DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Légitimité: la RCA suspendue au CNT pour élire un président

Par Julien BELA - centrafricmatin - 12/04/2013

«Difficile de comprendre la logique des juristes, des politiques et des syndicats. La RCA est suspendue dans le vide par le sommet de Ndjamena»

 

La balle est dans le camp des Centrafricains pour faire vite et donner une légitimé à Michel Djotodia, afin de lui conférer les pouvoirs d’un chef d’Etat. Il n’est pas encore pleinement assis dans le fauteuil présidentiel, comme le veut la Communauté internationale, que les fameux juristes centrafricains lui demandent de signer des décrets. En qualité de qui? Les vautours envahissent l’espace vital de Djotodia et l’empêchent de respirer. Tous les jours, l’Hôtel Ledger est envahi par des prédateurs, des voleurs, des gens peu recommandables qui ignorent royalement les recommandations de Ndjamena. Il faut attendre la naissance du Conseil National de la Transition qui va accoucher le président de la République et chef de l’Etat. Pour l’instant, c’est le vide à la tête du pays. En sa qualité de président du Conseil Supérieur de Séléka, Michel Djotodia doit seulement assurer la sécurité, l’ordre public et la paix. Est-il possible de tenir un conseil des ministres sans président? Les Centrafricains semblent ne pas faire la lecture de l’évolution juridique et politique actuelle, au regard des exigences de la Communauté internationale et la CEEAC à Ndjamena dont un prochain sommet est annoncé pour lundi 15 avril 2013.

 


© afp.com/Sia Kambou
Michel Djotodia, un président en quête de légitimité
Des partis politiques à la société civile, les contestations continuent de pleuvoir. Comment voulez-vous qu’on avance assez vite vers la consécration de la légitimité de M. Djotodia afin qu’il puisse agir en toute légalité. Les juristes auraient dû expliquer les contours de Ndjamena à la population pour qu’elle comprenne ce qui se passe maintenant dans le pays au plan politique. Le CNT ne peut contenir tout le monde même élargi à 105 personnes comme l’était la précédente Assemblée nationale. F. Bozizé s’en est allé avec l’argent de l’Etat, mettant le Trésor Public à sac. Il faut un président légitime pour reprendre les affaires de l’Etat en main, entreprendre des démarches auprès de la Communauté internationale et des pays amis pour relancer la machine administrative et jeter les bases de l’économie nationale. C’est surprenant d’entendre les syndicats parler de salaire. Qui va répondre dans l’état actuel des choses à ces préoccupations? Les candidats à l’intégration de leur côté s’agitent, alors que le pays n’a aucune institution légitime: ni le CNT, ni le chef de l’Etat et président de la République, ni la Cour Constitutionnelle de Transition. Toutes ces catégories de personnel de l’Etat sont constituées de gens instruits qui savent lire et écrire pour analyser la situation politique au regard des exigences de la Communauté internationale.

La prise du pouvoir par les armes est proscrite. La situation de la RCA est véritablement exceptionnelle, c’est pourquoi la Communauté internationale a mis un peu de bémol dans son vin. Le pays est par terre et ce ne sont les humanitaires qui sont depuis longtemps sur le terrain en RCA qui nous démentiront. Une catastrophe humanitaire est redoutée en RCA depuis l’année 2008. OCHA avait tiré la sonnette d’alarme, mais l’indifférence de Bozizé a toujours été d’or. L’agriculture, l’élevage, les infrastructures routières et fluviales, bref le pays est dans un état de déconfiture très avancée. Tous les centrafricains doivent prendre leur mal en patience, en attendant que les institutions légales de la transition se mettent en place. Malheureusement, la RCA a tellement de juristes que la mise en place du CST traine en longueur. La composition de cet organe semble plus importante que les graves problèmes de mise en route du pays. Les gens n’ont qu’à perdre leur temps à gesticuler autour des concepts. Mais de grâce, que les nouveaux juristes du palais de la Renaissance, ne l’amènent pas à poser des actes illégaux.

 

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="640" height="359" src="http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/5156ebe39473990c5805aa54/6eb07c76756a4757a95b513f1e7eda6a?exported=1"></iframe></div>

 

Au lieu d’aller envahir l’Hôtel Ledger pour empester l’air, les gens auraient mieux fait de rester à la maison et de réfléchir sur la RCA de demain, la démocratie, le développement économique, social, le respect des droits de la personne humaine. Djotodia n’a rien à dire à qui que ce soit si ce n’est l’aspect sécuritaire, la stabilité, la paix. C’est la condition sine qua non pour asseoir les institutions de la Transition et remettre le pays en marche. Donnons-lui le temps que de courir derrière les nominations qui ne sont pas encore à l’ordre du jour. L’homme fort a beaucoup à faire pour endosser son costume de légitimité. Laissons le temps au temps et serrons la ceinture. Il faut casser les œufs pour faire des omelettes. Tous donc à cette cuisine pour cuir et sortir les omelettes. Bon appétit.

 

 
MOTS CLES :  Séléka   Djotodia   Cnt   Légitimité 

16 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Du n'importe quoi

Par germain

12/04/2013 17:05

Pourquoi lui donner une légitimité? Je ne comprends,il n'est pas question de lui donner une légitimité pour qu'il ordonne à ses sanguinaires pour tuer plus?
La question c'est de constitué un conseil élisant des candidats potentiels djotodia où non,c'est cela l'esprit démocratique. On n'est pas dans le "j'y suis j'y reste.
il veut à tout prix rester pour faire quoi,déjà incapables de discipliner des gens dont seul Déby et ceux qu'il a imposés à djotodia ont de l'influence sur eux?
Toutes ces tergiversations,c'est tiangaye,il n' a pas rendu service à la RCA. il ne voit que sa poche et l'argent sale et au prix du sang qu'il a reçu de Deby.
Si tiangaye dit aujourd'hui,ce n'est pas cela dont son pays à besoin,c'est lui que la communauté internationale regarde,mais que fait-il rien. mouillé jusqu'aux os.
Si mon nom peut servir mon pays,il est hors rélité. aujourd'hui s'il se noye,je ne sais quel centrafricain lui tendra une perche pour le repecher.
Quan avec tout le poids qu'on lui donne ,il ne fait rien,se complaint des magouilles.
Allez aux diables

Une republique de truands?

Par le censeur

12/04/2013 17:21

Elisez quelqu'un qui n'a rien à voir avec tout ce bordel. pas de militaire. Et quelq'un de désinteressé et vous électeur,ne cédez pas aux pressions et intimidations.
Il faut dire bien que ce vote restreint n'est pas un vote populaire.
Ce vote pouvait attendre car quelqu'un qui n'a ni autorité auprès de ses subalternes aujourd'hui alors qu'il n'est pas reconnu,reconnu et dans ce bordel,ni lui ni tiangaye ne fasse le poids.
Voyez bien qui compose ce qu'on nous montre comme parties équitables.
ce qui preoccupe les gens c'est d'etre reconnue,mais gerer les urgences on ne voit personne. Le vote doit avoir une validité de 7 mois à reviser. Ne vous embarquez pas dans n'importe quoi. On vous corromp, prenez les sous et votez comme bon vous semble.
grand k avait eu ça non?

Vraiment, du garnd n'importe quoi

Par nomzamo

12/04/2013 17:30

J'abonde dans le sens de mon compatriote Germain qui m'a précédé. La RCA est un pays démocratique, la légitimité s'acquiert par les urnes et non par les armes.La RCA n'est pas un far west où règne la politique du plus fort, la loi du talion.
Nous n'acceptons plus la médiocrité, la politique du fait accompli qui nous a tant bâillonné par des coups d’état et rébellions passés qui nous a entraîné dans cette abîme.
Si vous écrivez que la prise du pouvoir par les armes est proscrite, vous ne pouvez logiquement pas demander de légitimer un putschiste qui est entrain de tuer les Centrafricains, de détruire notre pays. Est ce la politique du ventre qui pousse certains d'entre nous à accepter l'inacceptable?
Si le putschiste se cherche une légitimité, il doit sursoir toutes les décisions illégitimes qu'il a prises depuis son putsch, qu'il se mette en retrait, que le CNT se met en place de manière concertée, qu'il se présente aux élections présidentielles à venir et on verra quel poids, il représente en Centrafrique.
Tout Centrafricain digne de ce nom ne peut s'allier aux diables pour détruire son pays. Tous ceux qui cautionnent les crimes qui se poursuivent dans notre pays, seront traduits devant les juridictions centrafricaines pour haute trahison et jugés comme tels.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués