NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Omar El Béchir continue de défier la CPI

Par Alain Georges Lietbouo - 12/04/2013

Le président soudanais effectue une visite au Soudan du Sud, en dépit d’un mandat d’arrêt qui pèse contre lui depuis quatre années

 

Le président soudanais Omar el-Béchir est arrivé vendredi 12 avril à Juba. Il s'agit de sa première visite au Soudan du Sud depuis son déplacement en juillet 2011 à l'occasion de la proclamation d'indépendance du pays. Cette visite est destinée à apaiser les tensions entre les deux voisins. Cette autre visite se déroule au moment ou un mandat d’arrêt de la CPI pèse toujours contre lui. Le président Béchir est parti pour Juba à la tête d'une délégation de «haut niveau», a ainsi rapporté l'agence officielle SUNA dans une courte dépêche. "[i Il va discuter avec [le président] Salva Kiir des relations bilatérales et des moyens de les développer dans l'intérêt des deux nations]", a indiqué à SUNA l'ambassadeur du Soudan à Juba, Mutrif Siddiq. "Le président Béchir sera chaleureusement accueilli à Juba", a-t-il ajouté.

 


© ONU
Le Président Omar Hassan El Béchir (gauche) et le Président du Soudan du Sud Salva Kiir Mayardit (droite)
La visite d'Omar el-Béchir survient après la signature le 12 mars à Addis-Abeba d'un énième accord qui a cette fois-ci permis de relancer la production pétrolière du Sud, à l'arrêt depuis janvier 2012, qui commencera à être exportée fin mai via Port-Soudan au Soudan. Après la sécession du Sud, des questions sont restées en suspens: le partage des ressources pétrolières, le tracé litigieux de la frontière, le statut des ressortissants de chaque État sur le territoire de l'autre et l'avenir de la zone frontalière d'Abyei. Les tensions autour de ces différends avaient dégénéré en graves combats frontaliers au printemps 2012, et la communauté internationale a fait pression pour que les deux pays trouvent un accord global.

Un président affaiblit par le mandat d’arrêt de la CPI
Depuis 2009, le président soudanais est persona non grata dans de nombreux pays africains. Le 9 avril dernier encore, le président Soudanais n’a pas pu prendre part à la Conférence de la Communauté des États sahélo-sahariens sur le projet de «ceinture verte». Le Tchad avait annoncé qu’il devrait être arrêté à son arrivée à l’aéroport. En tant que pays membre de la CPI, le Tchad a l’obligation de coopérer avec la Cour dans la remise de fugitifs, soulignait Human Rights Watch. D’autres membres africains de la CPI – notamment l’Afrique du Sud, le Malawi, le Botswana, la République centrafricaine, la Zambie et le Kenya –ont précisé qu’El-Béchir serait arrêté si jamais il se présentait sur leur territoire. Afin de pouvoir étouffer ce mandat d’arrêt et de polir son image, le président soudanais qui est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre s’investit dans la résolution pacifique des conflits avec son voisin le Sud Soudan.

 

 
MOTS CLES :  Visite   Paix   Soudan   Salva Kiir   El Bechir 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués