NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Cameroun: Bozizé sous bonne garde

Par direct.cd et koaci.com - 27/03/2013

Les autorités camerounaises ont signalé la présence de l’ex-président centrafricain sur leur territoire le 24 mars

 

Depuis son escapade de Bangui dans la foulée de l’entrée des rebelles de la coalition Séléka qui se sont emparés dimanche du palais présidentiel, personne ne pouvait dire avec précision où se trouvait le désormais ex-président François Bozize. Tout ce que l’on savait est qu’il avait quitté Bangui en hélicoptère sans précision aucune sur la destination qu’il avait pris. Des supputations et approximations avaient accompagné ce départ au point d’éloigner une vérité qui était pourtant très proche.

François Bozizé accueilli provisoirement dans un luxueux hôtel de Yaoundé au Cameroun
François Bozizé, président de la République centrafricaine jusqu’à dimanche dernier, jour de la prise du pouvoir par les rebelles de la Séléka, est installé depuis lundi soir dans un grand hôtel de Yaoundé (Cameroun) où il est arrivé le même jour. «Visiblement éreinté par un voyage de quelque 400 kilomètres par la route, et en compagnie de trois personnes, il était escorté depuis Bertoua (Est) par 22 éléments du Bataillon d'intervention rapide (BIR, unité d'élite de l'armée camerounaise). Quelques minutes auparavant, la sécurité avait procédé à quelques manœuvres de diversion visant à éloigner les curieux», décrit l’agence de presse africaine qui donne l’information. M. Bozizé a été accueilli à sa descente de voiture par le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, qu'accompagnait le directeur de la sécurité présidentielle, le général de division Ivo Desancio Yenwo.

 


© peuples-observateurs.org
Le président déchu est arrivé au Cameroun
Le protocole mis en place à l'occasion n'a pas permis aux quelques médias présents sur les lieux d'approcher l'ancien homme fort de Bangui, qui était arrivé en terre camerounaise par la localité frontalière de Batouri, provisoirement pris en charge par le gouverneur de la région de l'Est, Samuel Ivaha Diboua avant son acheminement sur Yaoundé.

Manifestement embarrassé par cet encombrant hôte, Ferdinand Ngoh Ngoh s'est empressé, lundi en mi-journée, d'indiquer dans un communiqué que M. Bozizé, suite aux récents événements intervenus dans son pays, «a cherché refuge au Cameroun, où il se trouve actuellement, dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil». Il a aussi précisé que le Cameroun, tout en réaffirmant son attachement au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats, «formule ses vœux ardents d'un retour rapide à la paix et à la stabilité en République centrafricaine».

Étroitement escorté, il a été, selon des sources introduites, installé au 8è étage d'un grand hôtel situé au cœur de la capitale camerounaise.

 

Scénario secret de la fuite de Bozizé
Selon une note confidentielle interne des Nations unies dont La Lettre du Continent a eu connaissance, c'est à 19h45 précises dimanche 24 mars que l’Eurocopter AS 350 Ecureuil de la présidence centrafricaine transportant François Bozizé s’est posé sur l’héliport de Batouri, chef-lieu du département du Kadey, dans l’Est du Cameroun. Une heure auparavant, l’appareil avait quitté la cour du palais de la Renaissance, à Bangui, où il était stationné en permanence depuis plusieurs mois, pour aller se poser dans cette petite ville camerounaise située à 110 kilomètres de la frontière centrafricaine. A son bord, outre le pilote et le chef d’Etat renversé, se trouvaient deux gardes du corps en short et non armés, et l’un des neveux de François Bozizé, qui passe pour être son "chef percepteur et caissier" privé.

Aujourd’hui, des certitudes se dégagent sur la présence de l’ex-président Bozizé au Cameroun. Plusieurs sources concordantes le confirment. Des allégations soutenues par le porte-parole du gouvernement congolais cité par Afrikabat qui confirme la présence de la famille Bozize dans le territoire de Zongo (une localité congolaise frontalière de la Centrafrique) tout en se réservant de confirmer celle de l’ex-président. L’officiel congolais précise néanmoins que la famille présidentielle centrafricaine «avait droit à la protection comme tout autre réfugié ayant fui la guerre dans son pays d’origine». De Zongo, les vingt-cinq membres du clan Bozize sont en passe de gagner la localité de Gemena située plus au nord de l’Équateur où les conditions sécuritaires seraient plus réunies, selon une requête des autorités congolaises adressée au Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) chargé d’accompagner leur itinérance.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués