INTERVIEW  |    

Centrafrique: Eloge Enza-Yamissi, «j'ai peur»

Par Emery TAISNE - L'Equipe - 29/03/2013

Le capitaine des Fauves a souhaité lancer via le site de «L'Equipe» «un appel au calme» dans son pays après le coup d'État de la Séléka, le 24 mars dernier

 

Eloge Enza-Yamissi, qu’est-ce qui vous pousse aujourd’hui à prendre la parole?
Je suis un patriote, c’est mon pays... Compte tenu de mon statut de capitaine de la sélection nationale centrafricaine, mes équipiers et moi-même aimerions faire passer ce message: que la paix revienne vite. Déjà qu’à la base, on est un pays très pauvre… Si le peu de choses qu’on a, on commence à le détruire, ça va être très difficile.

 


© L'Equipe
Eloge Enza-Yamissi appelle à la paix en Centrafrique
Quelle est votre position dans ce conflit?
Moi, je ne prends pas position. Je dis juste que si des choses doivent se faire là-bas, ça doit être par la voie démocratique. Aujourd’hui, il y a des gens qui profitent de tout ça pour tout casser, pour aller voler chez les gens. Ce n’est pas normal. La plupart de nous avons de la famille là-bas. Moi-même, il y a mon père… On est tous inquiets.

Avez-vous eu votre père au téléphone?
Oui, il a voulu être rassurant, mais j’ai peur. Le problème, c’est qu’ils ont fermé les frontières. Aucun avion ne peut atterrir… On est allé jouer en Afrique du Sud pour un match de qualification à la CAN. Certains joueurs et le coach n’ont toujours pas pu rentrer, ils sont bloqués au Cameroun. Pareil pour la nourriture… Si les frontières restent fermées et si le conflit dure, ça va devenir compliqué de se nourrir.

Il faut vraiment que ce conflit se termine vite, avec le moins de violence possible. Il faut que le calme revienne
Eloge Enza-Yamissi

 


© 36foot.centerblog.net
Quand la Centrafrique gagne contre le Burkina à Bangui en 2012
En Côte d’Ivoire, Didier Drogba avait également lancé un appel à la paix. Pensez-vous que le vôtre sera entendu?
Sincèrement, je ne sais pas si ça va servir à quelque chose. Et je ne me prends pas pour Drogba ou qui que ce soit. Mais avec mes équipiers, on ne pouvait pas ne pas agir. Comme je l’ai dit, on n’est pas un grand pays, mais par notre statut de footballeur, on est respecté là-bas. J’espère que ça fera bouger les choses. Il faut vraiment que ce conflit se termine vite, avec le moins de violence possible. Il faut que le calme revienne.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués