NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Réponse de la France à l’appel à l’aide

Par Jacques N. Godbout - 45enord.ca - 18/04/2013

Elle se déclare disponible à condition que soit mise en place une «autorité légitime», ce qui n’est pas le cas avec l’actuel président autoproclamé Michel Djotodia

 

Hier mercredi 17 avril, à la période réservée aux questions d’actualité à l’Assemblée nationale française, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a répondu par l’affirmative à la demande de Tiangaye, mais avec un bémol, un bémol qui s’appelle Djotodia. «J’ai eu en fin de matinée du 17 avril au téléphone notre ambassadeur à Bangui et je puis vous retraduire l’état de la situation», a dit le chef de la diplomatie française en réponse à une question. «Sur le plan de la sécurité, la situation est extrêmement tendue et inquiétante. Nous avons, nous, Français, des forces, nous travaillons à cela en liaison avec le ministre de la Défense. Nous avons deux compagnies là-bas plus une compagnie de Boali (NFLR : l’opération Boali de soutien à mission de consolidation de la paix de la Communauté économique des États d’Afrique centrale)», a souligné le ministre dans sa réponse.

 


© Reuters
Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius
Laurent Fabius a aussi précisé que «Ces compagnies tiennent l’aéroport, ce qui est extrêmement important pour assurer la fluidité du trafic. D’autre part, elles circulent en ville, elles assurent la sécurité des points de ravitaillement et bien sûr, elles protègent l’ambassade. Il y a par ailleurs des forces – appelées forces multilatérales – qui ont des difficultés et il y a actuellement, d’après les renseignements fournis par notre ambassadeur, beaucoup de pillages, beaucoup de morts et beaucoup d’inquiétude.» «Sur le plan politique et tout vient de là, le chef d’État autoproclamé (sic) M. Djotodia a annoncé hier des mesures, mais qui ne changent pas la réalité de la situation. Le premier ministre essaie de travailler autant qu’il le peut dans le bon sens et comme vous l’avez souligné, ce sera demain qu’aura lieu à Ndjamena, une réunion pour faire le point sur la situation en Centrafrique.», a encore déclaré le ministre.
Le chef de la diplomatie française s’est donc déclaré disposé à répondre favorablement à la demande du premier ministre Tiangaye mais à la condition qu’il y ait un retour à la légitimité: «La France a dit qu’elle était évidemment disponible pour appuyer tout effort pour revenir vers la stabilité, mais il faut mettre en place des autorités légitimement reconnues, ce qui n’est pas le cas du président actuel.» Dans un entretien, diffusé dimanche dernier sur TV5 Monde, entretien, le président tchadien, Idriss Deby, avait lui aussi refusé de reconnaître Djotodia. Même après sa désignation au poste de président intérimaire de la République centrafricaine par le Conseil de Transition, Deby refusait de reconnaître la prise de pouvoir de Michel Djotodia: «Je ne le reconnais pas comme le nouveau Président. C’est une question de principe», ajoutant, nous ne pouvons pas reconnaître un président qui s’est autoproclamé.

On se rappelle aussi, ironie du sort, qu’en décembre 2012, le président français, François Hollande, avait aussi clairement exclu toute intervention en République centrafricaine pour venir en aide au président, maintenant déchu, François Bozizé, alors aux prises avec les rebelles de l’alliance Séléka, qui se retrouvent maintenant au pouvoir après s’être emparés de Bangui le 24 mars dernier. Samedi dernier, c’est sans surprise que Michel Djotodia, qui n’avait pas d’opposant, a été élu samedi dernier président intérimaire par le Conseil national de transition sans même qu’un vote soit nécessaire.

 

 

39 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Quel mensonge de Déby,n'est ce pas son oeuvre ce personnage? Comédie sous pression?

Par revolté

18/04/2013 14:35

Cher compatriote,ne croyez pas à cette comédie de Déby,les centrafricains ont compris son jeu et tout ce qu'il fait en ce moment est pour montrer pattes blanches aux européens,le cas de ce fou sonnera. Ce président lui aussi autoproclamé au tchad car il n'a gagné aucune élection là bas,il ne fait qu'acheter des gens et regner dans la terreur,c'est ce modèle que ce fou à conseiller à ses valets djotodia qui ne controle meme pas les cerveau de Déby sur le terrain: le maitre de guerre Adar, le nourredine,le mahamat et ceux qui se décorent de grade on ne sait dans quelle armée nationale ils les ont eu,au darfour ou au tchad. Déby doit répondre en meme temps que tous ces guerriers du temps des barbares sur les exactions commises sur des populations de ouango,boyrabe gobongo et 12-13 kilomètre.
Ils disent désarmer leurs voyous,les memes auraient été vus encore dans boy arabe,n'est ce pas de la provocation? Si un quartier où vous avez causé tellement d'assassinats,par quel plaisir alsain vous y déambulerez encore avec vos baskets volets ou gros sabots,si n'est que pure provocation.
Il faut qu'ils tuent ,volent pour etre contents: laissés les quartiers hais ,ils réapparaissent au 12-13 km pour terroriser là bas.
Après avoir tout détruit,pensez vous que le pays sera viable comment pour vous si vous étiez centrafricains? Ce sont les casseroles meme noircies par le feu,ou mousse et malle de vetement ou ecran de tele que vous avez volé et transportez dans vos voitures elles aussi volées ou à mention brigade d'intervention rapide, c'est cela les prisonniers faits faits? quand ndouba reprend stupidement les délires de ce ngazembeti abruti par les herbes qu'ils fument en brousse,dit que les elements de bozizé cacheraient des armes. Vraiment du Délire,fallait aller vivre avec les habitants pour voir comment vos primitifs sanguinaires cherchent des armes cachées.
Je ne comprends pas certains haineux comme le brailleur professionnel que les centrafricains appelle "le Haineux pervers" raisonner vraiment terre à terre. parce que Bozizé avait fait telle chose,que ceux qui suivent doivent faire pareille et personne ne peut critiquer.
Ou quand on est un délinquant le cas de Bozizé,on ne doit pas faire appel à une justice pour une bavure,un vol ou infraction quelconque?
Du serieux,ce Ndouba prosper est réduit à cela? Et ce sont brailleurs qu'à longueur de journée nous chantaient justice et l'interprètent à leur façon quand ils sont au pouvoir . Certains sont devenus des presque griots ..
Le monde voit centrafrique,et tous les etrangers occidentaux et autres savent exactement ce qui se trament,alors Déby sa comédie,on n en a pas besoin. Il ne reconnait pas djotodia, pourquoi ces millions de dollars?
les traites nation,le peuple saura quoi faire d'eux,le moment venu

L'occupatiion de la RCA par la France se met en place

Par nomzamo

18/04/2013 14:48

Le plan de l'occupation de notre pays par la France via ses marionnettes se met progressivement en place.
Acte 1: on finance une rébellion composée majorité des étrangers (tchadiens et soudains) comme en Côte d’Ivoire avec des villageois et sauvages sahéliens appelés dozos (burkinabés, maliens, sénégalais , guinéens etc ..) pour installer au pouvoir une marionnette à sa solde.
Acte 2: on corrompt la classe politique et une partie de la société civile pour qu'elles donnent leur caution au coup d’État.
Acte 3: le coup d’État réussi avec l'aide de l'armée française. On demande aux vas nu pieds de se servir sur la population en tuant, en volant, en pillant, en violant et en détruisant les structures de l’État sur toute l'étendue du territoire et affaiblir du même coup l’Etat Centrafricain.
Acte 4: On utilise la marionnette déby du tchad via la CEMAC et CEEAC pour piloter tout cela en sous-mains afin de donner un verni de "légitimité" au putschiste dotodia en faisant voter main levée le putschiste méthode digne des soviétiques.
Acte 5: on laisse la situation se détériorée (massacre des populations civiles, vol, pillages, insécurité généralisée etc...)
Acte 6: les marionnettes installées de manière dictatoriale et soviétique demandent l'aide de la France, la pyromane responsable de cette situation pour qu'elle vienne jouer aux pompiers et se présenter comme un "sauveur". La france s'empresse d'accepter l'appel au "secours"
Acte 7: on demande en contre partie que les ressources du pays soient données pour des kopecks au "sauveur".
Voilà comment ce CANCER nommé France agisse en Afrique.

Mais malgré tout cela, la France, ce "grand" pays des droits de l'homme BLANC devant l'éternel claironne partout à travers son roi à l’Élisée que le problème en RCA, est un problème interne (SIC).

Nous sommes donc à l'acte 6 du plan diabolique de la France pour occuper "officiellement" la RCA et piller ses ressources. Les Centros ne se laisseront plus faire. Vous nous faites cette guerre à cause de notre pétrole et notre ciment.
La france est en faillite au lieu de réduire son train de vie au dessus de ses moyens, tout ce qu'elle trouve c'est de faire des guerres en Afrique: Côte d'Ivoire, Libye, Mali et aujourd'hui Centrafrique pour renflouer ses caisses vides.

Nous voulon vivre aussi

Par Larosée

18/04/2013 15:33

Nous le savons bien ces manœuvres viennent de la France et l'UE qui veulent faire de notre pays un grenier pour leurs générations future. Nous aussi nous voulons vivre et jouir des revenus miniers et pétrolifère de notre pays. Ce sont nos héritages mais non l'héritage des français.La jeunesse centrafricaine ne se laissera pas faire. Nous irons nous irons jusqu'à la mort pour parfaire notre liberté économique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués