NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: La condamnation du Conseil de sécurité de l'Onu

Par journaldebangui.com et autres médias - 21/03/2013

Il s’est inquiété au cours d’une réunion d’urgence de l’échec à appliquer les accords de Libreville de janvier dernier

 

À l’issue d’un exposé de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour la République centrafricaine, Margaret Vogt, les membres du Conseil de sécurité ont fermement condamné mercredi les attaques récemment perpétrées par le Séléka, en particulier à Bangassou et dans la région autour de cette ville, qui marquent une détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays. Le Conseil a également condamné les menaces que font peser ces milices et leurs alliés contre les civils et exhorté les parties prenantes, y compris les médias, à s’abstenir de tout appel à la violence. «Les membres du Conseil de sécurité réitèrent leur soutien aux accords de Libreville signés le 11 janvier 2013 sous les auspices de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC)», indique la déclaration lue à la presse par le Président du Conseil pour le mois de mars, l’Ambassadeur Vitaly Churkin, de la Fédération de Russie.

 

La déclaration du Conseil de sécurité est un rappel à l’ordre
Il est valable non seulement pour la rébellion Seleka, mais aussi pour le gouvernement centrafricain pour n’avoir pas sérieusement appliqué les accords de Libreville. Le Conseil condamne à la fois les attaques des combattants de la Seleka et les menaces que les milices pro-gouvernementales font peser sur les civils. Le texte contient également une mise en garde à peine voilée au président François Bozizé: le Conseil de sécurité se félicite de la nomination du Premier ministre Nicolas Tiangaye et rappelle qu’en vertu des accords de Libreville c’est lui qui dirige le gouvernement d’union nationale. Margaret Vogt, la représentante de l’ONU en Centrafrique, a appelé les membres du Conseil de sécurité, dont la plupart n’ont pas d’ambassades à Bangui, à ne pas négliger ce conflit.

Conclu en janvier 2013 par le gouvernement et les trois principales formations rebelles regroupées sous la bannière du Séléka, les Accords de Libreville avaient aidé à rétablir une certaine stabilité en République centrafricaine, nation à l’histoire politique troublée et théâtre de conflits armés récurrents. Selon le Département des affaires politiques de l’ONU, l’autorité de l’État est faible dans de nombreuses régions du territoire où sévissent des groupes rebelles ou criminels. Saluant la nomination d’un nouveau Premier Ministre, Nicolas Tiangaye, les membres du Conseil encouragent toutes les parties à pleinement mettre en oeuvre leurs engagements au titre de ces Accords et appellent le gouvernement d’unité nationale à appliquer son calendrier de réformes, en particulier celle du secteur de la sécurité.

Le Conseil de sécurité de l'ONU très inquiet de la situation en République centrafricaine

 

 
MOTS CLES :  Conseil Sécurité   Binuca   Séléka   Bozizé   Tiangaye 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

LE PEUPLE EST TOUJOURS VAINQUEUR, IL VAINCRA TOUJOURS.

Par noumeva

21/03/2013 19:34

Cet ONU là a des yeux mais ne voit rien, elle a de la matière grise mais ne réfléchisse pas.On n'a pas besoin de réfléchir de midi à 14 heure pour savoir que ces gens de Séléka sont des bandits de grand chemin utilisés par ... pour détruire ce beau pays de la RCA. Un pays dont 99% possèdent de richesses minières. Ces gens ne méritent que ce que Aqmi a subit au Mali. L'ONU ne peut rien faire, ni la France car jusqu'à présent on ne comprend son attitude. Mais les centrafricains comptent d'abord sur le Dieu qui leur a donné ce beau pays ainsi que sur eux même. Quant à notre armée, croyez-moi si ne combattez pas pour protéger votre territoire et défendre vos frères et soeurs contre ses barbares,c'est mieux de le déclarer ouvertement pour que le peuple prenne ses responsabilités avant qu'il soit trop tard. Vous devez savoir que ce n'est pas l'armée qui chassé le défunt empereur en 1979. D'ailleurs vous n'avez jamais protégé le peuple une seule fois. Prouvez-le si je dis faux. Vous avez été défaite quand Bozizé faisait son entrée en 2003, et cette fois encore nous sommes entrain de vivre la même chose. Un colonel de l'armée américaine a dit" La valeur d'une armée se trouve dans ce qu'elle fait sur le terrain afin de défendre sa patrie". Cependant, même l'ONU n'a souvenir de vous que quand vous harcelez vos frères et soeurs et ce n'est pas bien. Vous êtes des soldats, vous vous engagez dans l'armée pour défendre votre patrie de l'ennemi or en ce moment l'ennemi est entrain de gagner du terrain, massacrer vos soeurs et frères dans les villes conquises. Et vous alors... L'armée n'est pas un armoire où se promènent les cafards et les gougnafiers. Vous le savez bien. Alors prenez votre responsabilité maintenant ou bien déclarez-nous que vous ne pouvez pas nous défendre d'ailleurs même pas une seule fois et nous allons prendre notre responsabilité en tant que centrafricain. Quand à vous Séléka, Massi et autres vous n'allez pas gagner, vous allez perdre croyez-moi. La prise des villes ne prouve à rien que vous avez gagné. La guerre ne se gagne pas en un temps record. Il y a ce qu'on appelle la bataille et ce qu'on appelle la guerre. VOUS POUVEZ GAGNEZ LA BATAILLE CONTRE BOZIZE ET CONTRE L’ARMÉE. MAIS JAMAIS JAMAIS JAMAIS, VOUS ALLEZ GAGNEZ LA GUERRE. CAR LA GUERRE CE N'EST PAS CONTRE BOZIZE NI L’ARMÉE, MAIS CE SERA CONTRE LE PEUPLE CENTRAFRICAIN. CROYEZ, VOUS ETES D'OFFICE PERDANTS. JE SAIS DE QUOI JE PARLE. Profitez de ce moment de victoire éphémère car votre défaite sera longue et cent fois pénibles que ce que mes soeurs et frères sont entrain de subir en ce moment.

GOD BLESS CENTRAL AFRICAN

La Victoire au peuple, ONU Hypocrite

Par KOTA LIKONGO

21/03/2013 21:04

Mmes et Mrs du Conseil des nations Unies, ce ne sont pas vos condamnations qui vont arreter cette bandes de barbares à continuer à tuer, violer nos soeurs et nos mères : prenez des décisions assorties des pressions concrètes et des mesures contraignantes envers les deux parties pour une résolutions rapide de cette crise. l'attitude de la SELEKA est tellement bizarre et le silence de la communauté internationale qui ne se limite que dans des discours que nous nous posons la question de savoir si l'on veut une nouveau Rwanda ou Mali en RCA. BOUCA, et Batangafo viennent de tomber encore sous les yeus complices de la communauté internationale. Nos soldats sont faibles et ne deviennent forts quand il s'agit de distribuer des giffles et des coups de pieds aux civils, c'est une honte pour notre armée. ce ne sont pas seulement les armes qui gagnent la bataille, c'est aussi le MENTAL. ces terroristes sont très mentalament motivés par la capitulation de nos militaires qui à la moindre détonnation, prennent la poudre d'escampette. il n'y' a pas eu un vrai combat. donnez seulement un seul coup à la SELEKA en reprenant q'une VILLE, vous allez découvrir le vrai visage de ces combattants qui ne profitent que de votre faiblesse mentale.
ONU, FRANCE, TCHAD, CEEAC, au lieu de briller dans des mots AGISSEZ POUR SAUVER ce pays SVP

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués