NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: un nouveau gouvernement d'union nationale

Par Source: Rfi - 01/04/2013

Attendu depuis le 30 mars, c’est finalement le dimanche 31 mars dernier qu’il a été formé

 

Le Premier ministre Nicolas Tiangaye a nommé un nouveau gouvernement d'union nationale, composé de membres de la rébellion Seleka, d'anciens opposants et de membres de la société civile. Ce nouvel exécutif est chargé de conduire le pays aux prochaines élections. Il est toujours dirigé par l'ex-opposant au président François Bozizé, Nicolas Tiangaye. Sur 34 postes, la Seleka dispose de 9 portefeuilles dont quatre des cinq ministères d'Etat tels que les Mines, l'Economie, la Sécurité qui sera tenue par le général Noureldine Adam ; Michel Djotodia, lui, conserve le portefeuille de la Défense.

 


© lecongolais.cd
Nicolas Tiangaye a nommé un nouveau gouvernement d'union nationale
D'ailleurs, les 5 ministres Seleka qui étaient entrés dans le gouvernement issu de l'accord de Libreville conservent leurs postes. L'opposition à Bozizé dispose, elle, de 8 portefeuilles, la société civile et des personnalités qui étaient méconnues jusque-là récoltent 16 ministères. Enfin, le Kwa Na Kwa (KNK, le travail seulement le travail en sango), le parti de l'ex-président Bozizé, est réduit à la portion congrue : il ne dispose que d'un seul poste, celui de ministre délégué à l'Education nationale chargé de l'enseignement fondamental et professionnel, attribué à Claude Lenga. La lettre de l'accord de Libreville est toujours respectée puisqu'il s'agit d'un gouvernement d'union nationale, mais l'esprit s'est peut-être envolé. La Seleka a pris le pouvoir par les armes et désormais elle se taille la part du lion.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique   Nouveau Gouvernement 

6 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

GUN 2

Par Koraa

01/04/2013 18:04

Centrafricains cessons de nous laisser distraire par ce type de vocabulaire: "part du lion etc". Nous sommes en face d'une realite beaucoup plus serieuse, a savoir l'avenir de de notre pays en tant que nation a batir. Depuis plus de trente ans tous les regimes qui se sont succedes n'ont pas reussi a creer la cohesion de la societe centrafricaine et lui donner un ideal auquel elle peut s'identifier.

Aujourd'hui le constat est la: nous savons tous que nous avons un etat inexistant, encore moins faut t-il parler d'une nation. Nous ne voulons plus de ce mimetisme tous unissons nous autour du president Djotodja et apportons nos effots pour sortir notre pays de cette situation il n'y a pas d'autres alternatives. C'est en nous unissnt pour une seule cause commune que nous pourrions juger de la capacite des hommes qui composent le nouveau gouvernement a travailler pour cet ideal ou non. Les discours relatifs a la reduction de la periode de transition ne sont que distraction.

Les chefs du village et les wabistes dirigent le pays!!! on peut parler d'une nouvelle classe politique qu apres les elections et que la main diabolique de Deby soit enlever de la RCA...bientot son tour ,,.,,,une chute pivotique

Par So zo la

01/04/2013 21:12

Rien de nouveau et rien d'etonnant dans certains de ces pays Africains qui resemblent a des poubelles. Au fait, le president Bozize a fait ce qu'un sage devrait faire pour eviter un bain de sang inutile! maintenant que tous les rencuniers et les wabistes soudano tchadiens sont au pouvoir que le monde se taise! Que ceux qui pensent que c'est le gouvernement du chagement maintenant, arretent leur idiotie, Deby et ces wabistes vont gerer la RCA a travers un chef du village qu on appelle president de la RCA, seules les elections libres et transparentes, enlever la main diabolique de Deby pourraient permettre a la RCA de parler d'une nouvelle classe politique, d'une RCA independante sinon tout ce qui se passe maintenant ressemble a la gestion d'un village et le chef du village est nomme par un autre chef ou president? je ne sais quoi appeler ce type...mais bientot son tour aussi.

Nous avons besoin des rapports sur toutes les villes detruites: Bossangoa, Bambari, Bangassou, Bouar, Berberati, Ndele, Bouca, Bantangafo, Rafai, Kabo,

Par So Zo la

01/04/2013 22:32

Beaucoup de centrafricains cherchent des nouvelles de leur parents dans les provinces !
Nous sommes déçus de constater que vous avez pris le pouvoir et qu’en dépit des discours dit de rassembleur, mais vous n’ avez pas ouvert les voies allant en provinces, afin d’avoir des nouvelles de nos parents ! Nous voulons savoir ce qui s’est passé dans ces provinces, surtout que dans la loi centrafricaine les civiles ne portent pas des armes, alors pourquoi vous les avez tué et combien ?….Nous demandons aux bureaux des droits de l’hommes, le TPI, et les organisations humanitaires de nous aider dans des investigations ! on ne peut pas parler des dégâts collatéraux lorsque vous échouez de protéger la population dont vous sembler gouverner. Et si vos tactiques militaires consistent à couper les lignes téléphones, l’eau, l’électricité, et autres pourquoi vous les avez pas rétabli jusqu’aujourd’hui? en tout cas dites a vos bandits islamistes de libérer les provinces nous cherchons nos parents, nos frères, nos papas dont vous auriez peut être tués lâchement !!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués