DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

La chienlit d’une rébellion disparate en République Centrafricaine…

Par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE - 05/04/2013

Le nouvel homme fort de Bangui dispose-t-il suffisamment des moyens pour faire face aux défis du temps actuels?

 

Incroyable mais vrai…Depuis l’éviction de l’ancien locataire du Palais de la Renaissance par le nouvel homme fort de Bangui, les choses peinent à s’améliorer. La situation est plus que chaotique. Il va sans doute dire que le pays vit toujours des scènes de pillages, de vandalismes, de viols, d’exactions, de violences, d’avilissements, de destructions etc…On n’a même l’impression que le pays se trouve dans un bourbier qui menace de l’engloutir. Des îlots de résistance se font observer un peu partout sur le territoire centrafricain et un regain de tension se manifeste puissamment dans la capitale notamment dans les quartiers hostiles aux tombeurs du régime défunt.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Il serait souhaitable de rappeler ici que depuis le mois de Décembre de l’année dernière, les écoles et les représentations de l’administration centrafricaine demeurent fermées dans toutes les villes conquises par la rébellion. On s’achemine presque vers une année blanche si la situation ne se normalise pas sitôt. En revanche, la Centrafrique n’est tributaire que de l’assiette fiscalo-douanière. Hors les vicissitudes contemporaines à l’issue de la prise de Bangui ont vachement ébranlé l’environnement économique du pays. Il est vrai qu’à l’exception du corps médical, l’administration centrafricaine dans toute sa globalité ne fonctionne pas et cela contribue davantage à la morosité de l’environnement sociétal voire économique du pays.

Les chantiers sont immenses certes mais il faut admettre que la sécurité est l’épine dorsale d’un développement durable. Les investisseurs n’oseront point injecter de l’argent dans un pays en proie à une instabilité criarde. Déjà, les bruits de bottes semblent trépigner aux confins de la République Centrafricaine dans l’optique d’une réaction revancharde. Bien entendu, les actes de pillages, de vandalismes, d’avilissements, de destructions ciblées des biens d’autrui, de violences ne resteront sans conséquence…Puisque la haine semble être le maître mot en République Centrafricaine, dorénavant certains Centrafricains n’hésiteront plus à opposer « la haine à la haine ». Une redondance qui trouve sa légitimité dans l’histoire de la grecque antique…Telle est la loi du talion qui exige qu’une offense soit réparée par une peine du même ordre. De cette locution latine : « Oculo, oculem, demdem tu demte » qui veut dire en Français : « Œil pour œil, dent pour dent », on pourrait comprendre les scenarios de la crise centrafricaine.

Le nouvel homme fort de Bangui dispose-t-il suffisamment des moyens pour faire face aux défis du temps actuels?
RJP MAYTE

 

Cette culture de la haine tant aimer par les uns et les autres est entrain de répandre peu à peu son venin dans l’esprit de la Centrafrique profonde. Il est temps que les Centrafricains prônent le culte de l’excellence en vue de rompre avec l’afro-pessimisme qui nivelle tout vers le bas et promeut une sorte de médiocrité. Ils doivent transformer cette énergie de destruction, de haine, de vengeance, de jalousie, de mauvaise foi, de rancune, de rancœur en une force de reconstruction nationale. La gravité de la crise centrafricaine interpelle tous les fils et filles du pays à opter pour la philosophie d’une communauté de destin qui passe nécessairement par une valeur républicaine et universelle qui n’est rien d’autre que la paix.

Avec les bruits de bottes qui trépignent aux antipodes de Bangui, il y’a lieu de s’inquiéter pour l’avenir du pays. D’ailleurs, cette crise inextinguible ne profite qu’au Tchad de Idriss Deby qui manipule savamment la Centrafrique comme une manette de « Play station ». Les coulisses même de la rébellion attestent la visite régulière des hommes d’affaires Tchadiens et arabes dans les zones diamantifères et aurifères de la République Centrafricaine depuis le début de la crise. D’une source sûre, les diamants et ors sont exploités illicitement par les financiers occultes de cette rébellion. Au regard de tous ces faits précédemment élucidés, les chances d’une paix durable s’amenuisent au fur et à mesure et il est grand temps que la Communauté internationale s’intéresse de près à la situation centrafricaine. Bien évidemment, on n’est pas encore sortis de l’auberge; permettez-moi cette expression familière.
 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

la crise ne profite qu'au tchad de IDRISS DEBY.

Par momo

06/04/2013 09:32

Deby savait guere utiliser sa manette de nitendo au sudan de bechir. Alors il a tourne vers centrafrique cette fois ci avec une manette de«play station». Et il a reussie deux fois d'affile! Avec patasse puis Bozize! Bravo deby, bonne continuation! Il n'ya que des cons en centrafrique. Ziguele, Tiangaye, pouzere, koyapaoua,(mbounou)djondodjo (todia) tous sont que des atavistes qui n'aiment pas leur nation.

Deby doit Partir et au TPI. Erdimi doit lancer l'assaut final contre ce diable qui s'est installé en Afrique centrale.

Par Africaniste

06/04/2013 13:16

je suis tout à fait d’accord avec vous. Comme vous avez été claire permettez-moi tout simplement de commenter certains points très important.
Deby reste le terroriste de l’Afrique centrale avec un esprit de conquête, de chefferie traditionnelle de brimade à faire subir ses opposants et de crimes impunis ! Il se croit tout permis. Mr Hollande comme tout bon européen qui maitrise le concept de « diviser pour mieux régner » a trouvé dans le comportement Deby ces genres de pratiques de trahison comme au temps d’esclavage quand on utilisait les Africains contre les Africains. Deby qui lui-même doit répondre bientôt devant le TPI pour des crimes et disparitions des opposants Tchadiens croit qu’en riant avec les dents dehors avec Hollande il pourra être protégé par ce dernier, ce qui est impossible ; une chose est claire, Deby et son beau-père Al Béchir doivent passer le reste de leur vie au TPI. Quand on voit la manière dont fameux criminel du Tchad joue avec la vie de tout un peuple comme chair à Canon on se demande si le terme humain existe ? Ce changement violent en RCA est une grande déception jusqu’au dernier paysan du pays surtout que tous les services publics ont été détruit ! comment ces gens de seleka peuvent-ils convaincre le peuple maintenant qu’ils sont venus pour améliorer le niveau de vie des gens ? Certes Bozize avait des défauts mais il a quand même écrouter ses pairs africains et les selekas s’étaient fait représenter dans le GUN ! et on était qu’a 2 ans et demi pour allez aux élections ! en tout cas, Deby et ces officiers de seleka ont commis un crime contre l’humanité : Enfant soldats, viols, destruction des services publics, exécutions, tuerie à bout portant. Tous les organes internationaux doivent ouvrir un dossier pour emmener ces barbares au TPI, c’est inacceptable en ce temps de civilisation. Quant aux frere Tchadiens, je voudrais dire qu’ils ont affaires a un diable qu’ils doivent bouter hors d’état de nuire à leur existence . Timan Erdimi se prépare pour l’assaut final ensuite on va récupérer Deby pour que justice soit faites pour les familles des disparus.
Que Dieu benisse l'Afrique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués