INTERVIEW  |    

Centrafrique: la sécurité reste un défi trois semaines après

Par source: BBC Afrique - 12/04/2013

Les quelques mots du Général Jean Félix Akaga, commandant de la FOMAC, à la BBC

 

Des tirs sporadiques sont toujours entendus dans certains endroits de la capitale Bangui, où les scènes de pillages des biens des populations sont toujours rapportées. Face à cette situation, la Force multinationale de l'Afrique centrale, la FOMAC, avec un peu plus de 500 hommes encore présents à Bangi, tente de contribuer à sécuriser la capitale. En ce moment, la FOMAC procède à la sécurisation de la ville de Bangui, particulièrement les banques. Et en même temps la base sert un peu de camps de réfugiés qui se sentent, vrai ou faux, en danger. Vraiment un travail de sécurisation afin que le calme revienne dans la ville.

 


© REUTERS/Luc Gnago
Le général Jean Felix Akaga, commandant de la FOMAC à Bangui
Est-ce que votre mandat a été adapté face aux derniers développements?
Non le mandat n’a pas été adapté, mais nous avons un rôle suffisamment précis qui est un rôle d’assistance, donc nous devons participer à la sécurisation, à l’aide aux populations qui se sentent menacées, en attendant le sommet (de la CEEAC) de N’Djamena le 15 avril qui va certainement donner une nouvelle orientation à la force.

Est-ce que vous avez les moyens de prendre des mesures contre les pillards et d’autres criminels?
JFA: Nous avons des moyens, mais il faut remarquer que ces moyens sont limités, parce que -pour ceux qui ne le savent pas- c’est plus de 3 à 4.000 combattants de la Seleka qui se sont déversés dans la ville de Bangui. Donc comprenez que la force seule ne peut pas régler la question des pillages à Bangui.

Est-ce que la cohabitation avec la Seleka dans la capitale et ailleurs dans le pays se passe bien?
La cohabitation se passe bien, parce que la Seleka se rend bien compte qu’assurer la sécurité au niveau de la ville de Bangui n’est pas une chose aisée.

 

 
MOTS CLES :

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Honte aux collaborateurs des rebelles...

Par Sorozo

14/04/2013 20:55

On se demande bien pourquoi ces hommes en tenue se permettent aujourd'hui de Parler après avoir laissé un tel chaos s'installer ! Onu, Oua, Cemac, Ceeac, tous se sont encore re ele inutiles !!!
Monsieur Akaga devrait en plus galons après tout cela

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués