NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: au moins 13 soldats sud-africains sur le carreau

Par Lucie Nkouka avec agences - 26/03/2013

Emotion et polémique sont nées à la suite de lourdes pertes essuyées par les troupes du pays de Jacob Zuma, lors de l’assaut final de la Séléka sur Bangui

 

Lundi devait être un jour faste pour le président Jacob Zuma. Il avait prévu de célébrer devant la presse ses succès diplomatiques en commentant par avance la visite officielle du président chinois Xi Jinping, attendu ce mardi à Pretoria, et le sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) organisé pour la première fois dans son pays, aujourd’hui et demain mercredi. Mais la chute de Bangui, capitale de la Centrafrique prise dimanche par la rébellion du Séléka, a gâché la fête, faisant la Une de tous les médias et soulevant "de nombreuses questions" de l'aveu des experts, même les plus acharnées à défendre le "rôle de l'Afrique du Sud" sur le continent, selon Sylvester Maposa de l'institut Africa. "Durant les combats (à Bangui), 13 de nos soldats sont tombés et l'un est porté disparu", a dû annoncer M. Zuma devant les médias étrangers, nombreux à son point presse. Vingt-sept autres soldats ont été blessés. C’est l’une des plus lourdes pertes militaires depuis 1994.

 


Des soldats sud-africains près de Begoua (17km de Bangui). © Reuters
Emotion et polémique?
Un peu plus de 200 militaires sud-africains avaient été déployés en janvier pour aider à restaurer la paix en Centrafrique et épauler une vingtaine d'officiers formateurs déjà présents en vertu d'un accord de coopération de 2007, reconduit fin 2012 alors que le président François Bozizé était déjà sous la menace rebelle. Selon le président Zuma, les soldats sud-africains, attaqués dans leur base par plus d'un millier de rebelles, se sont battus pendant neuf heures près de Bangui, infligeant de lourdes pertes aux hommes de la rébellion qualifiés de "bandits". "Nos soldats ont payé le prix ultime au service de leur pays, l'Afrique", a-t-il dit, alors que le commandement sud-africain est sous le feu des critiques et accusé de ne pas avoir retiré à temps ses hommes.

Selon divers commentaires les «troupes n'étaient pas équipées et pas censées engager des combat (...) Maintenant nos troupes sont en infériorité numérique, en infériorité en puissance de feu et piégées en République centrafricaine», a critiqué Pikkie Greef, secrétaire national du syndicat militaire Sandu, au micro de la radio 702. Un expert militaire, Helmoet Heitma, a renchéri, sur la même radio, en expliquant: «Nous sommes limités en hommes, en équipement et particulièrement limités en avion de transport de troupes. Nous n'avons ni la capacité de faire une exfiltration rapide (de nos troupes) ni de les renforcer.»

Selon le quotidien sud-africain Joburg Star, qui se base sur le récit de sources anonymes, le ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, aurait même conseillé au président Zuma d’évacuer une partie des troupes en janvier. «Jacob Zuma a refusé cette option déclarant que l’Afrique du Sud perdrait alors la face», poursuit le journaliste du Joburg Star. «Nous n'avons pas décidé de nous retirer du Centrafrique, en raison de l'existence d'un accord entre nos pays, a tenté d’expliquer Jacob Zuma. Quand la poussière sera retombée, nous évaluerons si notre présence est encore nécessaire. (...) En tant que membre de l'Union africaine, l'Afrique du Sud rejette toutes les tentatives de prise de pouvoir par la force. Quel que soit l'endroit où nos troupes sont déployées, elles ont le devoir de se défendre et de défendre leur position», a-t-il poursuivi.

Sécurisation et "business"
Le rôle et les raisons de la présence sud-africaines à Bangui, comme le comportement des troupes lors de l'offensive rebelle, restent flous selon le site Jeuneafrique.com. En janvier, alors que la rébellion menaçait déjà le régime de François Bozizé, quelque 400 hommes avaient été envoyés. Officiellement, les troupes étaient chargées de sécuriser la capitale, en vertu d'un accord entre les deux pays portant sur la formation et le conseil à l'armée centrafricaine. Mais pour beaucoup, Pretoria avait également dans le viseur l'uranium, l'or et les promesses pétrolières de la Centrafrique. « Il y a certainement eu un important contrat minier négocié », avait déclaré Roland Marchal, spécialiste de la Centrafrique au Centre national de la recherche scientifique français (CNRS). Quelques jours plus tard (le 11 janvier), les accords de Libreville étaient signés. Parmi les points de l’accord figurait en outre le « retrait progressif du territoire national de toutes les forces militaires non communautaires en fonction de la situation sécuritaire sur le terrain ». Une injonction non respectée par Pretoria. Les troupes sud-africaines restant stationnées dans plusieurs lieux stratégiques de la capitale (palais de la Renaissance, aéroport, et télévision nationale), ainsi qu’au niveau du « PK12 ».

 

 
MOTS CLES :  émotion   Zuma   Sodats Sud-africains   Combats   Séléka   Polémique 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le COUAC de COCORA

Par GUANTANAMO SUITE & FIN

26/03/2013 15:10

L'armée est ainsi ! On est contraint d'obéir à des ordres même manifestement illégaux. Ces pauvres gens, sont venus défendre un régime à l'agonie, qui a procuré des contrats juteux d'exploitation minière à leur chef ignare Zulu.

Où sont ces zigotos de généraux qui bandent leur ventre et leurs étoiles dans la ville de Bangui. Croyant faire des généraux d'opérette pour rallier une cause perdue, non ces mecs ne sont que des mercantilistes.

Quant aux COCORA et COAC, ils sont finalement où avec leur matchette ? La honte.

Moi suis général, je meurs au combat. Je ne détale pas devant l'énemi tout en laissant derrière moi mais élément. On sait que Bozizé a toujours couru (1982 & 2003) et cours (2013) beaucoup.

Tête vide avec tous ces bastardons de fils, qu'ils aillent tous au Diable. Dieu n'a pas aidé le Pasteur cette fois-ci.

Guantanamo...

Par noumeva

26/03/2013 17:23

Où était le général Charles de Gaulle le 18 juin 1940? Apprenez l'histoire du monde ou des guerres pour vous permettre de ne pas parler comme un... Sorry

La débandade des généraux d'opérette

Par Honte à vous !

26/03/2013 18:07

Monsieur, comparons ce qui est comparable... Quel est leurs faits d'armes ces généraux ? Pourquoi, ils sont incapables de tenir tête avec une rebellion composée en partie par des cordonniers, charpentiers, réparateurs de byclette, cultivateurs ...

Comparez un Charles De Gaulle avec une marionnette, mon oeil ! Même en suivant pas une heure d'histoire dans la vie, on ne peut nullement être entrainer dans cette cécité flagrante.

Pour mémo, dans les généraux, y a un ex-caporal chef de l'armée française...Pourquoi, il n'était ne serai--ce lieutenant dans l'armée française ?

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués