NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: N. Tiangaye débarque au sommet de la Ceeac au Tchad

Par source: AFP - 02/04/2013

Pendant ce temps, on observe un début de normalisation à Bangui où la situation reste précaire alors que le gouvernement traverse quelques turbulences

 

Les nouvelles autorités – le président Michel Djotodia issu de la rébellion, comme le Premier ministre Nicolas Tiangaye représentant de l’opposition – avaient appelé à une reprise mardi de l’activité administrative et économique. Des milliers de gens se déplaçaient à pied dans la ville, signe d’une reprise de la vie quotidienne. Néanmoins, cette reprise n’était que partielle à Bangui, où de nombreuses administrations sont restées fermées. Magasins et sociétés privées cherchaient plus à remettre leurs locaux en état qu’à servir les clients, a constaté un journaliste de l’AFP «[i Nous voulons bien reprendre les activités mais la présence de ces hommes en armes nous inquiète encore», a confié à l’AFP le propriétaire libanais d’un magasin du centre-ville. A la société publique d’électricité Enerca (Energie centrafricaine), un employé a expliqué: «Il y a beaucoup d’appels de clients nous demandant des interventions (de réparation) mais tous nos véhicules ont été volés». Le secteur bancaire, jugé crucial par les opérateurs, n’est pas encore actif. Les succursales de Western Union ou la CBCA (Commercial Bank on Central Africa), ont ouvert leur porte mais promettent de distribuer de l’argent qu’à partir de demain mercredi.

 


© afp
Le PM Nicola Tiangaye sous bonne escorte
Quant à la sécurité, des tirs sporadiques continuaient à être entendus dans la capitale. Le cantonnement des troupes de la rébellion Séléka, toujours très présentes en ville, a commencé. Le président Djotodia a symboliquement visité mardi un commissariat, demandant à ses troupes de s’en retirer. «Il faut qu’ils libèrent les locaux de la police parce que si on demande aux gens de reprendre leur service et que les locaux sont occupés (…). Il faut qu’ils partent dans les différents sites de cantonnement», a déclaré M. Djotodia. Des files d’attente étaient visibles à l’entrée de différentes casernes occupées par le Séléka. Il s’agissait à la fois d’hommes des troupes régulières regagnant leurs unités, comme demandé à la radio nationale, mais aussi de jeunes voulant intégrer les rangs du Séléka. «Nous sommes dans une logique de désarmement», a souligné une source proche du Premier ministre, espérant que le Séléka ne continuera pas à recruter.

Sur le plan politique, le gouvernement a connu son premier accroc avec l’annonce de la coalition de l’opposition qu’elle suspendait sa participation au gouvernement d’union nationale. Des représentants du parti du Premier ministre Tiangaye, mais aussi du Mouvement du Libération du peuple centrafricain (MLPC), principal parti d’opposition, ont signé ce document, affirmant agir au nom de leurs formations. Cette déclaration a été aussitôt démentie par le Premier ministre Tiangaye, et plusieurs ténors de cette opposition au président déchu François Bozizé. «Moi, président du parti de la Convention républicaine pour le progrès social, je ne suis pas au courant de la décision qui a été prise par ce collectif. Mon parti n’est pas concerné», a réagi M. Tiangaye. Au moins six des neuf ministres issus de l’opposition (sur les 34 que compte le gouvernement) ont confirmé leur participation au cabinet, toujours selon le Premier ministre.

Le Premier ministre devait se rendre dans l’après-midi à N’Djamena, chez le puissant voisin tchadien sans qui rien ne se fait en Centrafrique, pour le sommet mercredi de la Communauté Economique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). «Nous attendons que les chefs d’Etat de la CEEAC comprennent la situation extrêmement difficile dans laquelle se trouve le pays et aide la RCA à sortir de cette crise», a souligné Me Tiangaye. Le président Djotodia, dont le coup de force a été condamné par la communauté internationale, ne devrait finalement pas s’y rendre. Le sommet pourrait permettre de trouver un cadre légal à la situation politique en Centrafrique où la Constitution est suspendue.«Il ne faudrait pas qu’on déshabille ou humilie M. Djotodia. Il ne faut pas oublier qu’il y a 3.000 Séléka en ville», rappelle une source proche du gouvernement.

 

 
MOTS CLES :

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

C'est un traite rien aà esperer de lui

Par Auguste-pierre

02/04/2013 20:23

il a toutes les cartes en mains,la communauté internationale dit n'avoir comme interlocuteur que lui,il ne fait rien de cette force qu'on lui offre,il chie dans sa culotte,tant qu'on lui file la primature et le budget pour voler,les droits de l'homme,la question de la souverrainete nationale,la démocratie n'est plus son probleme. Corrompu jusqu'aux os par deby,les 500 millions dont tout le monde parle et les 800 millions reçues lui djotodia,c'est fini,. la grande gueule de tiangaye son arrogance d'avocat vereux,fini. ce sont des exclaves.ils n'ont plus de voix. Où est Ziguélé? Disparu,un autre corrompu.on n'attend vraiment rien de ces traites,il va juste rendre compte et rassuere son maitre et ramener l'argent que leur mettre leur a promis pour calmer le peuple et déposséder la RCA. Peuple,laissons tomber nos divisions ,si nous aimons un tant soit peu ce pays le notre,ne nous laissons pas avalez .A bas les traites ,centrafrique survivra
coyez l'histoire du grand corrompu
A partir la formation du 1er Gouvernement de Président autoproclamé Michel Djotodia, on s’aperçoit que le grand vainqueur est indéniablement Idriss Deby qui n’a pas lésiné sur les moyens pour rattraper son échec à la conférence de Libreville.

Tantôt en solo, tantôt de concert avec les autres parrains des accords de Libreville, Deby a d’accord poussé son homme de lige à savoir Nourradine Adam, un tchadien, à occuper militairement et ce, en violation desdits accords, l’extrême nord de la R.C.A. Cette partie du pays servira de base arrière à ses hommes au cas où le pouvoir central de Bangui lui serait hostile. Ainsi donc Nourradine a occupé Sido (R.C.A.) avec deux véhicules avant que Deby ne le renforce en catimini avec une douzaine des véhicules.

Après le lâchage du Président Bozizé par ses partenaires, à cause, semble-t-il, de son obstination de vouloir garder les sud-africains et de sa cécité politique de regarder la réalité en face, Deby connu pour ses largesses légendaires, n’a pas trainé pour dompter le nouveau locataire du Palais présidentiel à coups des moyens massifs et colossaux : 800 000$ à Michel DJOTODIA et 300 000$ à Nourradine ADAM suivis des instructions claires et précises : partager, donner, distribuer . . . . . sans se soucier le fond de la caisse. C’est ce qui a été effectivement fait et cela a permis de calmer nettement les ronronnements et les mauvaises humeurs des unités militaires disparates que constitue la Séléka. En outre, Deby a promis la prise en charge du fonctionnement de la Présidence pendant au moins un an ; cela permettra au nouveau Président de travailler sans se faire trop de soucis matériels. Ainsi le pétrole tchadien servira-t-il au moins aux oubangui-chariens faute de pouvoir bénéficier aux tchadiens eux-mêmes !

Le nouveau président autoproclamé n’a pas non plus tardé à répondre aux vœux de son nouveau mentor et donner des gages: déclarations appuyées, sur les différentes ondes, de la volonté du nouveau gouvernement de ne plus permettre la présence des éléments armés incontrôlés sur le territoire centrafricains et surtout des éléments hostiles au régime tchadien ; nomination aux grades de Ministres d’Etat les deux sous-fifres de Deby, tous deux tchadiens (Nourradine et Deffane) ; participation à plus de 45% des tchado-centrafricains dont 35% d’obédience musulmane- y compris Michel lui –même islamisé par les soudanais lors de son séjour à Nyala ; nettoyage de la présence des éléments d’Abdoulaye Miskine de la zone de Mbaïki, ceux-ci sont confinés désormais à la frontière congolaise sans grande perspective, parait-il !

Tous ces faits et gestes sont bien vus et bien appréciés du coté tchadien ; pour appuyer davantage cet élan, Deby vient de mobiliser toute la logistique pour approvisionner en armes et en munitions les éléments de la Séléka.
Comme par le passé la R.C.A., redevenue par la force des choses l’Oubangui-Chari, tombe entièrement sous les griffes de Deby sans qu’aucune voix discordante d’ailleurs ne se fasse entendre. La mainmise de Deby aura encore des beaux jours car il a des hommes de paille et les moyens subséquents.

Les Etats de l’Afrique centrale ont-ils peur à ce point de Deby, au point de le laisser recoloniser le paille sans qu’aucun n’ose lever le petit doigt, même pas les français avec 600 militaires sur place.

Cerise sur le gâteau, Deby pousse l’audace jusqu’à convoquer une réunion des Chefs d’Etat pour avaliser sa main mise sur la RCA !

Beremadji Félix
N’djaména – Tchad
Tchadactuel.com

Les leches bottes du maitre...

Par Kete Koli

03/04/2013 00:39

Ils courent a gauche et droite pour lecher le cul du maitre qui ne se lave meme plus pour mieux leur faire sentir la merde ! Se faire entuber en plein jour devant tout un peuple et bientot devant ses propres enfants!

Demande au TPI d'ouvrir un dossier contre Deby et les dirigeants de Seleka.

Par So Zo la

03/04/2013 03:17

Depuis que le pays a été vendu et les démarcheurs ont recu 500 millions chacun,Et 800 millions, vu la destruction du pays qui a suivi, je n’arrive plus a dormir ! étant Centrafricain qui ne dépend que de ses propres activités pour la survie depuis toujours, je ne peux que déplorer la situation et appeler les vaillants fils et filles de la RCA a poser des actes patriotiques. L’histoire de la RCA vient de prendre une autre direction sous des barbares sans âme ni conscience. Les rancuniers de Bozize n’ont pas tenu compte de la population ni des institutions de l’état. Ce pillage sauvage pire, désastreux dans l’histoire de la RCA prouve que le pays est entre les mains des destructeurs, génocidaires …ceci interpelle tous les Centrafricains et Centrafricaines à se lever pour dire NON a cette bande de prédateurs. Deby et ses démarcheurs ont foutu notre beau pays dans la merde et c’est grave. Ils ont crée un véritable axe du mal, ou triangle diabolique pour leur expansion islamique… Hollande et les autres imposteurs n’ont rien compris. Deby dans son arrogance demandait trop à Bozize qui ne voulait plus en savoir. Bozize étant mal a l’aise ne voulait plus de Deby sauf comme président de pays voisin, ce qui n’a pas plu a Deby, donc il fallait comme tout bon islamiste acheter des gens sans âmes ni conscience pour jouer le jeux, les leaders de seleka étant rancuniers personnel de Bozize ont accepté les offres de Deby pour déstabiliser le régime de Bangui qui n’avait que 3 ans pour offrir son service a la population centrafricaine. Bozize, ne voulant pas combattre au vu de cette grande conspiration tissée de toute pièce et considérant aussi les tonnes d’armes et munitions que les pionniers Deby et Al Béchir ont offert aux conquérants soudano tchadiens, il a préféré prendre le chemin d’exile pour éviter d’abord la tuerie de sa famille et un bain de sang des centrafricains. Bozize n’était pas un favori de tous les centrafricains, je ne le soutien pas mais il y avait une chose sage a retenir par tous, il s’agissait de garder le pays et ses petites structures pour 3 ans seulement et les centrafricains pourraient choisir leur nouveau président. Mais personne n’a tenu compte de la population, comme ils ont pris l’argent de Deby, et étant aussi assoiffé du pouvoir, voila qu’ils ont mis le pays a sac aujourd’hui !! Quel investisseur prendrait le risque de venir dans un tel pays ? Deby dans son arrogance traite tous les occidentaux d’infidèles sans Dieu et les chrétiens de serviteur des wabistes ? et qu’il est libre de faire ce qu’il veut en Afrique central avec l’argent de son pétrole, voire acheter des méchants pour déstabiliser tout un pays !! Il a semé une tragédie et génocide en RCA en utilisant Ndotodia,Narkoyo et autres criminels impitoyables. En attendant que les Tchadiens le chasse du pouvoir, le TPI ouvrir un dossier sur la situation en RCA et au Tchad et au Soudan. Tous ces criminels, génocidaires, sans humanisme doivent passer a la barre et ensuite jeter en prison. Les Centrafricains attendent une justice internationale contre ces criminels

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués