NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

L’aide la Centrafrique pour l’arrestation de Omar Al Bashir?

Par journaldebangui.com - 01/12/2010

La Chambre préliminaire I de la CPI demande la coopération de la République centrafricaine pour l’exécution des mandats d’arrêt à l’encontre le président soudanais

 

Selon des sources concordantes, le président soudanais Oma Al Bechir pourrait assister aux cérémonies couplées du cinquantenaire de l'indépendance et de la proclamation de la République de Centrafrique. Il aurait reçu une invitation de son homologue centrafricain François Bozizé, lors de son passage à Tripoli, la capitale libyenne. Réagissant donc aux informations relatives à une possible visite du suspect en République centrafricaine ce 1er décembre, la Chambre I de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé à la République centrafricaine d’adopter toutes les mesures nécessaires afin qu’Omar Al Bashir soit arrêté et remis à la Cour, au cas et dès le moment où il arrive sur son territoire. Elle a rappelé que, en tant qu'État Partie au Statut de Rome depuis le 3 octobre 2001, la République Centrafricaine est tenue d'exécuter les mandats d'arrêts délivrés à l’encontre de M. Al Bashir. Elle a également demandé à ce que les autorités centrafricaines, le cas échéant, informent immédiatement la Chambre de toutes difficultés qui pourraient gêner ou empêcher l'arrestation et la remise d’Omar Al Bashir lors de sa visite en République Centrafricaine.

 


© lexpress.fr
Omar el-Béchir (ici à droite) a assisté vendredi à Nairobi à la cérémonie de promulgation de la nouvelle constitution du Kenya, un pays qui a ratifié le statut de Rome, traité fondateur de la CPI, avant de revenir en fin d'après-midi au Soudan.
Le 4 mars 2009, la Chambre préliminaire I avait délivré un premier mandat d’arrêt à l’encontre de M. Al Bashir, considérant qu’il y a des motifs raisonnables de croire que le suspect a engagé sa responsabilité pénale pour cinq chefs de crimes contre l’humanité et de deux chefs de crime de guerre. Un second mandat d’arrêt a été délivré à son encontre le 12 juillet 2010, pour trois chefs de crime de génocide. Le 27 août, la Chambre préliminaire I avait rendu deux décisions informant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Assemblée des Etats parties au Statut de Rome des visites d’Omar Al Bashir en République du Kenya et en République du Tchad, «afin qu’ils puissent prendre toute mesure qu’ils jugeront appropriée». La Chambre avait également demandé, le 25 octobre 2010, des observations du Kenya à propos de l’exécution des mandats d’arrêt à l’encontre d’Omar Al Bashir si ce dernier visitait le Kenya.

 

 
MOTS CLES :  Soudan   Darfour   Rca   Mandat   Cpi 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués