NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Le Bénin accueillera le président centrafricain déchu François Bozizé

Par Edmond Kamguia K. - LNE - 10/04/2013

Les autorités béninoises reconnaissent avoir reçu une demande officielle d’asile de la part de François Bozizé et des 28 membres de sa famille

 

A l’issue du sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) qui s’est déroulé le mercredi 3 avril 2013 à N’djamena au Tchad, le Bénin a été sollicité par les chefs d'Etat d'Afrique centrale pour accueillir le président centrafricain déchu François Bozizé. Le Bénin, dont le chef d’Etat Thomas Boni Yayi était présent au sommet de la Ceeac comme le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma, a donné une suite favorable à cette requête appuyée par la demande formelle de François Bozizé: «Le président de la République vient d’accorder l’asile politique à M. Bozizé. Celui-ci devrait rejoindre Cotonou dans les prochains jours», a déclaré Arifari Bako, le ministre béninois des Affaires étrangères qui assistait à N’Djamena, avec Thomas Boni Yayi au sommet de la Ceeac sur la crise centrafricaine.

 


© journaldebangui.com
Le Suprême Evangéliste François Bozizé, lors de l'inauguration de l'Eglise céleste dénommée "Nouvelle Jérusalem" à Bangui (avril 2011)
Dignitaire de l’Eglise du Christianisme céleste
Le Bénin n’a fait que confirmer ainsi son rôle historique de refuge pour les futurs ou ex-présidents centrafricains. Selon le ministre béninois des affaires étrangères: «Bozizé est au Bénin chez lui. Il est dignitaire de l’Église du christianisme céleste qui est d’origine béninoise. Pour cela et pour des raisons humanitaires, nous avons accepté qu’il vienne au Bénin.» Les autorités béninoises reconnaissent avoir effectivement reçu une demande officielle d’asile en début de semaine de la part de François Bozizé et des 28 membres de sa famille réfugiés à Kinshasa, en République démocratique du Congo. François Bozizé est considéré comme le plus béninois des Centrafricains. Selon le pasteur évangéliste Eugène Padonou: «François Bozizé sera logé dans l’une des villas du quartier de la Cen-Sad, à Cotonou. Et c'est à Tchakou (à 15 km de la capitale Porto-Novo, une petite bourgade où se situe le siège de l’Église du Christianisme céleste, ndlr) que résideront les autres membres de la famille.» En 1982, après l’échec de son premier coup d’Etat contre le régime du général André Kolingba qui a dirigé la république centrafricaine (Rca) de 1981à 1993, François Bozizé avait atterri au Bénin où il avait vécu en exil avant d’en être extradé. C’est durant ce séjour qu’il avait adhéré à l’Église du Christianisme Céleste. Excepté Jean-Bedel Bokassa dit «Empereur Bokassa 1er» (1965-1979), pratiquement tous les chefs d’État centrafricains depuis l’indépendance ont séjourné au Bénin.

Seconde patrie des dirigeants exilés
En commençant par le premier président centrafricain David Dacko qui a dirigé le pays de 1959 à 1965 et de 1979 à 1981. David Dacko séjournait régulièrement à Abomey où il était le chef de la communauté des Béninois qui y étaient installés. André Kolingba - président de 1981 à 1993 - avait même une Villa à Cotonou dans le quartier des ambassadeurs. Président élu en 1993 et réélu en 1999, Ange Felix Patassé s'était exilé au Togo après sa chute le 15 mars 2003. Il s’était d’abord réfugié au Cameroun. Il allait souvent au Bénin. Sous la présidence d’Ange Félix Patassé, beaucoup d’hommes d’affaires béninois ont fait de bonnes affaires en Centrafrique. Dans le domaine minier en particulier. Le tombeur de Bozizé a également vécu en exil à Cotonou pendant plusieurs années. Après avoir organisé une première offensive sur Birao qui fut matée pare les frappes françaises, l’actuel chef d’Etat autoproclamé de la Rca Michel Am Nondokro Djotodia fut arrêté par le Bénin en décembre 2006 et incarcéré à la prison civile de Cotonou à la demande du gouvernement Bozizé. Il fut relâché en juin 2008 après avoir accepté de négocier des accords de paix signés en juin de la même année sous l’égide de l’actuel ministre d’État béninois Issifou Kogui N’douro. Djotodia vivait dans une villa de l’ouest de Cotonou, dans le quartier d’Atrokpocodji où il a pris pour épouse béninoise qui lui a fait deux enfants. Son intelligence politique lui a permis d’éviter d’affronter la Force d’interposition de la force multinationale d’Afrique centrale(Fomac) Basée à Damara.

 

 
MOTS CLES :  Benin   Centrafrique   Asile   Ceeac   Demande   Bozizé 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués