendent bien avec ces voyous pour se servir sur vous et se comportent comme ils le font.C'est exactement comme leur rétention en Province par la meme sékéla alors qu'ils étaient au gouvernement de Bozizé.
Centrafricains qui manifestent à l'etranger ,ne lachez pas ,pousuivez car ce qui se passe dans notre pays c'est comme si les seleka et leurs chefs sont là pour reduire ce pays à neant et massacrer le peuple et continuent de tuer dans l'impunité totale. Comment penser autre chose?
il y a un centrafricain qui déplore meme le viol d'une fillette de 8 ans par un séléka.
Centrafricains alors qu'on continue de vous piller,tuer,violer,entendez vous vos hommes politiques? Bougent-ils pour faire entendre les dangers que vous vivez encore aujourd'hui sans raison?
Centrafrique doit-il devenir la chose de Déby ou d'un groupe de gens soifs de mort et les hommes politiques, mendiants comme ils ont toujours été ne montrent pas le bout de leur nez. Qu'on vous écrive,que la visite régionale du président de transition est presque une reconnaissance de ses pairs mais ça veut dire quoi,ses pairs qui sont tous élus frauduleusement et des dictateurs qui sont plus importants que le peuple centrafricain auprès de qui mr djotodia doit déja avoir cette reconnaissance pour juger etre celui qui les represente ,de la façon dont il les traite,j'en doute fort,et faire accepter aux voisins le choix des centrafricains. C'est comme si on peut s'essuyer les pieds sur les centrafricains ou n'importe quel peuple et penser qu'on les représente et qu'ils sont idiots et porteront leur choix sur vous?.
Centrafrique n'est plus celui des ringuards que vous avez mis à votre coté aux gouvernements et au Cnt,il n'est plus celui des comiques bavards qui font semblant d'etre engagés comme ndouba qui se retrouve Griot aujourd'hui. De gueulard à griot,la classification ne change pas beaucoup.
il exquive le canard enchainé hier sa référence qui parlait il y a 3 semaines de son pays le nouvel enfer etat nature, et d'autres articles occidentaux qui donnent froid au dos en découvrant ce qu'est devenu centrafrique avec djotodia aujourd'hui,pour nous balader dans enfantillages qui n'auraient meme pas attireé son attention au temps où il réfléchissait un tout petit peu.
Centrafricain,je repète ce qu'un compatriote avait dit. La sécurité en centrafrique Déby s'en fout. Il parle plus tot de ses préoccupations personnelles et ce type est un fou. L'international doit savoir que quand ce monsieur Deby dit insécurité qu'il craint c'est simplement la Démocratie chez lui au tchad, celle galvaudée par tous ces truands au pouvoir en afrique centrale dont le chef dans la caricature de la démocratie est ce barbare tchadosoudanais Déby. Quand la démocratie naitra au tchad,la paix sera éternelle dans la sous région. Quand je pense que ce sont des dictateurs qui doivent avoir des mots sur centrafrique,c'est le monde à l'envers, pauvre centrafrique. On n'a pas politiciens à voir ces pantalonnades qu'offrent les plats ventres sous la table,et le lêcheur de babines devenu Le Griot Centrafricaindu val d'oise? Reste à nous de l'extérieur de Porter notre pays

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués