DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: l’état psychique d’un pays en déliquescence

Par RJP MAYTE - 13/05/2013

Seulement 2% des fonctionnaires ont repris le travail et les chances d’une stabilité sécuritaire s’amenuisent davantage avec les rapts perpétrés quotidiennement

 

Deux moins après la déchéance de l’ancien locataire du palais de la Renaissance, la junte au pouvoir peine encore à rétablir la sécurité sur toute l’étendue du territoire. Même s’il y’a un semblant d’accalmie à Bangui, les choses se dégénèrent davantage dans l’arrière pays. La précarité sociale en Centrafrique a atteint son paroxysme. Seulement 2% des fonctionnaires centrafricains ont repris le travail et les chances d’une stabilité sécuritaire s’amenuisent davantage avec les rapts perpétrés quotidiennement par les enturbannés. Quasiment, toutes les forces de défenses et de services publics qui constituaient les forces armées centrafricaines s’estiment en danger depuis l’éviction de l’ancien régime et tergiversent à reprendre le travail en fournissant comme alibi les représailles de la junte au pouvoir. Il n’est de secret pour personne que l’armée centrafricaine n’existe plus depuis l’avènement des enturbannées. Or, le seul fait d’ignorer la présence et la compétence distinctive des forces armées centrafricaines constitue un caillou dans la chaussure du Chef de la junte au pouvoir.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Déjà, certains militaires et policiers, qui ont tenté de reprendre le travail, ont été victime d’un acte de lynchage savamment orchestré. En dépit d’un appel rassurant du Chef d’état major des forces armées centrafricaines pour la reprise du travail dans l’immédiat de tous les militaires, la méfiance des uns et des autres n’a point d’explications. Plusieurs événements factuels démontrent avec outrecuidance que la situation sécuritaire du pays échappe au contrôle du Chef de la junte au pouvoir. Aujourd’hui encore, les rebelles continuent de piller, de violer, de violenter, de rançonner sans qu’une solution définitive soit trouvée par les nouvelles autorités. Au delà, du style discursif et déclamatoire du pensionnaire de l’immeuble «Petroca», les activités quotidiennes peinent à prendre l’allure d’un pays en instance d’une reconstruction nationale. On dénombre encore sous les décombres dans l’arrière pays, une putréfaction qui dégage une odeur nauséabonde. Puisque l’administration centrafricaine se résume en ce net moment à Bangui, les villes excentriques semblent absentes dans l’agenda du Chef de la junte au pouvoir et de son gouvernement.

Dans l’arrière-pays, les Centrafricains qui ne veulent pas entreprendre le chemin de l’exile sont contraints d’avaler les couleuvres des enturbannés. Au demeurant, les actes de barbaries, que perpétuent les enturbannées, suscitent actuellement un sentiment de dédain et d’orgueil national au point que des résistances s’organisent ça et là. Les récentes nominations faites par le Chef de la junte au pouvoir au sein des forces armées issues de la rébellion ont davantage alimenté ce sentiment délétère. Beaucoup de militaires ne cachent pas leurs mécontentements au regard d’une nomination du Chef de la junte qui catapulte un commandant au rang d’un général. La méthode peu orthodoxe des nouvelles autorités exaspère de plus en plus certains fils et filles du pays. Par-dessus le marché, il y’a depuis un certain temps une rumeur tonitruante d’une probable recrudescence des conflits armés sous l’égide de l’ancien locataire du palais de la renaissance qui se propage en Centrafrique. La commune renommée semble assimiler à tort et à travers les tirs sporadiques des enturbannés à travers tout le pays en insinuant le retour de l’ancien locataire du palais de la renaissance.

Cette folle rumeur fait plus de peur que du mal chez les spécialistes de la transhumance politique; ceux-là qui ont changé de veste au lendemain de l’éviction du régime déchu. Une chose est évidente, le Chef de la junte au pouvoir s’arc-boute à son fauteuil en dépit de son impuissance autoritaire à s’imposer dans le paysage politique centrafricain. Les regards indiscrets issus du sérail présidentiel attestent que le Chef de la junte risque de postuler pour les prochaines échéances électorales. Il convient de reconnaître que le Chef de la junte n’est que le président de la transition. De facto, l’accord de Libreville n’a aucune emprise sur lui pour la simple raison que ce fameux accord ne concerne qu’un Président de la République et non celui de la transition. Cette nuance a été tellement bien interprétée dans l’entourage du Chef de la junte au pouvoir que la tentation de postuler aux prochaines échéances électorales devient de plus en plus grande à ses yeux. De la même manière à laquelle, le Chef de la junte a surpris tous les financiers de la rébellion en s’auto proclamant président, il surprendra tous ceux et celles qui osent le sous estimer pour sa candidature aux prochaines échéances électorales.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Je t'adore MAYTE

Par Opposant farouche

14/05/2013 16:59

J'aime bien la plume de Mr MAYTE qui relate avec sa manière a lui ce qui se passe à Bangui et dans le pays. Il l'accompagne toujours d'une analyse toujours pertinente.
J'ai vraiment regretté que pertinence et cet engagement n'aient pas débute bien avant.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués