NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Côte d’Ivoire: Tensions à l’issue des résultats du deuxième tour

Par Idriss Linge - 03/12/2010

Le gouvernement a fermé les frontières et suspendu les médias étrangers, la cour suprême qui s’est saisi du dossier se prononcera dans 7 jours

 

Le conseil constitutionnel prend les choses en main
L’annonce des résultats du deuxième tour des élections présidentielles en Côte d’ Ivoire, a donné lieu à une situation peu ordinaire en Afrique. Les contestations sont venues du côté de la majorité au pouvoir. Jeudi en milieu d'après midi, la commission électorale indépendante (CEI) en côte d’ivoire, a invité la presse nationale et internationale et fait savoir qu’Alassane Dramane Ouattara (ADO), venait en tête à l’issue du deuxième tour de ces élections, avec plus 54% des voix. Une annonce qui a été relayée par de nombreux médias. En début de soirée, le président du Conseil Constitutionnel ivoirien chargé de valider les résultats, a annoncé leur suspension en même temps que l’incompétence de la CEI.

Nous entendons depuis quelques temps, certains médias annoncer des résultats, parlant des élections ivoiriennes, mais je tiens à préciser que la commission électorale indépendante avait trois jours pour se prononcer sur ces résultats. C’est une disposition impérative, contenue dans la constitution. Du moment qu’elle ne l’a pas fait il revient maintenant au Conseil constitutionnel de statuer sur les dits résultats et c’est à l’issue que nous publierons les résultats.
Paul Yao N'dré, président du Conseil Constitutionnel ivoirien


Un peu plus tard, le secrétaire général de l’équivalent du conseil de l’audiovisuel, a fait avoir qu’il avait été demandé à l’entreprise en charge de la distribution de la télévision par satellite, de suspendre la diffusion de toutes les chaines de télévisions étrangères. Le camp de Gbagbo semble donc décidé à contester jusqu’au bout les résultats communiqués par la CEI. Le couvre-feu qui devait prendre fin jeudi a finalement été prolongé jusqu'à dimanche. Des observateurs onusiens ont déjà averti, les candidats pourraient être tenus responsables de toutes violences commises en leur nom. Lors du premier tour, Laurent Gbagbo au pouvoir depuis une dizaine d’années, venait largement en tête avec 38% des suffrages exprimés, contre 32% seulement pour Alassane Ouattara.

 


© Lepoint.fr
Mercredi dans la journée, la France par la voix de son ministre Michelle Alliot-Marie des affaires étrangères, a fait savoir, que les forces militaires françaises étaient prêtes à intervenir, au cas où les intérêts français étaient un seul instant menacé sur le sol ivoirien. La France il faut le rappeler, possède encore de nombreux intérêts dans le pays. Sur le plan diplomatique, les rapports entre l’Elysée et le président Gbagbo s’étaient légèrement refroidis ces derniers temps. Sur un plan purement social, le pays reste divisé en deux, le nord et le sud. Chacun des candidats est issue de l’une des parties. De même, une partie du nord reste sous le contrôle des Forces nouvelles de Guillaume Soro, qui n’a abandonné la rébellion qu’après des accords qui lui ont permis d’occuper le poste actuel de premier ministre. Depuis son arrivée au pouvoir, Gbagbo a le mérite d’avoir ramené une relative stabilité dans le pays, et aussi d’avoir favorisé la reprise d’une économie profitable aux ivoiriens appartenant à la classe moyenne. Il est pourtant clair aujourd’hui que dans sa grande majorité, la Côte d’ivoire veut s’offrir les chances de l’alternance.

En attendant de nombreuses questions restent sans réponses. Comme celle de savoir pourquoi la CEI n’a pas donné les résultats dans les délais prévus. D’un autre côté se pose la question de savoir comment la CEI s’est décidé à rendre public les résultats, alors qu’elle n’avait plus ce droit. Selon l’article 59 alinéa 3 du code électoral, la CEI a trois jours après la clôture des votes, pour transmettre les résultats provisoires de l’élection présidentielle au Conseil constitutionnel. D’un autre côté, l’article 38 de la Constitution ivoirienne dispose effectivement, qu’en cas «d’événements graves (…) rendant impossible (…) la proclamation des résultats (…) le président de la Commission chargée des élections saisit immédiatement le Conseil constitutionnel aux fins de constatation de cette situation». Rien n’indique cependant clairement, ce qui doit être fait, si passé ce délai la CEI n’a pas saisi le conseil constitutionnel. Les juristes et les constitutionnalistes ont des points de vue divergents sur le sujet, selon qu’ils sont de l’un ou l’autre bord. Dans 7 jours tout le monde devrait être fixé.

 

 
MOTS CLES :  Côte D'ivoire   élection   Présidentielle   Gbagbo   Ouattara   Verdict 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués