ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Entreprises: Chômage technique pour les employés à Bangui

Par RJDH-RCA - 07/05/2013

Celles qui n’ont pas fermé les portes, sont contraintes de réduire leur personnel ou de suspendre l’activité de ces derniers

 

Depuis le changement qui est intervenu en République centrafricaine le 24 mars dernier, plusieurs entreprises ont fermés leurs portes. D’autres par contre ont réduit le nombre de leurs personnels. A cet effet plusieurs personnes se retrouvent actuellement sans emploi. ‘’Total Centrafrique’’, une société qui ravitaille le pays en carburant et la brasserie ‘’Mocaf’’, ont mis en chômage technique plusieurs membres de leur personnel. Une situation identique à celle de la société Dameca où selon une source proche de cette structure, environ 112 personnes ont été mises en chômage technique pour une durée de trois mois. «La société Dameca a fait une perte de chiffre d’affaire qui est estimé à 1 600 000 000 FCFA, suite au pillage de ces locaux. C’est pourquoi, nous avons décidé qu’une partie de notre personnel puisse aller en chômage technique pour une durée de trois mois renouvelable», a déclaré un responsable sous couvert de l’anonymat. La même source a par ailleurs souligné que si l’insécurité persiste encore dans la ville, la société Dameca sera dans l’obligation de renouveler ce chômage technique. «Au cas où la paix ne revienne pas dans le pays, ces personnes vont rester au chômage jusqu’à ce qu’il y ait le retour à la normale», a-t-elle ajouté.

 


© journaldebangui.com
En province comme à Bangui, les entreprises ont été dévastées
Les conséquences sociales
Le pouvoir d’achat a considérablement diminué du fait de l’augmentation du chiffre de chômage. Un observateur de la vie sociale a fait savoir qu’«un nombre croissant de personnes, même celles qui ne penseraient jamais à demander de l’aide, s’adresse aujourd’hui à des particuliers pour y demander du soutien. Beaucoup de personnes ont besoins d’argent en espèces pour régler des dettes ou bien payer les factures d’électricité et autres». La source développe que la crise a évincé des milliers de personnes de leurs emplois. La jeunesse est particulièrement menacée et désespérée ne trouvant pas d’accès au marché du travail. Les jeunes qui ont perdu leur emploi ou bien ceux qui ont des difficultés à trouver un travail risquent d’être mêlés à des affaires de drogues, d’alcool et à la criminalité, comme les braquages à main armée.

Autres conséquences de cette situation est que, de plus en plus de personnes sont atteintes de problèmes de santé psychique et intellectuelle. L’abus d’alcool et autres problèmes de santé, l’isolation sociale et le stress augmentent. Le démantèlement de certains services de santé dans d’autres régions et également le manque d’investissements dans le domaine social signifie un risque d’extension et d’établissement de la pauvreté dans le pays. Dès l’entrée de la coalition Séléka à Bangui, plusieurs entreprises et sociétés privées avaient été systématiquement pillés. Les répercussions sur le plan socioéconomique dans le pays se font déjà sentir.

 

 
MOTS CLES :

12 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Est cela le journalisme???

Par D. NICOLAS

09/05/2013 18:01

En tant que Directeur Administratif et Financier de la MOCAF et de la SODISCA, je m'insurge contre cet article qui porte injure à la fonction de journaliste.
En effet, en aucun cas, la MOCAF a procédé à la mise en chomage technique et s'efforce par tous les moyens et en dépit des nombreux pillages qu'elle a connus à préserver l'emploi de ses salariés et son activité.
Il serait bon que vos "journalistes" se renseignent avant d'écrire de pareils inepties.

On se calme, mosnieur le gaulois en RCA

Par nomzamo

10/05/2013 09:40

Vous avez parfaitement le droit de demander une rectification de l'information concernant vos sociétés. Pas besoin de monter sur vos gros chevaux.
Si vos sociétés peuvent fonctionner, tant mieux. Pour le reste, cet article décrit bien la situation qui prévaut à Bangui et à l'intérieur du pays.
En matière de leçon de journalisme, les journalistes français sont les plus nuls et les plus serviles sur la politique criminelle de la France dans ses colonies africaines qui permet à n'importe quel plouc d’atterrir en Afrique et d'occuper des postes importants qu'ils ne pourront occuper dans l'Hexagone.
Je suis Experte-Comptable et CAC indépendante vivant en France et je vois comment l'information sur l'Afrique est traitée par les gaulois. En matière de PROPAGANDE, la PRAVDA n'a rien à envier à l'ex URSS. On l'a vu sur le dossier ivoirien.
La France a allumé le feu en finançant une rébellion composée à 80 % d'assaillants étrangers (tchadiens et soudanais) via sa marionnette deby. Ce feu ne brulera pas que les Centros, croyez-moi.
La RCA qui va renaitre de ce chaos créé par la France pour faire mains basses sur nos ressources ne sera plus celle d'avant où la france fait la pluie et le beau temps.
Ce sont bien les militaires français qui ont installés l'islamiste dododiable (voir photos qui ont circulé sur le Net le 24 mars 2013). Dans le même temps, cette france criminelle prétend combattre les islamistes au Mali. Quelle IMPOSTURE?

La diaspora ne laissera plus le pays aux mains des vautours

Par nomzamo

10/05/2013 09:57

La diaspora Centrafricaine à travers le monde ne laissera plus notre pays aux mains des marionnettes locales et vautours qui profitent du chaos créé par la France pour s'imposer. En France, ce sont les français qui décident de leur destin. Ils imposent aux étrangers des règles qui doivent être respectées au risque d'être foutu dehors. Nous allons appliquer la réciprocité en RCA. Tout étranger Africain ou Européen ne respectant pas nos lois sera foutu dehors.
Les monopoles dont bénéficient des entreprises coloniales seront cassés, les accords avec certains pays revus et corrigés. Les accords léonins abrogés etc...
Je ne connais pas de DAF Africains en France et je ne vois pas pourquoi il y aurait des DAF français en RCA. Nous ne sommes plus dans les années 60 mais bien en 2013.
Les postes que les français offrent aux Africains en France, ce sont les gardiens (vigiles, maçons, caissières, etc) et ce quelque soit leur Diplôme. Le racisme au travail et la discrimination au logement est le lot quotidien des Africains. Comme chacun doit être maitre chez lui, nous allons faire que les compétences Centrafricaines soient utilisées. Ce n'est pas ce qui manque d'ailleurs.
Les gaulois qui occupent ces postes rentreront grossir le nombre de chômeurs dans l'hexagone.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués