SOCIéTé  |    

Zémio/Bakouma/Rafaï: l’avancée de la Séléka panique la population

Par RJDH-RCA - 13/03/2013

Dans la brousse, la présence des éléments de la LRA est souvent signalée. Certaines personnes préfèrent se diriger vers Obo, à l’extrême sud-est de la Centrafrique

 

L’avancée des rebelles de la coalition Séléka dans la région sud-est de la Centrafrique, met la population des villes de Zémio et de Bakouma dans une situation d’ambigüité. Alors qu’une partie des habitants de Rafaï qui ont fui les attaques du lundi 11 mars se trouvent actuellement dans la ville de Zémio. Dans cette localité déjà affaiblie par les exactions des éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony, les habitants disent ne plus vouloir aller dans la brousse à cause de cette rébellion ougandaise. A Bakouma certaines personnes ont commencé à quitté la ville. D’après le constat fait par un habitant de la ville de Zémio joint par le RJDH, la présence des éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) qui ont été délogés à Bangassou par les rebelles est également signalée. Face à cette situation, les habitants de cette localité se trouvent dans l’embarras du lieu de cachette.

 


© journaldebangui.com
La Centrafrique sous observation?
Certaines personnes préfèrent se diriger vers la ville d’Obo, à l’extrême sud-est. «Nous allons partir à Obo parce que les rebelles peuvent d’un moment à l’autre envahir la localité. Les gens qui ont fui Bangassou nous ont fait savoir que ces hommes ont pour objectif de prendre toute la région du sud-est», a déclaré Dieudonné Balikpio, un agent de l’Etat. Mariette Zanoufio, veuve et mère de sept enfants a fait savoir que l’avancée des rebelles de la Séléka vers Zemio vient ajouter la souffrance de la population de cette localité qui continue de subir les exactions des éléments de la LRA. «Nous ne savons où aller. Dans la brousse, les rebelles de la LRA sont présents et très actifs ces derniers temps. Et maintenant ce sont les rebelles de la Séléka qui veulent venir pour aggraver notre situation», s’est-elle plainte. Le chef du quartier Sagbozara, Anicet Stéphane Koumba qui s’est entretenu avec ses administrés, a appelé les habitants de garder le calme et surtout d’éviter d’aller se réfugier dans la brousse à cause des éléments de la LRA. «C’est une occasion pour les éléments de la LRA de kidnapper les gens. Donc il est urgent que nous organisions cette rencontre pour demander à la population de ne pas se rendre dans la brousse. Puis que pour le moment notre ville n’est pas encore attaquée», a dit le chef du quartier Sagbozara.

 

A Bakouma, une partie de la population a commencé à quitter la ville pour trouver refuge dans les villes et les villages environnants depuis la prise de Bangassou par les rebelles de la Séléka. «Les personnes qui ont quitté la ville depuis l’annonce de la prise de Bangassou par la Séléka sont pour la plus part des femmes et des enfants. Les gens ont peur d’aller dans la brousse à cause de la présence des éléments de la LRA», a fait savoir une autorité locale.

Rafaï: la ville menacée par la Séléka
Le réseau téléphonique est coupé à Rafaï et il est difficile d’établir de contact dans la région. Joint depuis Zémio, plusieurs personnes ont fait savoir que des éléments des FACA, qui avaient été attaqués à Bangassou, sont arrivés depuis mercredi soir dans la ville. Une autorité locale a fait par ailleurs savoir au RJDH que les rebelles auraient également l'intention de poursuivre leur marche vers Rafaï et Zémio. «C’est justement pour récupérer les véhicules et les matériels des FACA», a-t-elle complété. Du côté des autorités de Bangui, les réactions ne restent que dans les condamnations. Les membres de la Séléka qui ont intégré le gouvernement d’Union nationale, ont attribué ces attaques aux éléments incontrôlés.
 
MOTS CLES :

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

C'est quand meme bizarre que la population n'est as mesure de s'armer

Par Frappe

13/03/2013 15:00

Je pense que si toute la population pouvait s'armer avec l'appui de nos forces armées,
on aurait mis fin a ces criminels!!Bizarement le Centrafricain a peur et nous n'avons rien appris depuis les crimes des banyamulengues et les tchadiens?
Je me reserve parce que peut etre nous ne nous sommes pas preparer, et n avons pas les moyens. Apres cela il faudrait permettres aux familles integres d'avoir des armes.

trahison

Par eric

13/03/2013 21:48

Frappe vous avez raison il faut que la population se défendent et le pouvoir dois les armés et les fACA qui trahissent doivent etre jugé publiquement pour haute trahison

éric

Par ombella

15/03/2013 10:57

que voulez-vous dire par jugement public , pourriez-vous préciser ....

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués