NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: le président Bozizé réfugié au Cameroun

Par afp - 25/03/2013

Lui et ses parents sont en attente de leur départ pour un autre pays, tandis que d’autres membres de la famille ont été localisés en RDC

 

Le chef de la rébellion centrafricaine Michel Djotodia, dont les éléments contrôlent le pays, se posait lundi en successeur du président François Bozizé, qui a quitté Bangui pour se réfugier au Cameroun. "Le président François Bozizé a cherché refuge au Cameroun où il se trouve actuellement dans l'attente de son départ vers un autre pays d'accueil", a annoncé la présidence camerounaise dans un communiqué lu à la radio nationale lundi. Sa famille a elle été prise en charge en République démocratique du Congo (RDC), a indiqué lundi le porte-parole du gouvernement et ministre des médias congolais, Lambert Mende."Une vingtaine de personnes, dont son fils, ont été accueillies et éloignées des frontières conformément aux règles internationales" a précisé M. Mende.

 


© afp
M. Djotodia, l’homme fort de Bangui?
Dans une capitale sans électricité et sans radio nationale, M. Djotodia se comportait comme le nouveau chef de l'Etat, dans l'attente d'une déclaration officielle à la Nation. Il a notamment déclaré à la radio RFI qu'il comptait organiser des élections libres d'ici trois ans, en soulignant: "Je n'ai pas dit que dans trois ans, je remettrai le pouvoir. J'ai dit que d'ici trois ans, nous allons organiser des élections libres et transparentes avec le concours de tout le monde".Depuis Paris, un des porte-parole de la rébellion, Eric Massi, a souligné: "On est en attente d'une déclaration solennelle qui officialise l'accès à la présidence de Michel Djotodia". Agé d'une soixantaine d'années, M. Djotodia est un ancien fonctionnaire et diplomate - il a notamment été consul de Centrafrique au Soudan du Sud - qui avait basculé dans la rébellion, en devenant l'un des principaux animateurs depuis 2005.

Les déclarations et condamnations?
De leur côté la France et les Etats-Unis ont appelé les rebelles à respecter les accords de paix qui avaient été conclus à Libreville le 11 janvier entre le camp Bozizé, l'opposition et le Séléka, et à soutenir le gouvernement d'union nationale qui en est issu. Ces messages ont été entendus par Michel Djotodia: "Nous resterons toujours dans l'esprit de Libreville", a-t-il promis, confiant qu'il gardera à son poste l'actuel Premier ministre du gouvernement d'union nationale Nicolas Tiangaye, figure de l'opposition à Bozizé. Washington a également appelé "de manière urgente" le Séléka à "rétablir la loi et l'ordre" dans la capitale Bangui, livrée au pillage et où la situation est anarchique. Ban Ki-moon inquiet. Le secrétaire général de l'ONU a lui condamné la prise de pouvoir par les rebelles et s'est déclaré inquiet des violations de droits de l'homme, selon son porte-parole Martin Nesirky.

Quizz de la question Sud-africaine
Au moins treize militaires de la force sud-africaine qui avait été déployée en Centrafrique en vertu d'un accord entre Pretoria et le président Bozizé ont été tués et 27 blessés dans des combats lors de la prise de Bangui par les rebelles, a indiqué lundi le président Jacob Zuma, en annonçant le maintien pour l'instant du reste des troupes sur place. Arrivé au pouvoir par les armes en 2003, M. Bozizé, 66 ans, - un ancien proche de l'empereur Jean-Bedel Bokassa - avait été élu président en 2005 et réélu en 2011 au terme d'un scrutin très critiqué par l'opposition. La rébellion avait lancé une première offensive le 10 décembre dans le nord du pays et enchaîné victoire sur victoire face aux forces gouvernementales désorganisées, avant de stopper sa progression sous la pression internationale à 75 kilomètres au nord de Bangui. Des accords à Libreville avaient débouché sur la formation d'un gouvernement d'union nationale. Arguant du non-respect de ces accords, les rebelles ont déclenché à nouveau les hostilités vendredi et déclaré vouloir mettre en place un gouvernement de transition.

 

 
MOTS CLES :

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Bozize a agi en sage croyant que Michel pourrait securiser le pays en controlant ses hommes, mais ce dernier a fait preuve d'une incapacite de proteger la republique..et la population!!

Par Tanzi-Bangassou

26/03/2013 19:47

Ce groupe de talibans noirs et sauvages que Djotodia à emmener vivrons ou? Sur la terre de mes ancêtres ? Resterons tout simplement à Bangui autours de leur chef ? En tout cas il y a de quoi a etre jeune maquisard !
Nous ne sommes pas des hommes enturbannés, ils ont prouvé leur nature dans la destruction systématique du pays tout ce qui est bureau régional administratif a été detruit, les eglises pillees et laissant seulement les affaires des musulmans du « Muslim brotherhood »…n’est ce pas ce que font les autres comme les Boko Haram et Taliban ?
Ils rient quand ils tuent une belle personne centrafricaine !!! Monsieur Djotodia et sa suite, de grâce accélérer les procédures de transition démocratique ! et remettez le pays aux civiles, a travers les élections démocratiques,
Si nous fermons les frontières, ca sera du chao total mais le peuple a assez souffert nous ne voulons pas perdurer la situation, et nous vous laissons faire. Bozize n’était pas parti de lui-même, il a agi en sage par rapport a beaucoup de voix ! S’il restait pour résister ca sera une guerre et un bain de sang. Imaginez-vous un seul instant que tous les KNK prennent les armes et en plus toute la population, comment allez-vous gouverner ?
Mais Seleka a échoué dans la protection et la sécurité des personnes et des biens. Les preuves sont la :
Tueries par règlement de compte, viols, pillages illimitée de 72 heures, pillages mêmes des bureaux des organisations internationales ….chasse aux hommes dignes du pays !!
Je demande au TPI de suivre tout le déroulement de la situation en RCA.

SELEKA = EGALE DOMINATION DES MUSULMANS

Par OUALIBANGUI

27/03/2013 02:08

Je comprends la réelle pensée de la séléka : piller, violer, tuer et mettre à plat une population qui refuse de se soumettre à l'islam. Si nous voyons ce qui se passe exactement dans les rues de la Capitale, les musulmans sont devenus des rois de la scène; ce sont eux qui prennent le devant pour demander des règlements de compte. Aucune concession de musulman n'a été pillé, par contre, les objets de pillages se sont acheminés dans leur farouche et diabolique concession. Ou allons nous atterrir avec cette situation ? Va t-on se laisser toujours baiser par les arrivistes ? Hier, c'était les ZAKAWA, aujourd'hui, les DJADJAWITE et autres. Chers assoifés du pouvoir, si vous aimer réellement notre pays, il faut bien ouvrir les yeux avant d'agir pour la cause de de la pauvre population qui se voit toujours rouler dans la farine.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués