NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Ultimatum: renforcement du matériel militaire sur la ligne rouge

Par Reuters et BBC - 21/03/2013

La rébellion ne montre pas de signe de flexibilité et l'armée centrafricaine est en alerte maximum

 

Les rebelles centrafricains du Séléka ont rompu mercredi le cessez-le-feu en laissant une chance aux efforts de médiation tentés par des pays africains. Le Séléka a prévenu ces derniers jours que la trêve était menacée par le non-respect de certaines conditions de l'accord par le gouvernement. Le président Bozizé pour appaiser les tensions a signé mercredi soir deux décrets à propos de la libération des prisonniers et de la levée de la mesure de couvre-feu. Avant cette prise de décision «salutaire» le président tchadien, Idriss Déby, et son homologue congolais, Denis Sassou-Nguesso, étaient annoncés dans les prochains jours dans la capitale centrafricaine pour des négociations.

 


© rfi.fr
La bataille de Damara aura-t-elle lieu?
Dans le camp Séléka, le chef de l'Etat n'a pas tenu sa promesse de renvoyer le reste du contingent militaire sud-africain présent en RCA et d'intégrer dans les rangs de l'armée nationale quelque 2.000 insurgés. L'accord de Libreville prévoyait d'accorder des emplois aux anciens combattants rebelles et de leur donner de l'argent liquide s'ils déposent les armes. La rébellion souligne que ses exigences sont tombées dans une oreille de sourd, et affirme considérer l'option de la reprise des combats. Un correspondant de la BBC à Bangui indique que la détérioration de la situation a engendré une inquiétude au sein de la population.

Le gouvernement aussi, dans la perspective d'une offensive rebelle, a renforcé son dispositif sur la ligne. Selon la BBC, l'armée centrafricaine est en alerte maximum.On assiste, ainsi au renforcement du matériel militaire sur la ligne rouge à 74 km de Bangui et les militaires sont maintenus «quartier consignés» Entretemps, le premier ministre centrafricain est sorti de son silence pour dénoncer des exactions et demander que l'on privilégie les négociations. Mais La Séléka ne montre pas de signe de flexibilité sans toutefois annoncer une ouverture immédiate des hostilités.

Les intérêts de la France en Centrafrique
La France de son côté s'est déclarée "préoccupée" par la situation dans son ancienne colonie d'Afrique centrale et a convoqué le Conseil de sécurité des Nations unies pour des consultations. Paris soutient le processus politique issu de l'accord de Libreville, signé sous les auspices de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), et demande aux parties de s'abstenir de tout recours à l'option militaire, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Philippe Lalliot. Le contingent militaire français en Centrafrique est passé en décembre à 600 hommes pour protéger les expatriés français présents notamment dans le secteur minier. Le groupe nucléaire français Areva exploite ainsi le gisement d'uranium de Bakouma.

 

 
MOTS CLES :

8 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Damara? et les autres villes?

Par Kota Likongo

21/03/2013 16:27

La RCA ne se limite pas seulement à Bangui. à l'heure où nous écrivons, les gens commencent à fuir Bossangoa où une offensive rébelle est annoncée alors protéger seulement Bangui et laisser le reste aux rebelles est une injustice. Bossangoa et le reste des villes n'étant pas encore attaquées, il est temps de renforcer la présence militaire autour de ces villes.
la SELEKA a montré vraiment qu'elle est une bande de barbares assoifés du sang. QUEL INTERET LA FRANCE VEUT PROTEGER en mettant de côté l'ensemble du peuple. Si BOZIZE que vous voulez, ben allez le prendre, vous avez là où il est mais laissez le peuple tranquille.

faca n'existent que de nom

Par jeff

21/03/2013 23:40

La RCA n'a pas d'armée on a vu à chaque offensive ils sont en débandade chaque centrafricain doit chercher à se protéger et à se défendre par tous les moyens, ne compter pas sur les FACA et BOZIZE chef des armées pour vous protéger.
Pauvre Centrafrique qu'est ce que t'as fais au bon DIEU pour mériter ça? Dieu a mis à la tête de ton pays un incompétent de premier degré qui ne sert pas grand chose, au lieu que ça s'arrête là c'est SELEKA qui vient t'achever, les causes de malheur des centrafricains c'est BOZIZE c'est lui qui a commencé à amener ses étrangers tchadiens et soudanais en Centrafrique parce qu'il était assoiffé du pouvoir.Maintenant les autres font de même.

Rôle trouble de la france

Par Silas

22/03/2013 02:26

Ce sont les mêmes français qui ont parachuté aux rebelles dans la localité de Sido la ration et les munitions qui ont servi à l'attaque de Batangafo.Ils ont la clé de ce conflit, inutile d'importuner le conseil de sécurité de l'ONU. C'est cela "Ordo ab chaos" des illumiti de la franc-maçonnerie.Créer le chaos tout en essayant d'apporter une prétendue solution.Il va falloir que la france s'explique un jour sur les raisons de sa guerre qu'elle mène à visage voilé contre le peuple centrafricain à travers les mutineries et maintenant en se servant des fascistes islamistes...En tant que peuple on restera debout!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués