DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Centrafrique: Une image saisissante du pays à quelques jours de la fête

Par Fleury K, leconfident.net - 29/11/2010

La République Centrafricaine va célébrer, en différé bien sûr, le cinquantenaire de son indépendance

 

Vous dites cinquantenaire des indépendances? Oui, mais de quelle indépendance puisque, selon toute vraisemblance, ce pays est UN DEPENDANT sous tous les aspects tant politique, social qu’économique! 50 ans révolus et la République du Centre Afrique, cette patrie de Barthelemy Boganda, de David Dacko, de Jean Bedel Bokassa, d’André Kolingba, d’Ange Félix Patassé et de François Bozizé apparaît à tous égards comme un « gros bébé » qui refuse à son corps défendant de grandir, se souciant seulement de suçoter le lait maternel.Tout comme le nanisme politique caractérise les leaders politiques du Centrafrique, la cécité intellectuelle qui caractérise les intellectuels centrafricains donnent raison à l’autre qui considérait déjà la République Centrafricaine comme un «nain».

A cinquante ans d’indépendance, bon nombre de compatriotes se posent encore la question de savoir si ce pays n’a été gouverné que par des incapables qui n’ont su impulser l’élan qu’il lui fallait pour prendre son envol au point de ne jouer que les derniers rôles à tous les niveaux. On a comme l’impression que les différents régimes qui se sont succédés à la tête de l’Etat centrafricain n’ont pas su défendre comme il se doit l’intérêt général et n’ont versé que dans le clanisme, le régionalisme avec ses corollaires. Et cinquante années après l’indépendance de ce pays situé au cœur de l’Afrique -avec un sous sol riche comme les démagogues politiques centrafricains patentés savent si parfaitement le dire-, Bangui la capitale ressemble, si on peut le dire, à un gros village. Il suffit d’arpenter les différentes avenues, les ruelles, les différents quartiers pour s’en apercevoir.

 


© leconfident.net
Pas la peine de parler des avenues de la Capitale centrafricaine qui ne sont que le reflet de la politique politicienne qui a été menée et qui se mène encore dans ce pays. Des Avenues des martyrs – la plus grande- en passant par les avenues Koudoukou, de France, pour ne citer que celles-là, elles sont, si l’on peut le dire, l’image vraie de la République. Et avec tout cela, la Municipalité de Bangui qui trouve son malin plaisir à ne construire que des monuments pour quelles routes ou avenues on ne sait, soutient à tout vent que Bangui, c’est une ville fleurie, une ville coquette. De la coquette en passant par la roquette, Bangui n’est plus que son ombre et l’autre, qui ne trouve pas de mot pour qualifier les avenues de Bangui, a raison de dire avec force que la Capitale centrafricaine ne ressemble qu’à un «dépotoir de déchets toxiques».

Car, dans une République qui se respecte et qui a un semblant souci de son développement, la priorité pour le gouvernement serait de créer les conditions nécessaires à la réhabilitation de ses avenues héritées des indépendances. Car, 50 ans après, les quelques infrastructures publiques, chef d’œuvre signé de l’Empereur Jean-Bedel Bokassa, sont en train de disparaître. Celui-là au moins a eu ce courage d’être patriote, cette folie de grandeur qui l’a poussé à construire son pays. Que les ponts de nos avenues s’affaissent ou s’écroulent, c’est le cadet des soucis de ceux qui ont la charge des édifices publics, des transports ou de la Municipalité. Tout comme ils n’ont pas une politique de développement assez cohérent pour la Capitale centrafricaine avec ses huit arrondissements mais ainsi que des 16 Préfectures de la République, ils n’ont rien d’autre à faire que de colmater les avenues pour sauver ainsi l’apparence. Mais, en attendant, Bangui la «coquette», capitale du Centrafrique, est une ‘’République’’ de monuments dégradés avec des avenues trouées. Qui nous dit le contraire?

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués