DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

RCA: 4 questions au Président Michel Djotodia et au P. M. Nicolas Tiangaye

Par Victor Bissengué - 22/04/2013

Liquidation et désintégration de la République centrafricaine pour des utopies et de vils tributs, ou l’art de creuser sa propre tombe

 

Les populations centrafricaines sur toute l’étendue du territoire vivent dans l’angoisse, le dénuement et l’insécurité totale. La stabilité est loin de s’installer. La mentalité de pillages, de destructions organisées, systématiques, est profondément ancrée. Ce dérèglement du comportement est encouragé par certaines pratiques à divers degrés. Le détournement, la confiscation des biens d’autrui et des affaires publiques en toute impunité ont contribué à l’asservissement des populations longtemps oubliées ou laissées pour compte. Le minimum requis a été mis à sac: la santé publique et l’enfance, l’école et la formation, les infrastructures routières et de développement agricole.

 


© afp
Le Président Michel Djotodia (g) et au Premier Ministre Nicolas Tiangaye (d)
Le Centrafricain «lambda» perd tout espoir et surtout quand il voit son pays chavirer faute de boussole. Alors, y a-t-il un commandant à bord ? De nombreux exemples témoignent de la survivance de la situation; ces exemples peuvent-ils un instant aider à tirer quelques enseignements si tant est la volonté et le désir. Que dire des célébrissimes cas des chefs d’Etat comme David Dacko, Jean-Bédel Bokassa, André Kolingba, François Bozizé, Moïse Tshombé, Sese Seko Mobutu ?

Gérer le bien public n’a plus de sens. La loi de la jungle s’impose. Au bout de la course, une règle implacable du jeu rattrape. La victimisation prend vite le dessus pour semer la confusion entre le vrai et le faux. Ce dérèglement encouragé conduit vers une culture de règlement de comptes, d’assassinat, de racket. Des innocents paient le lourd tribut. Ils crient leurs peines, leur colère; ils demandent la performance, la justice et l’abandon de la politique de l’impunité. Le bien mal acquis ne profite à personne. Osons faire le tour d’horizon en République Centrafricaine pour mieux cerner ce fait. Aucune leçon n’en sera jamais tirée. L’éternel recommencement et la même surprise.

Aujourd’hui encore: la peur, l’angoisse, la crainte de l’horreur, planent au-dessus de la tête, prennent au ventre. Des nouveaux occupants du Palais de la Renaissance se sont installés après d’âpres combats à travers le pays qui ont fait de nombreuses victimes, des déplacés et des réfugiés qui végètent dans des camps de fortune en RDC, au Cameroun, au Tchad. Une hantise agite quotidiennement les Centrafricains dans leur chair et dans leur esprit. Ils s’interrogent ici sur le calvaire et le traumatisme qu’ils endurent. Ils veulent comprendre ce qui leur arrive tout en désirant ardemment la paix.

Quatre questions se posent:
1 - Pourquoi la destruction des archives administratives dans différentes localités régionales ? 2 - Pourquoi la perpétuation des vols, du vandalisme, des assassinats, des viols, jusqu’à ce jour ?
3 - pourquoi le saccage des lieux de culte de la communauté chrétienne partout où Séléka est passée, même à Bangui ?
4 - Quelle pensée retenir de la lettre du président Michel Djotodia qui sous-tend l’islamisation et l’imposition de «Charia»: «Si Dieu le veut et que nous arrivons à Bangui, nous allons mettre en place un régime islamique afin d’appliquer la chari a » ( cf. lettre de UFDR signée par le président Djotodia, le17 avril 2012). Le pays est au fond du gouffre. Mais il peut remonter à la surface. Bonne chance à la République Centrafricaine. Qu’elle vive dans la concorde et le partage, dans l’Unité, la Dignité, le Travail.

Victor Bissengué, 16 avril 2013
2) Centrafrique 2010 in memoriam.

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Interrogation sur la situation des ministres demissionnaires au PM Tiangaye

Par kotoko sembona

23/04/2013 03:40

Depuis que le député Benounga et d'autres personnalités de l'Opposition avaient annoncé qu'ils se retiraient de votre gouvernement, Mr le Premier Ministre Tiangaye vous les avez personnellement menacés avant de partir pour la France il ya a peine un mois. Si les Seleka leur font du mal, vous avez la responsabilité, car par votre attitude arrogante et meprisante envers des fils du pays qui ont voulu manifester leur désaccord, vous avez donne carte blanche au chef rebelle Ndjotodia de leur faire du mal. Et on sait qu'avec Seleka, oter la vie a quelqu'un ne leur coute rien car ils ont des fusils. Vous paierez un jour votre esprit de vengeance contre Bozize qui vous rend aveugle des souffrances du peuple que vous prétendez servir.

C'est Grave

Par wokewoke

23/04/2013 05:24

Monsieur le PM épileptique,
Toi et ton Président braconnier, vous tuez les centrafricains,est-ce-que vous avez pensé à réserver votre cercueil avec celui de vos proches respectifs.Souvenez-vous de l'adage qui dit que : ""Tout se paie ici bas"" fin de citation.
Vous avez attaqué toutes les couches sociales avec votre SELEKA, détruit leurs biens en échange avec vos propres intérêts.Vous ne resterez pas éternel mais je crains pour vos proches car au moment opportun, vous allez fuir comme des moutons.
A bon entendeur salut

Avec la presence ces islamistes, le pays est sinistre comme un cimetière!!! j'

Par Bouba Ngere

23/04/2013 11:45

Mes chers compatriotes,
Je suis d’avis avec les questions posées par notre compatriote Bissengué. Etant Centrafricain en attente d’intégration, et au vu des destructions sadiques faites à ce pays et son peuple, je ne saurais comment me tenir. J’ai toujours vécu par mes propres moyens en coordination avec les petits tissus de notre vie socio-économique qui ont été détruit impitoyablement ! Pour échapper au braquage qui est le mode de vie des SELEKA, mon seul souci c’est de quitter avec le résidu de mes capitaux et partir en « Self exil » faire mon bouba Nguere ailleurs ! Il n y a plus rien à attendre ici, pire encore que la mentalité islamique et de conquête a commencé à savoir « tuer, terroriser, violer, arracher pour emmener les gens à se soumettre » torture psychologique. Les Ziguele et autres ne disent rien !! Bozize a fui pour sauver sa famille, mais ceux qui ont emmené ces jihadistes et wabistes n’ont pas su sécuriser le pays, Les bureaux régionaux et administratifs, détruits, les filles, femmes, vieilles mamans violer, les braves fils du pays propres et bien portant fusillés à bout portant ou est notre dignité ? En tout cas c’est du jamais vu !!!Excuser moi mais je dois aller faire le bouba nguere ailleurs avant qu’un sale Seleka vienne me braquer en plein jour ! A l’approche des présidentielles, je serai là pour soutenir l’échec des gens du Seleka, et demander l’exclusion de tous les Tchadiens et Soudanais qui ont envahi notre pays. J’ai trop vu la souffrance de mes compatriotes et surtout dans l’incapacité de les aider et les voir mourir des coups de grâce des Seleka Soudano-Tchadiens ! Je demande à la CPI, de travailler avec les activistes des droits de l’homme en RCA afin d’emmener tous ces criminels en prison pour que je puisse croire aux deux termes suivant : Humanité, Justice, autrement dit le monde entier doit se redéfinir.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués