DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Journée mondiale de la liberté de la presse: encore des progrès à faire pour tous!

Par Alain Georges Lietbouo - 03/05/2013

20 après l’instauration de cette célébration, de nombreux Etats rechignent encore à laisser les professionnels de la communication faire leur travail.

 

La Journée mondiale de la liberté de la presse fête ce vendredi 3 mai 2013 ses vingt ans. Depuis 1993, elle est l'occasion de consacrer ce principe fondamental et de défendre l'indépendance des médias, mais aussi de faire le bilan de l’évolution de la liberté de la presse à travers le monde. Et comme chaque année, l'organisation Reporters sans frontières publie son classement mondial des pays respectueux de la liberté de presse et ceux considérés comme des prédateurs de la liberté d'informer, responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants. En tête du classement 2013, se trouvent les mêmes pays que l'année dernière, la Finlande, les Pays-Bas et la Norvège, tous trois particulièrement respectueux de la liberté de la presse. Le bas du classement n'a pas changé non plus avec trois pays dictatoriaux: le Turkménistan, la Corée du Nord et l'Erythrée. Ce pays occupe la 179e et dernière place.

 


© journaldebangui.com
Elle a aussi été pillée par les ex-séléka
Cette liste montre surtout que des catastrophes majeures ou une soudaine instabilité politique placent les journalistes au centre des tensions qui en résultent. Comme le Japon par exemple, qui a perdu 31 points au classement, à cause de l'accès à l'information quasi impossible qui a suivi la catastrophe de Fukushima. Ou encore le Paraguay, en perte de 11 points après le coup d'Etat parlementaire qui a fortement impacté le secteur audiovisuel public. Depuis le début de cette année, 19 journalistes ont perdu la vie dans l'exercice de leur profession, dont 8 uniquement en Syrie, et 174 journalistes sont actuellement emprisonnés à travers le monde.

RDC: Le mauvais élève…
L’ONG Journaliste en danger (Jed) dit avoir recensé cinquante-deux cas de violations des droits d’informer et d’être informé en République démocratique du Congo (RDC) entre janvier et mai 2013, soit une moyenne de trois cas d’atteinte à la liberté de la presse chaque semaine. Ce chiffre est contenu dans une lettre ouverte publiée vendredi 3 mai à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse sur le thème: «Parler sans crainte: assurer la liberté d’expression dans tous les médias». Pour cette association de défense des droits des journalistes, il y a une tendance à la baisse en termes du nombre d’atteintes à la liberté de la presse par rapport à la même période de l’année 2012 où elle dit avoir dénombré soixante-quatre cas d’attaques contre des journalistes. Cette pseudo tendance à la baisse, en termes de nombre d’attaques contre les journalistes et les médias, trouve en réalité son explication dans la censure et l’autocensure auxquelles sont confrontés les journalistes au quotidien a indiqué Jed, appelant les médias à briser les chaînes de la censure et de l’autocensure.

 

 
MOTS CLES :  Liberté Presse   Mondiale   Journée   Jed 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués