NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Bangui: Le verrou de Damara aurait sauté

Par AFP - 22/03/2013

La capitale est en alerte maximum après le passage en force des rebelles de la ligne rouge fixée par la Fomac dans les environs de Damara

 

D’après une source au sein de cette mission militaire des Etats d'Afrique centrale (Fomac) citée par l’AFP, les rebelles centrafricains du Séléka auraient forcé ce vendredi un barrage de la force africaine au nord de Bangui, dernier verrou menant à la capitale centrafricaine. Il y a eu des tirs sans faire de blessés. Les rebelles ont forcé le barrage (de Damara, à 75 km au nord de Bangui), et sont passés vers 12H00 (11H00 GMT) locales, a déclaré cette source. Ils sont sur la route de Bangui. Nous sommes en alerte maximum, selon cette même source. Damara était considérée par la Communauté économique et monétaire des Etats d'Afrique centrale (Cemac, qui fournit les troupes de la Fomac) comme la ligne rouge que les rebelles du Séléka ne devaient pas franchir. Le barrage de la Fomac à Damara était tenu par des soldats tchadiens et gabonais, selon cette source qui n'a pas précisé leur nombre.

 


© afriquenewsblog
Le stationnement des rebelles est terminé?
Plusieurs barrages des Forces armées centrafricaines (FACA) et de la gendarmerie centrafricaine se trouvent aussi sur la route entre Damara et Bangui mais ils étaient peu équipés en janvier dernier. Des troupes sud-africaines, appelées par le président François Bozizé dans le cadre d'un accord de défense, sont positionnées au nord de Bangui, près du PK 12 (point kilométrique 12) qui est la véritable entrée de la capitale centrafricaine. Il reste à savoir quelle sera l'attitude de ces troupes bien équipées face aux rebelles. Quelque 250 soldats français se trouvent actuellement à Bangui dans la zone de l'aéroport situé au nord de la ville mais, lors de la précédente offensive, le président français François Hollande avait précisé qu'ils n'étaient là que pour défendre les ressortissants et intérêts français.

Les forces de la Fomac, constituées de Tchadiens, Gabonais, Camerounais et Congolais (Brazzaville) sont au nombre de 500 environ. En janvier, le général Jean-Félix Akaga, le commandant gabonais de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac), s'était montrée ferme devant le franchissement de Damara, dernier verrou avant Bangui. Si les rebelles attaquent Damara, c'est une déclaration de guerre, cela veut dire qu'ils ont pris la résolution d'engager les 10 Etats d'Afrique centrale. Je ne pense pas sincèrement qu'ils en arriveront là, avait-il déclaré lors d'un point de presse à Bangui.

 

 
MOTS CLES :  Damara   Ligne Rouge   Passage   Fomac 

4 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

L'ONU DOIT METTRE LA RCA SOUS TUTELLE

Par François DEMANGA

22/03/2013 17:02

Il faut mettre ce pays sous tutelle et organiser de véritables élections démocratiques .
Tous les acteurs politiques en présence sur la scène actuelle ne doivent plus se présenter à une élection présidentielle en CENTRAFRIQUE.L'éxemple du MALI sera certainement plein d'enseignement.Nous avons sur scène un règlement de comptes entre anciens et nouveaux rebelles.Ou sont passés les intellectuelles et cadres de ce pays .Le peuple centrafricains en a assez.
Nous appelons le SG des Nations unis et le nouveau président de l'OUA à prendre leurs responsabilités pour sortir ce pays de ce marasme économico politique dans lequel il se trouve¨. Il ne faut plus laisser agir les anciens chefs d'état,anciens putschistes de la sous régions, car ils ont des amis dans les deux camps.Merci...........

TUTELLE

Par MIKE

22/03/2013 17:29

CA VA ETRE COMPLIQUE MAIS IL NE RESTE QUE CA A FAIRE ! LES VIEUX BRISCARDS QUI NE PENSENT QU' A LEURS POCHES : DEHORS !!!

sans aucun doute

Par ombella

23/03/2013 00:11

ce n'est pas le Pays qu'il faut mettre sous tutelle , mais bien les Centrafricains , pourquoi ne pas le dire ..... et vous ... vous faites quoi en ce moment au lieu d'aller vous battre avec votre armée qui n'est pas une armée qui n'a jamais rien controlé ,c'est autre chose que d'avoir à faire à des gens déterminés que rien ne peut jusqu'a présent arreter , cher françois qui est parti en Afrique du sud dés fois qu'ils arriveraient entre-temps à Bangui , lui , en tout les cas est à l'abri au lieu d'étre avec ses hommes , ils n'est pas comme bokassa , qui lui avait la croix de guerre , avec lui le Pays fonctionnait et l'argent il y en avait , le pays se portait mieux , par-contre son ancien garde du corps aurait mieux fait de rester à la maison au lieu de piller son propre Pays , le seul exemple suivi sur son patron de l'époque , bok

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Burkina Faso: Ouagadougou, la capitale accueille Africa Water Forum 2014
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués