SOCIéTé  |    

Centrafrique: Des ressortissants français s’en vont

Par Source: Francetv info - 28/03/2013

Malgré la présence de plus de 600 soldats français sensés les protéger, ils ne veulent plus se retrouver sous les tirs croisés ou être victimes de pillages

 

Environ 350 soldats français avaient été envoyés en renfort à Bangui depuis Libreville (Gabon) au cours du week-end pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers présents en Centrafrique. Un premier contingent de 200 hommes était arrivé dès samedi, rejoint dimanche par une compagnie de 150 hommes, portant les effectifs militaires français en République centrafricaine à près de 600 hommes. Après la confirmation du départ du président centrafricain de Bangui, une source diplomatique française avait affirmé que les 1 200 Français "ne sont ni menacés, ni ciblés, ni visés, la France n'étant pas jugée partie prenante dans cette affaire. Il n'y avait pas donc pas d'évacuation envisagée à ce stade. Cependant, des consignes avaient été données par le ministre des Affaires étrangères aux ressortissants français présents dans la capitale centrafricaine, les invitant à "rester chez eux".

 

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="540" height="359" src="http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/5153eb889473990c5804585c/9dc3beb96927400ebab6212e1a619e61?exported=1"></iframe></div>

 

Force est donc de constater que trois jours après le coup d'Etat des rebelles de la Séléka et la chute du président François Bozizé, des Français s'apprêtent à quitter la Centrafrique. Mercredi 27 mars, une centaine d'entre eux ont été conduits sous bonne escorte sur la base militaire de Bangui, sécurisée par les soldats français. Ce jeudi matin, ils pourront regagner la France par un vol régulier. Ils ont raconté ces jours d'angoisse aux envoyés spéciaux de France 2. "C'est quand même assez effrayant de se retrouver dans des tirs croisés", explique l'une d'entre eux. "On avait très peu d'informations. Pas d'eau, pas d'électricité. On n'entendait plus la radio depuis deux jours. Et l'ambassade de France nous demandait de rester chez nous." Beaucoup auraient préféré être évacués plus rapidement par l'armée française. "On aurait pu être tout de suite conduit dans l'ambassade et ne pas attendre qu'on soit sous les balles. Beaucoup de familles ont été attaquées", souligne un ressortissant français.

Les rebelles de la Séléka et les forces internationales de maintien de la paix s'efforcent de rétablir l'ordre. Ils ont rencontré quelques poches de résistance, mercredi, mais la capitale a retrouvé un semblant de normalité.
 

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Voilà l'image qu'offre la RCA!!

Par wanto

28/03/2013 14:07

ET maintenant,nos amis,les amis du peuple s'en vont,pillés,volés et leur maison mise à sac ! est ce juste!!c'est ça le pays des défenseurs de droit de l'homme?? même les animaux n'ont pas droit à ce genre de traitement!! c'est honteux!je pense que Mr.SARKOZY a raison de dire à Dakar que "l'homme noir n'est pas assez rentré dans l'histoire!".

Djotodia et tiangaye sont ils meme écoiute

Par marc

28/03/2013 16:28

Si les gens avaient une coherence et l'intelligence de d'attendre les 3 ans pour que votre president bozize finisse son Mandat,bangui ne sera pas ce qu'elle est et les français apprecier leur forum.
Les fous tchadiens ne respectent rien,pressant leur 3 corromppu et on a les resultats.Quel seleka qui participelt au maintien de l'ordre,c'est comme dire à un loup de surveiller un poulailler.
les tchadiens qui sont entrer en centrafrique deposer Bozizé ont piller partout au vu et su de tout le monde et parlait leur langue ,pas le sango.Le gros de la contingent sont renrés. Ceux que deby les a laissés dans la fomac pour aider et les rebelles deuxième vague à entrer en centrafrique qui sont les brigands centrafricains de la foret,ce sont eux et leurs amis du tchad abusant centrafrique sillonnant comme force internale, ce seux qui poursuivent les pillages recommandés par leur chefs et le Haineux du site à aigri

Le peuple rebondira

Par Peter

28/03/2013 19:15

Passer la tempête c'est la révolution populaire qui leur fera entendre raison.On est un peuple impétueux et furibond même si nos politicards sont lâches et manquent de couille.
Si c'est dans des visées de répandre l'idéologie wahhabite qu'ils sont ici c'est raté d'avance. Avec le secours de Dieu on vous boutera dehors avec vos fantoches.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués