SOCIéTé  |    

France: tous solidaires pour la Centrafrique à Billère (64)

Par journaldebangui.com - 15/04/2013

Une grande soirée de restitution a permis à l’association Bêafrika de rassembler tous ceux qui de près ou de loin veillent et échangent avec le pays secoué par de violents troubles

 

Il n’en fallait pas plus pour que le nouvellement désigné Représentant de la diaspora auprès du nouvel organe exécutif CNT pour promouvoir la paix, l’amour, la concorde et encourager les élans de cœur et de sympathie envers les habitants du Centrafrique. M. Clotaire Saulet-Surungba, enseignant et écrivain centrafricain a fait le déplacement de Billère près de Pau (64) dans le Sud-ouest de la France pour être aux côtés des habitants de Billère qui soutiennent, travaillent et œuvrent pour la Centrafrique. En cette fin d’après-midi, l’association qui l’accueillait a tenu à rassembler les forces vives de Billère afin que dans l’écoute et le dialogue, ils puissent trouver comment venir en aide à ceux qui sont là-bas. Pour cela, les membres de l'association Bêafrika présidée par Melaine Poda ont tout d’abord monté une exposition autour du projet «informatique pour tous en Centrafrique» appuyé par la mairie de Billère et particulièrement les personnes travaillant pour le projet Mbaiki mené par Jacques Cabanne, l'association Tiss'Lien 64 qui appuie Bêafrica depuis le début et les collectivités locales (Mairie de Billère, Université de Pau, la région Aquitaine, la Maire de Pau, le Conseil général du 64.)

 


© journaldebangui.com
M. Clotaire Saulet-Surungba, représentant CNT Europe (d) et M. Melaine Poda de l'association Bêafrica à Billère
Ensuite, le Représentant du CNT Europe a animé une conférence autour du thème «l’école centrafricaine face aux enjeux du développement social, économique et culturel». La présentation portait sur l'éducation des jeunes en Centrafrique avec la présentation des éléments tels que, le taux d'alphabétisation, le nombre d'enfants scolarisés dans les différentes sections, la différence entre les garçons et les filles, le manque de moyen en enseignants et en matériel, etc… Le constat est des plus catastrophiques et les besoins sont nombreux. Cette section de la soirée était rehaussée par la présence et les témoignages des différents partenaires de l’association Bêafrika. Ainsi, plusieurs personnes ont pu donner leurs visions de la situation à la suite d’un retour d’expérience à Bangui et Mbaïki.

 


© journaldebangui.com
Les danseuses de la MJC du Lau de Pau, pour la paix en Centrafrique
Le reste de la soirée a débuté par un convivial repas fait de mets locaux témoignant de la richesse de la culture centrafricaine. Tout en dégustant les plats de viande de bœuf au gombo, saka-saka avec queue de bœuf, poulet braisé, riz ou semoule et salade de fruits exotiques, tous n’ont pas oublié d’avoir une pensée ou une parole et même une prière pour ceux qui n’ont rien là-bas. C’est pourquoi lors de la soirée dansante, animée de mains de maître par le franco-tchadien DJ Saad, les paroles et les encouragements ont mis en communion toutes les bonnes intentions dans les prestations musicales du groupe SNRC records: Rap / ragea ou de la chanteuse Dhalia Fotsing. Les danseuses de la MJC du Lau de Pau ont donné de leurs énergies et insufflé de la joie, entretenue par les défilés des bénévoles de l’association Bêafrica en tenue traditionnelle ou celui de l'agence Angela's prod events et le magasin «LMV MODE à Pau» partenaires de l’événement. Plusieurs jeux ont permis à des participants de remporter des lots d’autres partenaires de l’association. Les fonds récoltés permettront aux membres de l'association Bêafrika de concevoir et de réaliser un projet immédiatement sur le terrain en Centrafrique.
 
MOTS CLES :  Billère   Centrafrique   Solidarité 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

L'heure est plutot grave..

Par Kete Koli

15/04/2013 21:57

Je salue l'initiative du regroupement pour discuter de projets mais je trouve cela tres dephasé par rapport au terrain actuel.. Aussi solidaire que l'on puisse etre je n'ai trouvé aucun sujet de reflexion sur ce qui se vit actuellement en centrafrique ! Aussi je vous suggererai d'interpeller les autorités francaises (au cas ou personne n'y aurait encore pensé) pour la mise en place d'une force d'interposition ou une zone securisée interdite aux seleka pour arreter le massacre de civils en cours!

Je ne saurai me rejouir et festoyer alors que mes freres vivent terrorisés sans vivre sans eau ni abri ! De grace envoyez juste une requete au quai d'orsay pour soutenir une telle proposition qui epargnerait tant de souffrances et detresse humaine.. Utilisez le cadre associatif pour donner plus de poids a ce genre de requete

L’honneur et la dignité d’être Centrafricain

Par Jean M'balanga

16/04/2013 10:28

L’honneur et la dignité d’être Centrafricain

L'annonce de la dégradation des locaux de l'Université de Bangui est une atteinte radicale et insupportable aux droits inaliénables d’un peuple au développement. Même si la ligne rouge a été franchie depuis longtemps, tant les dégâts causés dans les administrations sur tout le territoire sont sans comparaison dans l’histoire régionale, le lieu de savoir est un lieu sacré. La barbarie de ces gens venus d’outre-tombe, prétendument « libérateurs démocrates », laisse l’Afrique sans voix. Pourquoi détruire les moyens de l’Etat ? Pourquoi punir au premier chef tout une population qui a tant besoin d’un système même exsangue du pouvoir public ? Quel dessein y a-t-il derrière tout ça ?

De par le monde, la diaspora centrafricaine est en émoi devant la situation de leur pays. Elle demande pour le moins une compréhension internationale afin d’arrêter une crise qui dépasse l’entendement. D’abord la France est présente en Centrafrique par le moyen de ses soldats, d’où l’espoir que son poids géopolitique peu aider notre pays à ce relevé de ce cauchemar. Les pays voisins de la RCA ne peuvent se réjouir d’une instabilité indéchiffrable. Si le « ver » s’instable dans notre pays (la crise du Mali peu donner des idées, Al-Qaïda veut profiter d’une société affaibli), c’est la région qui en subira les conséquences.

Nous demandons à la diaspora centrafricaine du monde entier de s’unir et de manifester solidairement en faveur de la paix en Centrafrique. Pendant dix à trente minutes nous cesserons de travailler, nous manifesterons ainsi à l’échelle mondiale notre volonté de voir notre pays être traité à l’égale d’autre pays qui ne sont pas rabaissé à ce point. Il y a deux poids deux mesures dans le traitement de la crise centrafricaine. Aucune image d’un peuple en détresse. Nous pensons que chacun doit prendre part, et aider le pays à ce relevé.

Nous lançons l’idée d’une pétition, afin que ce mouvement se développe et mobilise la conscience des Centrafricains de l’étranger. L’ouverture d’une liste de noms contre la barbarie en Centrafrique trouvera facilement un hébergement sur un site « patriotique » en France.

A tous ceux qui ont été victime de la violence politique depuis vingt jours, et qui vivent dans la peur et la faim, nous nous inclinons en silence devant leur sacrifice, au nom de notre pays, une nation libre, tolérante, ayant pour devise voulue par Baganda : UNITE – DIGNITE – TRAVAIL.

Jean M’balanga Bordeaux
jmbalanga@ymail.com

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués