SOCIéTé  |    

Centrafrique: Un jeune instituteur abattu à Bozoum

Par journaldebangui.com - 27/04/2013

Il s’enfuyait alors que l’on annonçait la présence des éléments de la Séléka dans la localité située à 400 km au Nord-est de Bangui

 

Selon les faits rapportés par des sources dignes de foi, ces jours-ci, ce qui reste des autorités sur place à Bozoum, ont eu des rencontres avec le chef de Seleka présent à Bozoum pour essayer de poser les bases d'un retour à la normalité. Ces rencontres fort-intéressantes et tout aussi intrigantes se faisaient en présence du Consul du Tchad en Centrafrique. Il était question d’encourager tous et chacun à reprendre le travail. Or, le 25 avril dernier, cette tournée des nouvelles autorités centrafricaines a tourné au drame.

 


Image d'illustration
Des éléments Seleka sont partis dans deux villages pour voler des biens et des voitures servant pour les activités quotidiennes des populations. Arrivés dans le premier village à Bossa (65 km sur axe Bozoum-Bossangoa) ils ont commencé à tirer en l’air. Ils ont fouillé les maisons et auraient emporté de l'argent. A Bodalo, le deuxième village distant de Bossa de 5 km, ce sont les villageois qui ont entendu les premiers les tirs et certains ont fui. Le maitre aussi. Il y avait deux voitures, l’une appartenait à un commerçant de Bozoum, et l'autre à un Abbé. Mais cette dernière était en réparation. Selon les informations en possession des Séléka, c’est l'enseignant de l'école du village qui avait des informations sur cette voiture. Ils ont demandé à le voir et c’est pourquoi, il est sorti de la forêt. Ils l'ont questionné, tapé et ligoté. Ils lui ont demandé où était la voiture. L’instituteur a essayé de fuir, mais les rebelles lui ont tiré dessus et il est mort. Après, ils ont pris la voiture et ils sont partis avec.

Le maître d’école qui s’appelait Dawanza Sandero Amos Bienvenu était âgé d’environ 35 ans. Instituteur stagiaire, il était originaire de Bossembele. Il avait fait sa formation accélérée à Bambari et était en poste depuis cette année académique 2012- 2013. Le jeune enseignant qui a été enterré sur place laisse deux filles de 4 ans et 1,5 an, et une femme. Laquelle est revenue à Bozoum. Les rebelles qui sont revenus dans la localité avec leur butin continuent de parader en toute impunité.

 

 
MOTS CLES :

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Arrêtez votre folie

Par NADE Berty

27/04/2013 23:42

Mon Dieu, comment ne pas être bouleversé par de telles exactions.;;Et qu'est ce que le consul du Tchad va chercher dans une localité aussi éloignée de la capitale surtout par ces moments d'insécurité que connaît notre pays ?..Pourquoi les fameuses autorités actuelles ne réagissent-t'elles pas ? Que la foudre emporte Ndotodja et sa bande de Soudanais et Tchadiens qui n'arrête d'asservir nos paisibles compatriotes qui n'ont que trop souffert de leur folie destructive...

les Centrafricain devaient se défendre eux méme

Par ombella

28/04/2013 10:52

ils ne l'ont pas fait , au lieu de se cacher et de compter sur l'exterieur , il devaient se battre pour leurs familles et leurs territoire et ils n'ont rien fait , n'importe qui pourrait venir demain vous coloniser , arnachie , plus de respect de la loi , ou plutôt plus aucune discipline et voila le résultat , les Centrafricains pourrait étre à nouveau colonisés , si ce n'est pas en train de ce faire et bientôt ils vont de plus en plus venir en pleine nuit vous couper les mains et les bras etc , mais certains accusent les pays exterieur au lieu d'admettre que tout est du à l'incompétence de certains dirigeants du Pays , les Centrafricains doivent avoir une véritable armée et pas des gens qui partent en courant.... à cause d'eux tous la Centrafrique est humilié mondialement et ne donnent pas envie d'y retourner

Est ce que Dieu a déjà abandonné la RCA

Par Dambéti

28/04/2013 13:57

Malgré les prières,les lamentations etc.Ils ne se passe pas un jour sans que nous-nous demandions, si le pays, notre pays la Centrafrique, appartient maintenant au Tchad.En lisant l'article si haut relaté, j'ai la nette sensation que nous subissons aujourd'hui l'humiliation la plus immonde. Que faisait le consul Tchadien à Bozoum,est-il devenu le Gouverneur de l'Etat.Cet imbécile de DJOTODIA à vendu le pays aux Tchadiens et Soudanais, depuis l'arrivée des Selékas à Bangui, ces connards, oh! pardon je vais être poli,ces rebelles pillent tout sur leur passage. Quel était le but, renversé BOZIZE ou détruire la Centrafrique, je crois que la deuxième hypothèse est la plus sérieuse.Autres faits, hier on accusait BOZIZE de maintenir la SRI, aujourd'hui c'est la Séléka qui emprisonnent les magistrats dans cette prison.Je ne comprends pas pourquoi nos politiques,certains membres de la société civil, les journalistes se battent pour intégré le fameux CNT, alors que le mot miracle des rebelles c'est silence en tue??? je demande à Monsieur le Premier ministre et son équipe, les membres du CNT de démissionner pour soutenir leurs frères qui meurent toutes les minutes à cause des imbéciles de la Séléka.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués