DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: appel à l'action patriotique

Par E. Zingo - 15/03/2013

Le compatriote Jean-Bosco Peleket appelle à une action solidaire à l'endroit des populations qui souffrent des affres des conflits armés en Centrafrique

 

Notre pays s'est distingué dans les années 50/60 du siècle dernier par sa cohésion, son unité et la paix alors que, partout ailleurs, la guerre faisait rage. Nos braves populations ont su accueillir, héberger, entretenir, souvent à leurs frais et sans ronchonner, des réfugiés en provenance du Cameroun, des deux Congo, du Soudan et du Tchad. En reconnaissance, la République Centrafricaine était souvent comparée à la Suisse et nommée "Suisse africaine". Une grande partie des réfugiés de culture bantoue s'est parfaitement intégrée à la communauté nationale. Les mariages et les descendances ont fait le reste sur cette terre riche de tout, y compris de flore, de faune et des minerais les plus précieux.

 


© Bêafrika Sango
A Ita moléngué ti Bê Afrika
Les dirigeants, supplétifs de la post-colonie et de la Françafrique, incapables de définir et de conduire une politique de développement nationale, régionale et africaine, se sont satisfaits des cueillettes et des prébendes. Peu à peu et d'année en année, l'arrière pays est tombée entre les mains des potentats, les bandits des grands chemins souvent de mèche avec des politicards lesquels n'ont eu de cesse que de diviser, de tribaliser, pour subsister. La gangrène a prospéré, hélas. Voici que le pays sombre dans la barbarie, dans la négation de ce que nous avons de plus cher : la vie. Armés de kalachnikovs les miliciens, combattants d'une cause dont ils ignorent l'essence, tiennent la vie des populations au bout du canon. La loi du plus fort a fait place à la culture de l’honneur et du droit. L'enfant, la fille, la femme, le vieillard n’a plus de considération et de respect. Il est temps de sonner le tocsin, d'appeler au réveil des honnêtes gens. Il est temps de nous rassembler pour exprimer notre refus de la guerre que certains veulent absolument imposer à notre peuple et à notre pays.

 

Pendant combien de temps supporterions-nous cette barbarie ? Et toi qui me lis, en ce moment, installé avec une partie de ta famille en région parisienne ou en France, que réponds-tu?
Jean-Bosco Peleket

 

Je vous propose d’engager une action unitaire, non partisane : rassemblement pacifique (en conformité avec la réglementation française et à une date à convenir) soi devant l’ambassade de la RCA à Paris, rue Perchamps, soi sur le Parvis des Droits de l’Homme (Trocadéro) pour

- témoigner de notre proximité, de notre solidarité, de notre compassion aux populations victimes d’innombrables agressions : arrestations arbitraires, enlèvements, vols, viols, meurtres etc,

- exprimer notre ras le bol quant aux faux fuyants, aux tergiversations des pouvoirs en place : Bozizé, Tiangaye, Séléka et autres, relativement à la sortie de crise,

- exiger de ces pouvoirs et forces le strict respect des accords de Libreville et la mise en œuvre, sans délais, des mesures idoines,

- attirer l’attention de la communauté internationale et des médias sur les malheurs de notre pays.


J’attends votre réaction à cette proposition en précisant que le temps presse car le calvaire de nos populations n’a que trop duré. Je ne verrai pas d’inconvénient que tous les partis politiques, les associations, les amicales centrafricaines de France fassent leur, cette idée et prennent l’initiative du grand rassemblent pour la paix. Autre chose : à continuer de se terrer ou à ne vouloir s’intéresser qu’à ses petites affaires, on perd l’essentiel c'est-à-dire le sens de l'intérêt général, l’honneur, la dignité.

Nous valons tous plus, n’est-ce pas ?
Dans l'attente de vous lire, balao


Jean-Bosco PELEKET
Citoyen centrafricain non encarté, directeur d’hôpital retraité

 

 
MOTS CLES :

5 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

réponse à Monsieur Jean-Bosco Peleket

Par blueberry

15/03/2013 22:43

@ M.Jean-Bosco Peleket: Vous proposez un rassemblement pacifique à Paris en soutien aux populations malmenées de Centrafrique. J'ai envie de dire, encore un rassemblement de plus, encore une manifestation de plus!Quel est l'impact réel d'un "rassemblement pacifique en conformité avec la réglementation française" sur la "communauté internationale", les médias, ainsi que les forces à l'oeuvre en RCA? Croyez-vous encore sincèrement que la communauté internationale (qui n'en est pas une au passage), les médias, et les pouvoirs publics vont secourir la RCA? Croyez-vous sincèrement que ces institutions et instances aux quelles vous faîtes référence ne sont pas au courant de ce qui se passe en RCA, et que c'est un rassemblement de quelques centrafricains qui va les tenir informer de la situation? Cessons les manifestations inutiles qui ne font que réaffirmer notre impuissance et légitimer cette même communauté internationale, ces mêmes médias, ces mêmes pouvoirs publics qui ne servent pas nos intérêts.

reponse a Blueberry

Par kotoko Sembona

17/03/2013 03:31

Cher compatriote Blueberry, je ne sais pas si vous mesurez le degré de la souffrance des populations dans les régions occupées par les rebelles de Seleka dits sur le terrain. Si oui, vous devez assister à ce rassemblement qui doit permettre au public français de connaitre ou bien de se poser des questions sur les vraies raisons de leur gouvernement de ne rien faire pour arrêter les exactions commises par les rebelles de Seleka. Ne rien faire, c'est donner carte blanche à ces éléments de Seleka de faire ce qu'ils veulent dans les zones occupées. Il ne faut pas accepter des fausses informations rapportees par certains medias africains et français selon lesquelles il n'y aurait pas de cas de viols de femmes et de filles répandus dans les zones sous le controle des rebelles de Seleka. En fait, les rebelles qui continuent de commettre des crimes en Centrafrique actuellement sont en majorité d'origine tchadienne et soudanaise. Il n'est pas exclu que parmi les rebelles soudanais se trouvent des éléments appartenant aux troupes de Joseph Kony qui vit au Soudan parmi les rebelles de Darfour depuis un temps.En s'alliant avec les rebelles de Seleka, le criminel Kony et ses troupes qui sont traqués sans cesse par les troupes de l'Armee ougandaise, parvient à occuper des zones qu'ils n'ont pas pu contrôler. Si vous ne croyez pas à cela, que dites-vous du refus des rebelles de Seleka dits sur le terrain de desarmer, pourtant leurs chefs sont bel et bien dans le gouvernement de Tiangaye. Ils n'ont pas de choix car ils ont fait alliance avec le diable. Donc tout cela mérite d'être porté au public français.

La France n'a pas besoin d'envoyer ses troupes sur le terrain pour affronter les reblles de Seleka. Ce n'est pas ce qu'on demande à la France. Ce n'est pas à elle de regler nos problemes à notre place. On demande au gouvernement français de cesser de faire croire aux rebelles de touts genres qu'ils ont la liberté de commettre des crimes contre les populations civiles mais c'est d'interpeler toutes les parties impliquées à la crise centrafricaine, y compris les porte-parole de Seleka bases en France, pour que les combats et les destructions des eglises et des biens d'autrui, des viols et des tueries des civiles arrêtent.

Lorsque le président francais Francois Hollande avait demande aux rebelles de Seleka d'arrêter les combats et de se rendre à Libreville (Gabon) pour participer aux négociations pour trouver des solutions politiques à la crise dans notre pays, tout le monde y compris le Seleka avait accepté. Ce fut ainsi qu'un Premier ministre a été désigne et que le GUNT avait éte créé. Or peu de temps après, le gouvernement francais qui, a toujours manifeste une aversion pour le président Boozize, changea de discours. Quelque soit les raisons du gouvernement francais de punir le président Bozize, la France ne peut pas ignorer le sort des populations soumises aux exactions de ces elements de Seleka. Il n'est pas juste que la même France, pays des droits de l'homme, surtout avec les socialistes au pouvoir, préfère fermer les yeux sur les crimes commis par ces éléments qui sont en majorité d'origine étrangère contre les populations qui n'ont rien à voir avec le président. Leur seule erreur c'est d'avoir élu Bozize comme président de leur pays. Or ce même Bozize s'est deja engage à ne plus e représenter aux élections a la fin de son mandat en 2016. Le gouvernement français a un autre motif pour lequel elle punit les populations abandonnées aux rebelles tchadiens et soudanais. Or en faisant prendre conscience par le public français de la gravité de ls situation des populations abandonnées a leur devant des rebelles armés, certaines voix peuvent s'élever dans ce pays des Droits de l'homme contre toutes formes de crimes commis sur des populations civiles en Centrafrique.

reponse a Blueberry

Par kotoko Sembona

17/03/2013 03:37

Cher compatriote Blueberry, je ne sais pas si vous mesurez le degré de la souffrance des populations dans les régions occupées par les rebelles de Seleka dits sur le terrain. Si oui, vous devez assister à ce rassemblement qui doit permettre au public français de connaitre ou bien de se poser des questions sur les vraies raisons de leur gouvernement de ne rien faire pour arrêter les exactions commises par les rebelles de Seleka. Ne rien faire, c'est donner carte blanche à ces éléments de Seleka de faire ce qu'ils veulent dans les zones occupées. Il ne faut pas accepter des fausses informations rapportees par certains medias africains et français selon lesquelles il n'y aurait pas de cas de viols de femmes et de filles répandus dans les zones sous le controle des rebelles de Seleka. En fait, les rebelles qui continuent de commettre des crimes en Centrafrique actuellement sont en majorité d'origine tchadienne et soudanaise. Il n'est pas exclu que parmi les rebelles soudanais se trouvent des éléments appartenant aux troupes de Joseph Kony qui vit au Soudan parmi les rebelles de Darfour depuis un temps.En s'alliant avec les rebelles de Seleka, le criminel Kony et ses troupes qui sont traqués sans cesse par les troupes de l'Armee ougandaise, parvient à occuper des zones qu'ils n'ont pas pu contrôler. Si vous ne croyez pas à cela, que dites-vous du refus des rebelles de Seleka dits sur le terrain de desarmer, pourtant leurs chefs sont bel et bien dans le gouvernement de Tiangaye. Ils n'ont pas de choix car ils ont fait alliance avec le diable. Donc tout cela mérite d'être porté au public français.

La France n'a pas besoin d'envoyer ses troupes sur le terrain pour affronter les reblles de Seleka. Ce n'est pas ce qu'on demande à la France. Ce n'est pas à elle de regler nos problemes à notre place. On demande au gouvernement français de cesser de faire croire aux rebelles de touts genres qu'ils ont la liberté de commettre des crimes contre les populations civiles mais c'est d'interpeler toutes les parties impliquées à la crise centrafricaine, y compris les porte-parole de Seleka bases en France, pour que les combats et les destructions des eglises et des biens d'autrui, des viols et des tueries des civiles arrêtent.

Lorsque le président francais Francois Hollande avait demande aux rebelles de Seleka d'arrêter les combats et de se rendre à Libreville (Gabon) pour participer aux négociations pour trouver des solutions politiques à la crise dans notre pays, tout le monde y compris le Seleka avait accepté. Ce fut ainsi qu'un Premier ministre a été désigne et que le GUNT avait éte créé. Or peu de temps après, le gouvernement francais qui, a toujours manifeste une aversion pour le président Boozize, changea de discours. Quelque soit les raisons du gouvernement francais de punir le président Bozize, la France ne peut pas ignorer le sort des populations soumises aux exactions de ces elements de Seleka. Il n'est pas juste que la même France, pays des droits de l'homme, surtout avec les socialistes au pouvoir, préfère fermer les yeux sur les crimes commis par ces éléments qui sont en majorité d'origine étrangère contre les populations qui n'ont rien à voir avec le président. Leur seule erreur c'est d'avoir élu Bozize comme président de leur pays. Or ce même Bozize s'est deja engage à ne plus e représenter aux élections a la fin de son mandat en 2016. Le gouvernement français a un autre motif pour lequel elle punit les populations abandonnées aux rebelles tchadiens et soudanais. Or en faisant prendre conscience par le public français de la gravité de ls situation des populations abandonnées a leur devant des rebelles armés, certaines voix peuvent s'élever dans ce pays des Droits de l'homme contre toutes formes de crimes commis sur des populations civiles en Centrafrique.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Jean PELEKET jbpeleket@gmail.com
  • Prière de relayer la présente à toutes les Centrafricaines et tous les Centrafricains épris de paix. Merci
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués