DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: débâcle ou enlisement de la transition

Par RJP MAYTE - 12/04/2013

«Bien que la transition se grippe sur le plan international, les clans se forment à Bangui autour du pouvoir du premier bailleur de l’hôtel Ledger» à Bangui

 

Alors que d’un côté les forces armées hétéroclites qui ont porté au pouvoir le nouvel homme fort de Bangui continuent de démontrer avec outrecuidance leurs insatiabilités en matière de pillages, de l’autre côté le président auto proclamé nomme des personnalités à des postes de responsabilités bien que toutes les infrastructures administratives aient été pillées et saccagées. On n’a même l’impression que le changement brutal du régime défunt orchestré par le géant voisin au pied d’argile semble être la goutte qui a débordé le vase sur la scène internationale. Il suffit de passer au peigne fin les chapitres de la contestation, de la condamnation et de la sanction sur l’échiquier international pour se rendre à l’évidence que la République Centrafricaine vit présentement en vase clos.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Il semblerait que les Chefs d’états africains en général et ceux de la CEEAC en particulier trouvent inadmissible l’ingérence perpétuelle du Tchad dans les différentes crises inter centrafricaines. Tellement que les raisons démonstratives et convaincantes de l’éviction de l’ancien locataire du palais de la renaissance n’ont pas été bien élucidées, les Chefs d’états de la CEEAC ont préféré boycotter la récente réunion de N’Djamena par leurs absences massives. Bien que la transition se grippe sur le plan international, les clans se forment à Bangui autour du pouvoir du premier bailleur de l’hôtel Ledger. En revanche, une brocante très achalandée s’exerce d’une manière hebdomadaire dans une bourgade d’un pays voisin en vue d’écouler à tout va les objets de pillages issus de la crise centrafricaine. Il est aisé de reconnaître que seuls les biens immobiliers de Centrafrique ont échappé à cette braderie. La commune renommée raconte que les rebelles risquent même de tracter toutes les maisons luxueuses de Centrafrique en vue de les vendre ailleurs…Hélas!

La Centrafrique est toujours en ruine, rien n’est encore fait pour annoncer une quelconque rénovation. Les décombres sont encore palpables et le paysage donne une vue assez choquante du pays alors que le nouvel homme fort de Bangui et ses acolytes semblent se complaire de l’environnement sociétal et politique. On se demande encore comment est ce que le Gouvernement fera pour gérer les charges fixes de l’état et venir également à bout des défis qui s’imposent au pays surtout lorsqu’on sait que la Centrafrique ne vit que d’une assiette fiscalo-douanière? Mais quelle hallucination! Tous les signes sont présentement visibles pour admettre l’état anarchique de la République Centrafricaine. Il est certain qu’à la lumière de la réalité politique et sécuritaire du pays, la Centrafrique devient de plus en plus un état infréquentable. A posteriori, une vague de désamour se fait observer de fil en aiguille vis-à-vis de la classe politique centrafricaine et des voix s’élèvent peu à peu pour demander une rupture politique et un changement radical de la gestion de la chose publique…Néanmoins, si cette transition se transforme en eau de boudin, tous les hommes politiques qui ont cautionné le coup de force, en feront les frais.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le ridicule ne tue pas en RCA

Par tchoukouma

16/04/2013 22:42

Il est triste de voir que Monsieur MAYTE qui fut les artisans de la réelection de BOZIZE et le remplissage sauvage de l'Assemblée Nationale se pose ici en moralisateur oh mon Dieu.
La souffrance des centrafricains actuellement, vous devez l'avoir sur votre conscience car vous, les MBAY, NDOUTINGAY, BINGUIMALE, VONDO et d'autres situationistes ont mal conseillé le plus médiocre de nos présidents.
Si j'étais à votre place, me serais tue car ma conscience me l'aurait reproché; Etant un adepte du contradictoire, vos diffents éditos, je l'aurais censuré mais par les carences de nos journaux, certains pseudos journalistes osent publier une telle orgie.
Vous vous ennuyez dans la petite commune de vitré et vous vous lancez dans un jeu qui va rouvrir la cicatrice de certaines personnes qui en occurence n'est encore cicatrisée.
Pitié Wagrin ton etrange destin te poursuivra.......

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués