NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

La Centrafrique dans le viseur de Fatou Bensouda

Par Lucie Nkouka avec autres médias - 23/04/2013

Dorénavant, la Cour pénale internationale examine avec une certaine attention, l’allégation de crimes en Centrafrique

 

C’est la procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda, qui a mis en garde les éventuels responsables de crimes et violations des droits de l’homme en Centrafrique, affirmant que ceux-ci seraient poursuivis quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Tout le monde sait que les «Centrafricaines et Centrafricains ont déjà trop souffert. Je n'hésiterai pas à poursuivre en justice ceux qui sont responsables de leur souffrance», a déclaré Mme Bensouda dans un communiqué. "La situation en République centrafricaine empire de jour en jour et le nombre de victimes civiles affectées par des crimes graves ne cesse d'augmenter", a-t-elle ajouté, précisant que son bureau examinait "de très près” les allégations de crimes relevant de la compétence de la Cour - y compris des attaques contre des civils, meurtres et pillages - en République centrafricaine. "Notre mandat est de mettre fin à l’impunité pour de tels crimes et notre compétence s’étend sur tout le territoire de la République centrafricaine", a ajouté la procureure de la CPI. La situation dans le pays s'est considérablement dégradée ces dernières semaines après la chute du régime du président François Bozizé, renversé le 24 mars par la rébellion de la Séléka.

 


© infopresse.net
La procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda
Des pillages et tueries sont multipliés
Il ne se passe pas une seule journée sans que les Centrafricains où qu’ils se trouvent sur toute l’étendue du territoire national, ne pleurent leurs parents tués par les combattants du Séléka. Ainsi, dans la nuit du 21 au 22 avril, certains éléments de la Séléka ont fait incursion au domicile d’une famille au quartier Ngongono3, à Bangui, pour perpétrer un pillage. «Ils nous ont réveillés avec des sommations. Ils nous ont terrorisés avec des menaces de mort. Nos biens entre autres, literie, ustensiles de cuisine, moto et plusieurs autres matériels ont été emportés par les rebelles. Mes documents ont été éparpillés dans la cours», a expliqué la victime. Entre temps, dans la journée du dimanche 21 avril, une voiture appartenant à un agent de la douane centrafricaine, a été emportée par les hommes de la coalition Séléka, au quartier Damala. Une situation qui a entrainé la psychose au sein de la population dudit quartier.

A Bangui, la capitale, les cas de meurtres et de tueries sont enregistrés tous les jours. Pas plus tard que dans la soirée du 19 avril, à 20 heures, un jeune homme d’une vingtaine d’années a été abattu dans le 6e arrondissement. Son corps a été jeté sur la voie publique au niveau de l’église Fatima. A ces cas de tueries volontairement perpétrées, s’ajoutent les nombreux cas de blessés et morts atteints par des balles perdues incessantes et inutilement tirées par les rebelles. Dans les hôpitaux, les services des urgences sont débordés et dans le même temps, les services commencent à faire face à des sérieux problèmes de rupture de stock des médicaments. Des faits qui font redouter une crise humanitaire à grande échelle, si rien n’est résolu dans l’urgence par les nouvelles autorités.

Du côté de celles-ci, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique et membre de la coalition Séléka, Nouredine Adam, a de nouveau rédigé un communiqué, lu sur les ondes de la Radio nationale, le dimanche 21 avril, interdisant aux éléments de la Séléka de se promener avec les armes dans les artères de la capitale. Il a également demandé aux conducteurs de véhicules de transport commun de ne plus prendre à bord des bus et taxis, les hommes en arme. Le même communiqué précise que, toute personne armée qui sera surprise en train de commettre un acte de braquage ou une exaction quelconque sera punie conformément à la loi. On attendra les premiers condamnés, si jamais il existe encore une justice dans le pays.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter: OTPNewsDesk@icc-cpi.int
Source : Bureau du Procureur

 

 
MOTS CLES :

7 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

tpi

Par eric

23/04/2013 15:32

Centrafricain(e)ne baisser pas les bras informer le monde entier des crimes qui ont eu lieu et qui continue de la seleka sur le territoire centrafricain,il est impératif que les centrafricains de par tout dans le monde par solidarité pour les parents rester au pays dépose des plaintes contre la seleka pour la destruction de notre pays et les meurtres,viole et tortures,sans celà ces crimes resteront impuni et ces fou d'allah recommenceront leur basse besogne.Exigeons le retrait des troupes tchado soudanaise de la rca et l'implication militaire massive de l'union africaine pour sécurisé le pays de préférence des pays puissant et chrétiens pour une meilleurs cohabitation avec le peuple centrafricain à 90% chrétiens sans cette mesure je pense que tout sera pire et catastrophique.Hier je disait qu'il faudrati l'intervention de pays hors cemac car certain pays de la cemac nous ont pas aider dans cette crise mais enfoncer.le concours de l'angola,l'afrique du sud et l'ethiopie trois pas chrétiens et militairement au dessus du tchad et du soudan suffiront à neutraliser les terroriste et former notre armée.Frères et soeurs centrafricain n'attendant rien des français ou autre occidentaux ils n'iront jamais mourir pour des noirs sans contrepartie grave,règlant nos problème entre africain sollicitant l'union africaine et coopérant s'il le faut avec l'union européene ou autre

C'est une évidence depuis le Cpi pour ces barbes et leur commandant en chef Déby

Par Arcade

23/04/2013 15:39

Iln' y a meme pas à attendre les éléménts sont suffisants: pour les séléka,leurs responsables et leur financier le dictateur du tchad et autres etats voyous qui financent la mauvaise parole auprès de leurs fous de Dieu.
Lisez en cherchant dans google:
Michel Djotodia en tant que président de l'UFDR écrivait cecien avril 2012
et
Seleka: En attendant la charia,lepire est deja là
Vous aurez une idée de ce qui anime ces faux défenseurs d'une cause populaire.
On ne vient pas déloger un pouvoir et faire ce qu'ils ont fait à un peuple pourtant victime de tous les régimes. Quand on aime son pays on respecte le peu qu'il a ,or les destructions administratives systématiques,lesexactions contre les chrétiens et leurs biens. Les pillages des églises et menaces dont ont été victimes les réligieux. Des quartiers et personnalités ciblés pour piller et exécuter des personnes. Le tissu économique mis à terre ,tout cela pourquoi. Les tchadiens haoussa:zakawa,goran etc et leurs boutiques épargnés,le traitement d'egard qu'une religion precise ,la musulane a eté l'objet:aucune mosquée menacéeni pillée,au contraire c'est là que ce serait les dépots des armesetdeschoses volées en attente d'un départ vers le tchad ou le soudan.
La manière dont les tchadiens islamisés s'immiscent dans ce chaos centrafricains et deviennent des recelleurs ou intermediaires moyennant une grosse somme pour négocier la remise des voitures volées? la marnière dont Déby parvient à mettre des tchadiens dans l'armée centrafricaine ou il y traque des gens supposées lui tenir tete,tout cela devoile un peu l'esprit Déby dans cette invasion.
Le cpi ou tout organisme doivent debarrasser cette zone régionale de Déby et exiger qu'il y ait une élection libre et sans tricherie au tchad et surtout de mettre fin à cette folie démesurer de Déby sur ses voisins. S'il y avait réelle démocratie,cet idiot de deby n'aurapas d'opposant armés. Ce n'est pas en sèmant la terreur partout et imposer des tchadiens dans le gouvernemant et dans l'armée centrafricaine qu'il dormira bien. Lapaix chez ses voisins et la quiétude des tchadiens dépendent d'une réelle democratie et que le tchadiens soient traités au memepied d'égalité et non une petite communauté sur le grand monde.
Centrafricains où que vous soyez,ne luttre non seulement c'est Seleka mais Déby dans toutes ces forrmes. Le danger actuelc'est lui

Il faut agir

Par Loic

23/04/2013 15:54

Il faut l' intervention des pays hors cemac, c'est la meilleure voie;j'ai vu angola,peut-etre zimbabwe,lesenegalou un autre pays africain botswana etc dont les soldats sont professionnels et responsables.
Pas de soldats tchadiens ,ils étaient là en service commandédeDéby et on vu comment ills dansaient le tango pour laisser leurs frères seleka venir à sibut puis depasser Damara.
Centrafricains,mobilisons etcotisons pour traduire seleka collectivement et individuellement et tous les complices extérieures à la cpi.
Il faudrait combien de crimes et d'horreurs que Déby et tous ces avides de pouvoir comprendre que gerer un pouvoir ce n'est pas dtruire un peuple ou s'ériger en dicteur de loi.
Ne soyez pas aveugle,le ton est donné,les centrafricains doivent se préparer. De quel droit Déby contolenos hommes plitiques,veut choisir qui gouverner et avoir main sur les faux generaux, colonels ou commandants ou qu'il fait entrer en centrafrique. Combien de sang vecé pour que le monde comprenne?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués