ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Libreville: La Banque mondiale et la CEEAC sur la situation en RCA

Par journaldebangui.com - Xinhua - 16/05/2013

Le directeur des opérations de la BM pour le Cameroun, Gabon, la Guinée Equatoriale et la RCA, Gregor Binkert est présent

 

Au cours de la rencontre qui a débuté hier mercredi 15 mai dans la capitale gabonaise, les experts ont discuté de la situation en République centrafricaine avant, pendant et après le coup d'Etat qui a renversé le régime de l'ancien président François Bozizé, et les démarches entreprises pour ramener la paix et la sécurité dans ce pays. Ils ont abondamment échangé sur les mesures d'urgence à prendre en vue d'aider le gouvernement de transition. "La situation sécuritaire doit être réglée d'abord et ce n'est qu'après cela que la Banque Mondiale peut travailler avec le gouvernement. De fait, les procédures de la Banque Mondiale sont claires à ce sujet", a précisé Gregor Binkert.

 


© ceeac-eccas.org
Le SG CEEAC Nassour Guelengdouksia Ouaïdou et le D-0 Banque Mondiale Gregor Binkert
Le verdict de la Banque Mondiale
Selon le représentant de l’institution financière internationale, "après le retour au calme dans tout le pays, une évaluation sera faite et ce n'est qu'à l'issue de celle-ci que la Banque Mondiale renouera avec Bangui]". En fait, de nombreux projets existaient déjà, notamment dans le domaine des infrastructures, de l'énergie, de l'agriculture, du développement urbain. Tous ces projets feront à nouveau l'objet des décaissements dès que la situation sécuritaire va s'améliorer. I "L'amélioration de la situation sécuritaire dépend en grande partie de la volonté politique des dirigeants de la sous-région. La question a été la principale préoccupation au cours des sommets extraordinaires qui se sont succédés à N'Djamena au Tchad et à Brazzaville en République du Congo", a réaffirmé le secrétaire général de la CEEAC. En effet, c’est tchadien Nassour Guelengdouksia Ouïdou, secrétaire général de la CEEAC qui présidait les travaux de ce conclave en présence de Gregor Binkert, directeur des opérations de la Banque Mondiale pour le Cameroun, Gabon, la Guinée Equatoriale et la RCA.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

L'argent n'aime pas de bruit

Par Pasto

17/05/2013 15:53

Il est légitime que la Banque mondiale pose une certaine conditionalité pour un éventuel déboursement d'aide financière en direction de la RCA. On ne peut pas verser de l'argent tant qu'on ne connait pas les intentions réelles de nouveaux décideurs politiques de Bangui. Avec le cortège de malheur qu'ils ont infligé aux centrafricains, tous ceux qui les ont financés se sont retractés comme la tête de la tortue dans sa carapace. Ceux qui leur ont aidé dans leur sale besogne reclame à cor et cri d'être dédommagé. Dieu fermera herm&tiquement toutes les portes devant quiconque fait souffrir délibérement un autre.Le sang des innocents est un facteur suffisant pour que Dieu sorte de son silence.Nous prions que les aides soient ponctuelles juste pour des dépenses de souveraineté, le reste qu'elles attendent l'établissement d'un régime réellement démocratique pour la relance de notre économie de peur qu'elles servent à des surarmements ou d'appât aux prochaines consulations électorales.Parce que les "benge" pour dire les musulmans excellent dans la pratique de la corruption et d'ailleurs, c'est eux qui ont introduit le virus de la corruption dans notre pays faut pas l'oublier.

Pas de developpement avec Djotodia

Par Ta tene

18/05/2013 21:55

Quel est le bailleur qui acceptera de jeter son argent par la fenetre en octroyant un financement pour le developpement a la RCA dans les conditions securitaires que traverse en ce moment le pays ? Comme Pasto, je dirai que le sang du peuple centrafricain est une malediction pour ce regime. Ainsi Dieu ne peut pas ouvrir la porte a l'aide en ce moment. je comprends la preoccupation de maitre Tiangaye pour la population centrafricaine mais tant que Djotodjia et ses hommes contineront de sacrifier la population comme les moutons de la Tabaski, le pays ne peut se relever. La Banque Mondiale demeure un partenaire pour la RCA et ne pourra venir nous aider que si la paix revient. Que Djotodjia et ses allies ne se fassent pas d'illusions : ils sont rejetes par la population et doivent plier bagage et deguerpir, retourner la ou ils etaient avant. Sinon, c'est la revolution de la population qui les fera partir. La RCA est un etat laic et le restera.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués