NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Commémoration: Le Rwanda se souvient du génocide 19 après

Par Alain Georges Lietbouo - 08/04/2013

Elle se déroule sous le thème "N'oublions pas le génocide contre les Tutsi alors que nous nous battons pour l'autonomie"

 

Avril 1994-2013, cela fait 19 ans que le Rwanda a connu la tragique épreuve du génocide. Afin de garder toujours vivante la mémoire des disparus, chaque année, les Rwandais commémorent le génocide à travers deux jours fériés, le 7 avril et le 4 juillet. La commémoration dure officiellement une semaine à partir du 7 avril, mais des activités peuvent être organisées jusqu'au début du mois de juillet, pour marquer les 100 jours de génocide. Cette année, la commémoration se déroule sous le thème «N'oublions pas le génocide contre les Tutsi alors que nous nous battons pour l'autonomie». Contrairement à l'édition précédente, la commémoration a lieu dans des villages. Jean de Dieu Mucyo, secrétaire exécutif de la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG), a déclaré que la semaine de commémoration commence avec des réunions dans les villages.

 

Une réconciliation laborieuse
«Actuellement, beaucoup de personnes ayant purgé leur peine ont demandé pardon et sont retournées dans leur village. Pardonner est le seul moyen de se sentir libre», affirme Abdul Uwimana à Rfi, agé de 26 ans, habitant de la colline de Munena dans le quartier de Nyamirambo. Une colline qui, à l’époque, a été particulièrement touchée par les massacres, du fait de sa grande concentration de Tutsi.

«Il est impossible d’oublier ce qui s’est passé», assure de son côté Bob Muhwenzi. Mais maintenant, «il faut avancer et regarder ce qui nous unit: la recherche d’un développement économique et social, une croissance économique forte». En tant que jeune, il se sent investi d’une mission pour «transmettre ce message» de pardon. «Sans unité, le pays ne peut pas progresser, constate également Faradja Or-Miel. C’est pour cela que le gouvernement met en avant le patriotisme et pousse la population à se surpasser». «Très vite après le génocide, pour le gouvernement, le développement économique est devenu une clé de cette réconciliation, la pauvreté étant un facteur de conflit», confirme Naphtal Ahishakiye, un responsable d’Ibuka, la principale organisation de survivants du génocide. Pour lui, la mobilisation des jeunes dans ce processus de mémoire est essentielle: «les jeunes ont été majoritairement impliqués dans le génocide de 1994. Il faut leur accorder une attention particulière, car ce sont eux qui vont construire notre avenir. En rappel, le génocide Rwandais a fait plus de 800 000 morts en majorité des Tutsis entre avril et juillet 1994.

 

 
MOTS CLES :  Genocide   Rwanda   Tutsi 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués