SOCIÉTÉ  |    

RCA: La lettre des évêques de Centrafrique à Djotodia

Par C. LE. - la-croix.com - 06/05/2013

Les trois évêques du diocèse de Bangui demandent réparation au nouveau président, issu de la rébellion du Séléka, «pour tous les biens de l’Église volés, pillés, saccagés ou vandalisés»

 

«Plus jamais ça… Non à l’impunité !» Ainsi s’intitule la longue et ferme lettre envoyée le 23 avril au président Michel Am-Nondroko Djotodia, par les trois évêques du diocèse métropolite de Bangui, capitale de la République Centrafricaine: Mgr Dieudonné Nzapalainga (archevêque de Bangui), Mgr Nestor Désiré Nongo Aziagbia (évêque de Bossangoa) et Mgr Cyr Nestor Yapaupa (évêque coadjuteur d’Alindao). En «proximité avec le peuple en souffrance et portés par (leur) souci pastoral», les évêques lui font, «dans l’humilité», quelques propositions pour sortir de la crise et reconstruire le pays si meurtri depuis cinq mois. «Il ne faut pas profiter du principe du pardon pour abuser impunément des autres», commencent par rappeler les évêques en citant la réponse de Jésus au garde du grand-prêtre qui l’avait giflé (Jn 18,23). Au nom du principe évangélique de vérité, ils interpellent le président (qui s’est autoproclamé président de la République le 24 mars) et le premier ministre, ainsi que divers représentants internationaux, «au sujet du drame dans lequel le paisible peuple centrafricain est plongé depuis le 10 décembre 2012», date à laquelle la rébellion du Séléka («alliance» en sango, la langue nationale) a pris les armes.

 


© la-croix.com
Des rebelles du Seleka posent à Bangui le 4 avril 2013 sur un véhicule abandonné par les militaires sud-africains qui protégeaient la capitale
«Le pays serait tout le temps à feu et à sang»
«L’avancée fulgurante de la coalition de la Séléka a abouti le 24 mars à la conquête de la ville de Bangui, à la fuite du président Bozizé et au changement de régime», rappelle les évêques. Mais selon eux, la légitimation du coup de force par «le sentiment d’oppression imposée par Bozizé et son régime» et les arguments avancés par certains ténors de la coalition (pauvreté, manque d’eau, de routes, d’électricité…) posent question – même si les intentions sont louables. «Si chaque région de la République Centrafricaine tenait un tel langage, le pays serait tout le temps à feu et à sang», expliquent-ils. Et d’énumérer les conséquences désastreuses qui ont découlé de cette « logique de guerre » partout où les troupes du Séléka sont passées: menaces et tortures psychologiques ; viols des jeunes filles et des femmes (dont certaines se sont suicidées) ; enrôlement d’enfants soldats ; déplacement de personnes ; pillage des édifices publics, des hôpitaux, des écoles, des unités de production économique… «La République centrafricaine est ainsi devenue un pays fantôme dont les valeurs éthiques ont été remplacées par le gain du pouvoir, l’injustice, la loi du plus fort, les règlements de compte et la chasse aux sorcières», déplorent encore les hommes d’Église, considérant que les Centrafricains sont désormais considérés «comme des bêtes de somme qu’il faut traquer et abattre impunément».

Réparation pour tous les biens de l’église volés
Face à tout cela, les évêques demandent au président de condamner les méfaits de la Séléka et de s’atteler «de toute urgence» à relever les vrais défis que sont : la sécurisation du pays ; le désarmement et le cantonnement des combattants ; l’établissement d’une administration forte et garante de la justice ; le bon fonctionnement des organes de transition ; le rapatriement de tous les biens volés et convoyés au Tchad et au Soudan… Par ailleurs, la lettre souligne que cette crise a mis en évidence «un malaise social dont personne ne veut parler et dont les conséquences à long terme risquent d’être explosives» pour la cohabitation entre chrétiens et musulmans. Dans les zones occupées par les troupes de la Séléka (constituées en grande partie de musulmans étrangers), la population chrétienne a subi des pillages tandis que les familles musulmanes ont été épargnées. «Quelles sont les intentions réelles de ce mouvement contre nos institutions chrétiennes?», interroge les évêques en énumérant les préjudices graves subis par l’Église : vol systématique des véhicules ; profanation des édifices et des objets religieux ; saccage des radios catholiques à Bambari et à Bossangoa ; perturbation des célébrations liturgiques ; agression physique de prêtres, religieux et religieuses et même de l’évêque de Bambari… Les évêques terminent en exigeant du président «réparation pour tous les biens de l’Église volés, pillés, saccagés ou vandalisés».

Cet article est une reprise du site de la-croix.com

 

 
MOTS CLES :  Djotodia   Réparation   Séléka   Bangui   Évêques 

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Quelle tristesse d'avoir un pays avec des gens si nuls

Par paul

06/05/2013 16:12

Merci à vous et à l'archevêque de bangui,le seul soutien du peuple. tous ces politriciens en gomme sont là à justifier comme ziguélé l'injustifiable,à applaudir comme ndouba ce qui fait au contraire pleurer et aujourd'hui par des basses manoeuvres,influencent encore ce pouvoir pour des actions en justice contre Bozizé. mais sont ils là pour quel peuple? le peuple souffre aujourd'hui et meurt chaque jour,c'est maintenant qu'ils doivent pousser à ouvrir un dossier contre seleka,leurs chefs,deby et eux les complices. ils ne peuvent le faire,nous nous en chargeons.
Mais un élément nouveau apparait concernant monsieur ndouba concernant les banyamulengués,chers victimes,aidez le peuple centrafricain a mettre ce monsieur ndouba hors d'etat de nuire en l'envoyant pour les 2 affaires à la cpi. C'est un monstre,il n' a pas de coeur que de la haine et parfois de la haine sans raison.

Parce qu'ils pensent que c'est leur regime mlpc qu'il faut désormais fusionner cela avec seleka,il ne veut pas avec ziguélé et leurs amis de l'ombre mlpc que des contradicteurs ,des lucides ou des adversaires valables ne se trouvent pas sur leur chemin. Alors ils montent des mensonges comme ndouba en a gavé des centrafricains des nuits durant les internautes centrafricains.
Ce type est dangereux,il peut mettre le feu à une ville et rigoler et prendre son pied avec les braises qui crépitent.
Devant les degats des selekas qu'ils ne critiquent pas et vu la mobilisation nationale et connaissance juste de la situation des exactions,ils ont très mal de voir que leurs amis Seleka risquent la cpi;ils n'ont pas mal pour vos parents qui tombent chaque jour. Ils ont mal pour seleka qu'eux aussi utilisent pour indexer des personnes et maisons à piller et qui se retrouvent pris dans le sac par la cpi. Ca a leur a fait tellement et qu'ils veulent attenuer comme toujours après nous avoir dit que ce nous vivons à boy rabe ou ouango étaient du fait de bozizé. Le peuple sachant la verité,le meme ndouba pousse à un discours d'une association tombée du ciel qui veut amener bozizé à la cpi,pour finir parle suggérrer à leur ami du gouvernement à cette mascarade de.
Voilà comment le destin d'un pays se construit autour de sentiment personnel ,haineux d'un groupe de gens qui veulent diriger ce pays comme si c'était leur ferme et sont peu disposés à la démocratie. La haine,le mensonge,le sectarisme,l'arrogance leur mode gestion publique.

MERCI

Par albert

06/05/2013 17:00

Il fallait envoyer une copie à ndouba et ziguélé,ce qui manipule pouvoir et voyous seleka dans les reglements de compte. Le KNK s'organise,voilà ndouba qui sotte au plafond,remue ciel et terre pour des combine:bozizé au tribunal. Pensez vous queceux qui se disent sdémocrates le sont vraiment? Pourqauoi le mlpc ne veut rien en face de lui? Le KNK pouvait se mesurer à lui et le gagner si knk s'organise d'où la peur. la démocratie c'est de donner la chance à tous,pourquoi ce droit de regard de ce ndouba sur tout et quelques jours après le gouvernement s'y alignent.Regardez,il mettrait des écoutes,est-ce un Etat policier,qu'ils mettent des écoutes,la liberté de pensée et d'expression existe ils ne vont pas empêcher les gens de dire ce qu'ils pensent d'eux et des seleka en general? Ils savent que les gens ne les supportent pas,ils n'ont qu'à écouter et de là faire des histoires ils n'ont pas droit/ Abus traduisez les comme pour les autres. ils n'ont qu'à mettre leurs seleka sur ecoute et pourra les pister pour leurs complices et où ils casent leurs butins. mais venir avec des mensonges disont que des gens sont en contact avec bozizé etc,alors ne sont -ils pas libre de parler de leur parti politique? Sommes nous en Urss? Patassé etait bien en contact avec des gens à bangui quand il etait à lomé,qui vous en empechait ou l'en empechait,si c'estle farfelu richard gouandja ce mythomane faux agent de la cia,qui s'en charge alors djotodia doit avoir une autre source. pourquoi djotodia demande à la cia et là où ce monsieur est passé pour valider ses dires. ce sont de petits morveux lui et moskit qui pensaient pouvoir devenir mouchard des chefs d'etat en terrorrisant d'autres pour vivre car les etudes,ce ne sont pas leurs trucs. Puis,pas toujours bienvenu,l'aventure les tente ainsi ce richard a fait un tour au canada mais ne peut y vivre matériellement et a rappliqué sur la france où le système est généreux. Encourager des gens comme cela ,on dirait que djotodia et seleka n'ont pas de programme sinon celui de venir voler,alors ils prennent autour d'eux tous les voleurs qdont le pys n'a pas besoin et les voila dans les differentes nominations depuis le 24. L'incompetence devient un critère de choix. C'est curieux.
les telephones marchent mal,pour ameliorer ,il n'y apas d'argent mais pour des installations des conneries l'argent est dispo.
Parlez,parlez pour les personnes traumatisés dans l'arrière pays et à bangui. Vous et les courageux journaliste qui font difficilement leur travail,que dieu vous benissent

tpi

Par eric

06/05/2013 22:11

Merci à vous eveque centrafricain pour vos exigence à djotodia vous etes notre fierté, les ziguéle,ndouba,eric neri,seleka doivent allez au tribunal pénal internationale et etre condamné pour tout les crimes contres les centrafricain civil sans défenses et aussi jugés pour les vols et destructions des biens de la rca ces fait sans de haut faits de crimes et de trahison et les centrafricain doivent vraiment les garder en mémoire et faire condamné les personne qui on son responsable et ceux qui les ont cautionner ces crimes par leur dire pour que ce là ne se reproduise plus jamais en centrafrique et par tout dans le monde

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement de la Coopérative Continentale d’Epargne, de Crédit et de Développement des femmes performantes en RDC
Tous les événements
    Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/jdbangui/www/article.php on line 364

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués